1951

JANVIER

Dimanche 7 : Morlaix 3 – Cormorans 1 (but de Larnicol).

Jeudi 11 : tempête jusqu’au samedi, les bateaux ne peuvent pas sortir. Le terre-plein du port, qui est en construction, est à nouveau transformé en un véritable lac. L’eau en s’évacuant entraine le sable dans le port.

Mi janvier : offensive victorieuse des Français à Vinh Yen en Indochine.

Mercredi 17 : les forces communistes s’emparent de Séoul en Corée.

Dimanche 21 : Cormorans 3 Gars de Saint-Thivisiau 1 (1 but de Ronarch, 2 de Lucien Jégou).

Samedi 27 : une violente tempête de sud-est se lève vers 10 h pour atteindre son paroxysme peu après midi. Elle se calme en fin de journée, mais les dégâts sont importants, en particulier à Kérity où des murs et des toitures ont été endommagés. Au port de Kérity, le « Cormoran », sans l’intervention rapide de son équipage, aurait pu être fracassé contre le quai. L’annexe du palangrier « Crevette » a subi de gros dégâts.

Sans titre - Copie

Le « Cormoran » au port de Kérity.

Dimanche 28 : bal à l’hôtel Lanthony, organisé par les « Korollerien an aod ». Il est animé par un orchestre du centre Bretagne, « Bro an dud laouen ». Des dégustations d’huitres et de glaces sont proposées.

Stade pontivyen 5 Cormorans 0. Les Cormorans sont dans une situation préoccupante, 10èmes sur 13.

Mardi 30 : dans les parages de la Basse rouge aux Glénan, le petit chalutier « Breiz Izel » de Loctudy est abordé et coulé par « Les Flots bleus » de Concarneau. Les trois marins loctudystes sont récupérés par le chalutier concarnois.

Les marins des ports de Penmarc’h, Guilvinec, Audierne et Douarnenez demandent que le prix du kilo de maquereau soit fixé à 55 F minimum. Ils menacent de ne pas débuter la campagne du maquereau s’ils n’obtiennent pas satisfaction.

Janvier a été marqué par le mauvais temps ; la pêche est très faible, les bateaux ne sont presque pas sortis.

Janvier : Corentin Garrec, patron du « Pays de France », est nommé chevalier dans l’Ordre du mérite maritime.

Janvier : à Kérity, les travaux de prolongement de la cale se poursuivent.

Il y a un peu plus de 20 chalutiers côtiers actifs en hiver à Saint-Guénolé.

FEVRIER

Début février : une épidémie de grippe, dite « anglaise », frappe le Finistère.

Jeudi 1er : parti en soirée du 31 janvier du port d’Audierne où il a vendu sa pêche, « l’Errante » fait route vers Saint-Guénolé par mer calme. Bientôt la visibilité diminue. A l’approche du port, les huit hommes d’équipage se mettent en veille, la brume est de plus en plus épaisse au raz de la mer et, si le phare d’Eckmühl est bien visible, on ne parvient pas à voir les feux du port. Tout à coup un marin crie « arrière toute », le patron Pierre Guéguen réagit immédiatement, mais c’est trop tard, le bateau vient de talonner. Les marins quittent alors le bord en s’agrippant aux rochers, et c’est là qu’un des hommes, Henri Jolivet est emporté par une vague. »L’Errante » vient de faire naufrage sur Staviou, le grand plateau rocheux à l’ouest du port.

Le « Malvaod » est le premier maquereautier du port à prendre la mer. Il va faire route pêche vers le Sud Irlande.

Vendredi 2 : Gustave Priol, mécanicien, parvient à récupérer le moteur et le treuil de « l’Errante », avec l’aide de la majeure partie des marins de Saint-Guénolé, coincés au port par le mauvais temps,. Les affaires personnelles, le petit matériel sont également sauvés, mais le bateau, en partie déchiqueté par les rochers, est définitivement perdu.

Le « Mousse Bihan III » et « l’Ancre de Miséricorde » sont rentrés de Dunkerque plus tôt que prévu ; les résultats de la campagne du hareng sont décevants.

Dimanche 4 : tempête

Lundi 5 : tempête. Le terre-plein est à nouveau envahi d’eau et le port s’ensable de plus en plus. Sous l’effet des vagues, les pierres et les ferrailles que l’entreprise avait entreposées sur le terre-plein se sont retrouvées elles aussi dans le port.

Le « Malvaod » est à la cape.

Deux chalutiers concarnois sont perdus corps et biens, le « Moliva » avec 8 hommes à bord et « Les Flots bleus » avec 9 hommes à bord.

Bal des gras, lundi, mardi et mercredi, salle Kerfriden, animé par l’orchestre brestois les « Diables rouges ».

Mardi 6 : une nouvelle unité est arrivée au port : le « Reine des Cormorans ». Ce chalutier construit à Lesconil sera commandé par Albert Boënnec. C’est désormais le plus gros bateau de Saint-Guénolé avec 42 tonneaux de jauge brute.

GV 7356, Artaud 1 reine des corm

Le « Reine des Cormorans », GV 7356. Carte postale Artaud n°1, détail.

Vendredi 9 : la tempête se poursuit, le « Malvaod » est encore à la cape, ainsi que le chalutier « Notre-Dame de la Joie ».

Dimanche 11 : le corps de Henri Jolivet, disparu lors du naufrage de « l’Errante », est retrouvé sur le rivage de Tréguennec, à quelques centaines de mètres de sa maison natale.

L’AS Brestoise bat les Cormorans 5 à 1 (but de Ronarch).

Lundi 12 : un enfant de 2 ans et demi se noie dans un baquet d’eau, rue des Goélands.

Le chantier du cimetière de Saint-Guénolé est terminé. Les plans sont dus à l’architecte Louis Mony, les travaux ont été réalisés par l’entreprise Faria de Kérity.

Dimanche 18 : les Cormorans sont battus 1 à 0 à domicile par la Stella Maris de Douarnenez. Ils sont à présent 11èmes sur 13.

Bénédiction de la croix du nouveau cimetière.

Castel croix du cimetière

La croix du cimetière, dessin de Pierre-Yves Castel ( www.croix-finistere.com)

Lundi 19 : mort d’André Gide

Mardi 20 : une réunion à la préfecture permet de fixer le prix minimum du kilo de maquereau. Les usiniers exigeaient 40 F, les marins après avoir demandé 55 F étaient descendus à 50 F. Un accord provisoire a été fixé à 45 F avec une révision possible selon les arrivages. Une nouvelle réunion est prévue le 20 mars.

Décès à Paris du professeur Jean Rieux. Né en 1872, il était médecin général au Val de Grâce. Il passait chaque année ses vacances à Saint-Guénolé où il lui arrivait d’apporter des soins à la population. Le professeur Rieux était le beau-frère d’Auguste Dupouy. Il sera enterré à Penmarc’h.

Vendredi 23 : en dehors du « Malvaod », la flottille des maquereautiers de Saint-Guénolé n’a toujours pas appareillé, coincée au port par le mauvais temps.

Week-end du 24 : « Nous irons à Paris » de Jean Boyer, avec Philippe Lemaire, Henri Genès et Françoise Arnoul, au cinéma Celtic.

Dimanche 25 : retour du beau temps, les bateaux peuvent enfin sortir.

Mercredi 28 : chute du gouvernement Pleven.

Février : le temps a été globalement mauvais, les bateaux sont peu sortis, les gains des marins restent très faibles depuis le début de l’année. Les maquereautiers finissent de s’équiper, mais sans enthousiasme en raison des prix minima de vente. Ils sont quinze cette année, soit trois de moins qu’en 1950 : « l’Aiglone », « l’Ancre de Miséricorde », le « Andrée et Alice », le « Cléopâtre », « l’Ecumeur des mers », « l’Ile Fougère », le « Mab Mousse bihan », le « Malvaod », le « Mireille », le « Mousse bihan III », le « ar Paod Tin », le « Papillon IV », le « La Poissonnière », le « Simon Marcelle » et le « Vincent Michèle »

Bilan du port : 70 tonnes, 10 287 000 F de chiffre d’affaires.

MARS

Début mars : retour du beau temps, les chalutiers côtiers en profitent bien.

Dimanche 4 : Cormorans 1 – DC Carhaix 1 (but de Bodéré).

Lundi 5 : premiers retours de maquereautiers.

Mardi 6 : le « Malvaod » a pêché 21 tonnes de maquereaux.

Samedi 10 : Henri Queuille devient Président du Conseil. André Monteil conserve son secrétariat d’Etat à la défense (Marine).

Dimanche 11 : US Pont-l’abbé 1 – Cormorans 1 (but de Guirriec).

Grand bal masqué salle Kerfriden. Concours de costumes et de danses avec le grand orchestre Pedro Alonso de Nantes et son chanteur Georges. Un service de car est organisé pour les gens de Plomeur et du Guilvinec.

Lundi 12 : « l’Ecumeur des mers » pour sa deuxième marée débarque 28 tonnes de maquereaux à Saint-Guénolé. Le « Vincent Michèle » quant à lui vend ses 18 tonnes à Audierne.

L’activité est très forte à Saint-Guénolé grâce aux bons arrivages de maquereaux. Les huit usines travaillent à plein, employant environ un millier d’ouvrières.

Mardi 13 : violente tempête avec des rafales à 130 km/h sur les côtes.

Quatre matelots de « l’Idéal » du Guilvinec sont enlevés par une lame, deux parviennent à s’accrocher à des filets fixés au navire, les deux autres périssent.

Le « Mab Mousse Bihan » perd 134 filets à maquereaux dans la tempête, le « Cléopâtre » perd 60 filets et le « Mireille » 54 filets.

Les chalutiers « Aimé Jean Louis » et « Arche d’alliance » sont à la cape.

Les mareyeurs du Guilvinec décident de fermer pendant 15 jours pour protester contre la hausse de 0,25% de la taxe locale.

Mercredi 14 : les troupes de l’ONU reprennent Séoul.

Avance vers le 38e parallèle Artillery-tractor-Korea-1951 04 08

Avance américaine vers le 38e parallèle. Photo Artillery tractor Korea.

Lundi 19 : un article du Télégramme signale que les charrettes et les camions ont fini par abîmer le quai qui s’est affaissé dans sa partie centrale. Une cuvette s’est formée d’où l’eau ne s’écoule plus. Lorsqu’il y a des fuites de mazout, quand les bateaux font le plein, le carburant se mélange à cette eau et peut souiller le poisson. La grue du port, quant à elle, n’est plus assez puissante, de plus sa chaîne est fatiguée et pourrait causer un accident.

Jeudi 22 : naufrage sur la côte de Plozévet du chalutier de Groix « Le Brix et Mesmin », perdu dans une brume épaisse. L’équipage est sain et sauf.

Décès de Guillaume Tanneau connu dans toute la commune sous le nom de « Lom Keréon » ou de « Tonton Lom ». Il fut secrétaire de mairie pendant une vingtaine d’années. Chantre et organiste à Saint-Nonna, il était aussi joueur de saxophone à la « Lyre penmarchaise ». Avec son père et ses frères, il participa également à la naissance de la piste de Keryet, avant de devenir secrétaire du comité du vélodrome.

Dimanche 25 : tournoi de Pâques au Guilvinec. Les Cormorans sont battus 2 à 1 par les locaux.

Lundi 26 : l’US Guilvinec bat l’US Pont-l’Abbé 2 à 0 en finale du tournoi de Pâques. En finale des vaincus les Cormorans font match nul 2 à 2 contre Plonéour.

Jeudi 29 : vers 19h40, à 85 milles à l’ouest de Penmarc’h, un gros paquet de mer couche le « Mab Mousse Bihan ». Au bout d’un long moment, il finit par se redresser, mais le pont est dévasté : il a perdu ses 182 filets et tout le matériel qui y était entreposé. Heureusement que le moteur n’a pas été endommagé ; par contre le poste arrière et le poste du moteur sont complètement chamboulés, la radio est hors d’usage, le mât avant a travaillé et la passerelle a beaucoup souffert, vitres cassées et portes en partie arrachées. Il n’y avait pas de marins sur le pont, mais Lucien Lucas, dans la cabine, a passé près d’une minute dans l’eau. Le bateau avait déjà perdu presque tous ses filets 15 jours plus tôt.

Fin mars : victoire française de Mao Khê en Indochine.

Bilan du port : 528 tonnes, chiffre d’affaires 28 017 000 F. Les 15 maquereautiers ont pêché 439 tonnes en mars, alors qu’ils étaient 18 pour une pêche de 306 tonnes en mars 1950.

AVRIL

Lundi 2 : « l’Ecumeur des mers » débarque 20 tonnes de maquereaux à Saint-Guénolé

Mardi 3 : le « Simon et Marcelle » ramène 9,5 tonnes de maquereaux en une seule nuit de pêche.

Vendredi 6 : retour au port du « Andrée et Alice ». Au cours de son voyage il est tombé sur un énorme banc de poissons. Il s’est trouvé dans l’impossibilité de remonter ses filets surchargés de maquereaux et a perdu 102 filets. Le « Mousse Bihan III » vient de perdre 83 filets et le « Simon et Marcelle » 50, dans les mêmes circonstances.

Mardi 10 : un violent incendie éclate au domicile de Mlle Jeanne Stéphan, commerçante au port de Kérity. Malgré l’intervention des ouvriers qui travaillaient au port et des marins de « l’Alida », puis des pompiers, les dégâts sont très importants. Mlle Stéphan est blessée et gravement brûlée.

Jeudi 12 : vent violent dans la nuit du jeudi au vendredi.

Week-end du 14 : les « Mouettes d’argent » sont à Bruxelles avec trois autres groupes folkloriques bretons ; ils participent à la « Grande nuit bretonne » au Palais des beaux-arts de Bruxelles, en présence de la reine mère Elisabeth. La tournée a été organisée par le peintre belge Eugène De Bie, installé en Pays bigouden.

Dimanche 15 : nouvelle défaite à domicile pour les Cormorans, battus 2 à 0 par le CEP Lorient.

Jacques Le Pemp du CAB remporte le Tour de Pont-l’Abbé.

Mercredi 18 : arrivée à Audierne du nouveau bateau de sauvetage, le « Nadault de Buffon ».

Signature du Traité de Paris, qui institue la Communauté européenne du charbon et de l’acier, première base d’un futur marché commun à six.

Vendredi 20 : le « Josiane » de Loctudy ramène une mine allemande dans ses filets.

Josiane, ldy, sn

Le « Josiane » à Loctudy.

Samedi 21 : le doyen de Penmarc’h, Jean-Marie Gloaguen, 95 ans, décède dans sa maison de Kerbervet. Ancien marin pêcheur, il était autrefois connu pour sa force herculéenne.

Dimanche 22 : les Cormorans gagnent à Lamballe 2 à 0. (Buts de Tanneau et Jacob).

Dimanche 29 : les Cormorans font match nul 1 à 1 contre le Stade briochin (but de Jacob).

Bal des supporters des Cormorans dans les salons de l’hôtel Lanthony.

A Lorient, les Korollerien an aod remportent le prix d’excellence du concours régional de l’UFOLEA, dans la catégorie folklore. Ils sont sélectionnés pour représenter la Bretagne lors d’une manifestation nationale qui aura lieu à la Pentecôte à Niort et aux Sables d’Olonne.

Lundi 30 : le « Malvaod » débarque 18 tonnes de maquereaux.

Fin avril : les travaux du port de Kérity se terminent ; l’accostage se fait déjà beaucoup plus facilement.

Avril : première marée pour la nouvelle unité du port, « Reine des Cormorans », patron Albert Boënnec.

Bilan du port : 656 t, dont 499 t. de maquereau

MAI

Mercredi 2 : le « Vincent Michèle » débarque 18 tonnes de maquerreaux.

Vendredi 4 : la vente du maquereau s’est avérée difficile cette semaine en raison des jours fériés (1er mai et Ascension). Plusieurs bateaux ont dû sortir du port pour rejeter à la mer des maquereaux à l’aspect trop « fatigué ».

Dimanche 6 : les Cormorans font match nul 1 à 1 à Guingamp, but de Jacob.

Début mai : la pêche au maquereau donne à nouveau de bons résultats malgré quelques difficultés d’écoulement et une pénurie de boîtes vides dans certaines usines.

Mardi 8 : « l’Union » du Guilvinec fait naufrage à 15 milles de Penmarc’h à la suite d’une voie d’eau. L’équipage est recueilli par la « Kérityenne ».

Mercredi 9 : temps froid.

Vendredi 11 : on apprend que le recteur de Kérity a récupéré les cloches de la chapelle de Saint-Pierre et de la Joie pour les placer dans le clocher de Sainte-Thumette, dont la restauration s’achève.

Les maquereautiers commencent à désarmer.

Dimanche 13 : les Cormorans sont battus à domicile par le Stade Léonard 2 à 0. Ils terminent 9èmes ex-aequo sur 13 avec 18 points. Le champion de Division d’honneur est l’AS Brestoise. Les Cormorans sont relégués en Division régionale d’honneur, championnat qui vient juste d’être créé.

Les danseuses et danseurs des « Korollerien an aod » ouvrent le défilé du Festival national de folklore de Niort, accompagnés au biniou par Fanch Briant et Jean Nédélec et à la bombarde par Jean Olivier et Pierre Le Signor.

Lundi 14 : les « Korollerien an aod » se produisent aux Sables d’Olonne devant des milliers de personnes. Selon un article d’Ouest France, « les Bretons et Bretonnes de Saint-Guénolé et Penmarc’h, dont les riches costumes et l’aisance de mouvement firent une impression formidable ».

Spectacle inhabituel en début de matinée à Saint-Guénolé, où un chalutier espagnol de 24 m, le « Angel Suances » de La Corogne, attend la marée haute à l’entrée de la petite passe pour rentrer au port. Victime d’un problème mécanique, il souhaite réparer son moteur à Saint-Guénolé. Finalement, on lui conseille d’aller plutôt à Concarneau. Il repart donc aux alentours de 11 h.

Vendredi 18 : les maquereautiers continuent à désarmer, ils vont pratiquer la pêche au chalut ou à la sardine pendant quelques semaines, puis la plupart d’entre eux s’équiperont pour la pêche au thon.

Samedi 19 : tempête dans la nuit du samedi au dimanche.

Dimanche 20 : deux courses cyclistes communales se déroulent à Kervilon. La première est réservée aux jeunes et la seconde aux plus de 40 ans. Ensuite, l’après midi se poursuit par un concours de galoches. Les trois compétitions sont dotées de nombreux prix et, en plus, chaque participant se voit offrir un apéritif par M. L’Hénoret, l’organisateur de la journée.

Lundi 21 : le canot « Crevette » de Guillaume Tanniou est fortement endommagé par un incendie au port de Kérity. Pour limiter les dégâts, il a fallu le couler.

Premières captures de sardines en baie de Concarneau.

Mercredi 23 : lancement au chantier Hénaff du Guilvinec, du « Per Nostis » pour Pierre Guéguen, ancien patron de « l’Errante ».

La saison du maquereau est terminée, elle aura été excellente.

Jeudi 24 : adoption d’une nouvelle loi relative à la construction navale. Cette loi, dite loi Defferre, encourage les chantiers navals grâce à un système d’aides publiques.

Week-end du 26 : « La nuit s’achève » de Pierre Méré, avec Victor Francen et Ludmilla Tchérina, au cinéma Celtic.

Celtic, OF 1951 05 26

Dimanche 27 : noyade près de la Torche de Pierre Le Pemp, de la palue de Plomeur, son canot a été renversé par une lame.

Mercredi 30 : la pêche à la sardine débute bien, 19 sardiniers de Saint-Guénolé pêchent aux filets tournants à partir des ports de Loctudy et de Concarneau.

Fin mai : les tempêtes de l’hiver ont mis à mal les travaux du port, l’agencement des blocs posés par l’entreprise Dumez a été bouleversé. Celle-ci demande à l’administration de revoir le contrat qui les lie, en attendant elle a débauché son personnel. En revanche, la cale du bateau de sauvetage, réalisée par la société lilloise Etudes et travaux, est terminée.

Bilan du port : 332 tonnes au 31, dont 206 t. de maquereau (au 15), chiffre d’affaires 19 630 000 F.

Mois de mai plutôt froid.

JUIN

Début juin : fin des travaux de restauration de l’église Sainte-Thumette à Kérity.

Mise en vente des dépendances de la villa des Goélands.

Samedi 2 : en prélude à la fête des écoles, une retraite aux flambeaux est organisée à Saint-Guénolé, animée par la fanfare de l’Amicale scolaire de Pont-l’Abbé. La soirée se termine par un bal à Kérity, salle Coïc.

Dimanche 3 : Fête des écoles. Le rassemblement des amicales laïques et des écoliers du sud du Finistère a lieu cette année à Penmarc’h. En début d’après-midi, deux groupes partent respectivement de Saint-Pierre et de Saint-Guénolé pour atteindre le stade à 15 heures. La foule rassemblée au stade assiste alors à l’arrivée d’un impressionnant défilé composé des 60 musiciens de l’Ecole des mousses, de six fanfares, quatorze chars, douze groupes d’enfants costumés, 3000 enfants et de nombreuses bicyclettes fleuries. Au stade, où se tient la traditionnelle kermesse, Pierre Jakez Hélias, le speaker, invite alors les spectateurs à assister aux programmes artistiques réalisés par les écoliers, parmi lesquels on retiendra particulièrement « Cheveux au vent » présenté par les écolières de Saint-Guénolé.

Lundi 4 : le temps est beau et la pêche à la sardine donne bien en baie de Concarneau. On y trouve actuellement 250 bateaux environ, dont 25 de Saint-Guénolé.

Hôtel de Bretagne, Tél 1951 06 09

Dimanche 10 : bal des « Mouettes d’argent » dans les salons de l’hôtel Lanthony, animé par l’ensemble Jo Bertal. La « reine des Mouettes 1951 » sera élue au cours de la soirée.

La cavalcade de Pont-l’Abbé se déroule devant une foule très dense.

Lundi 11 : les deux premiers thoniers de Saint-Guénolé ont appareillé : « Mireille », patron Elie Gueguen et « Malvaod », patron Jean Guéguen. Parmi les grands bateaux du port, seuls « Ancre de Miséricorde », « La Poissonnière » et « Simon et Marcelle » ont choisi de continuer le chalut hauturier.

Il y a désormais 42 bateaux de Saint-Guénolé à pêcher la sardine en baie de Concarneau.

Mardi 12 : dans le cadre de la campagne pour les législatives, une réunion publique du RPF est organisée à l’Hôtel de Bretagne. Les orateurs sont Joseph Halleguen et Hervé Gloaguen.

Vendredi 15 : lors du meeting du Parti communiste organisé au gymnase de Quimper, les spectateurs sont attaqués par un groupe armé de matraques et de poings américains. Les assaillants lancent plusieurs grenades lacrymogènes dans la salle.

Dimanche 17 : Elections législatives. Victoire des communistes à l’échelon national avec 25,9% des voix, devant les gaullistes du RPF (20,4%).
Les dix élus du département se répartissent de la façon suivante : 3 RPF, 3 MRP, 2 socialistes et 2 communistes.
Résultats à Penmarc’h : 5179 inscrits, 4156 votants. Communistes 1905, MRP 1153, SFIO 415, RPF 411, Action professionnelle et paysanne 110, Rassemblement des gauches républicaines 89.

Lundi 18 : les sardiniers, en conflit avec les conserveurs, refusent de prendre la mer.

Mercredi 20 : fin du conflit entre sardiniers et conserveurs.

Pierre Guéguen, le jeune patron de « l’Errante » qui avait fait naufrage en février, vient d’être condamné par le Tribunal maritime à deux mois de prison avec sursis et à 5000 F d’amende.

Jeudi 21 : les sardiniers pêchent à présent en baie d’Audierne.

Vendredi 22 : retour du temps froid.

Samedi 23 : six thoniers ont pris la mer cette semaine : « Ecumeur des mers », « Mab mousse bihan », « Reine des cormorans », « Vincent-Michèle », « Aiglone » et « Joseph et Margot ». Huit autres se préparent : « Mousse bihan III », « Papillon IV », « Ile Fougère », « Aimé Jean Louis », « Notre-Dame de la Joie », « Per Nostis », « Andrée et Alice » et « Arche d’alliance ». En tout, ils seront donc 16.

A Kérity, quatre thoniers s’apprêtent à partir : « Yannick et Maryvonne », « Joyeux pêcheur », « Alida » et « Pointe de Penmarc’h ».

Lundi 25 : la pêche à la sardine connait un creux depuis quelques temps.

Mardi 26 : réunion à l’Hôtel Lanthony du Comité des Fêtes du Pays bigouden. Plusieurs commissions sont constituées :
Administration générale : Michel Péron et Jean Cloarec.
Commission folklorique : Polig Montjarret, Louis Le Pape et Jean Le Pape.
Commission technique : Paul Dupouy, Jean Lebeaupin, Louis Cosquer et Pierre-Jean Coic.
Commission financière : Henri Berrou, Henri Tanneau, Jean Lorch, Pierre Boennec, Emile Le Loch, Manu Cloarec, Nona Calvez, Alexis Drézen et Yves Gouzien.
Commission des stands ; Henri Péron, Georges Jacob, Marcel Larnicol et Raymond Jégou.

Vendredi 29 : « la Poissonnière » est victime d’une voie d’eau à 210 milles de Penmarc’h, le « Simon et Marcelle », qui pêche dans le même secteur, est contacté pour l’assister.

Le bateau de sauvetage « Maman Poydenot » quitte définitivement Saint-Guénolé pour Brest. Il était à Saint-Guénolé depuis 1889.

Week-end du 30 : « Les aventuriers de l’air » de René Jayet, avec Ginette Leclerc, au cinéma Bretagne du bourg.

Fin juin : la sardine est revenue. Il y a actuellement quarante sardiniers à Saint-Guénolé.

Fin juin : températures très fraiches.

Juin : le port compte une nouvelle unité nommée « Ar Gareck« , c’est un sardinier de 11,85 m, construit au chantier Le Gall de Pont-l’Abbé.

Juin : bataille du Day, l’armée française commence à s’enliser en Indochine.

Juin : les apports de sardines congelées du Maroc pourraient menacer une partie de la filière pêche bretonne.

Bilan du port : 288 tonnes, chiffre d’affaires 25 022 000 F.

JUILLET

Début juillet : les rendements demeurent très bons pour la sardine.

Le temps automnal qui régnait depuis le 22 juin s’est radouci.

Lundi 2 : « Les Aventures de Tarzan à New York » de Richard Thorpe, avec Johnny Weissmuller et Maureen O’Sullivan, au cinéma Bretagne, à l’occasion du pardon du bourg.

Tarzan's_New_York_Adventure_trailer

Les aventures de Tarzan à New York

Mardi 3 : Laurent Cariou remporte le Grand prix cycliste de Penmarc’h, tout comme en 1950.

Les premiers thons de l’année sont débarqués au port de Concarneau. Ils proviennent de deux bateaux de Saint-Guénolé, le « Malvaod » 1800 thons et le « Mireille » 1400.

Tél 1951 07 04

Annonce publicitaire du 4 juillet

Samedi 7 : en prélude à la fête annuelle des écoles de Saint-Guénolé, retraite aux flambeaux animée par la fanfare de l’Amicale laïque du Guilvinec- Léchiagat et bal populaire.

Dimanche 8 : kermesse dans la cour de l’école des garçons et bal en soirée dans la salle de la cantine.

Lundi 9 : deux autres thoniers viennent de terminer leur marée avec de très bonnes pêches : « Ecumeur des mers » 1700 thons et « Joseph et Margot » 1500 thons.

Les sardiniers de leur côté retrouvent le moral après une période creuse. Les 30 bateaux qui pêchent désormais en baie d’Audierne obtiennent de bons résultats depuis quelques jours.

Mardi 10 : chute du gouvernement Queuille.

Samedi 14 et dimanche 15 : bal et concours de danse Salle Kerfriden avec l’orchestre brestois des Diables rouges.

Mi-juillet : la colonie de vacances de Saint-Guénolé va s’installer cette année au village de Kichompré, à Gérardmer dans les Vosges.

Kichompré

Kichompré. Carte postale Lévy n°74

Gérard Philipe triomphe au Festival d’Avignon.

Jeudi 19 : en allant au travail à 8 heures, une ouvrière d’usine fait une grave chute de vélo entre Kervilon et Saint-Guénolé. Elle a été transportée à l’hôpital.

Lundi 23 : décès de Philippe Pétain.

Mardi 24 : temps très frais pour la saison

Mercredi 25 : les sardiniers ne pêchent plus, certains partent tenter leur chance le long des côtes morbihannaises.

Dimanche 29 : Clémentine Toularastel de l’Ile Tudy est décorée de la croix de Chevalier du mérite artisanal, récompense décernée par le ministre de l’Industrie et du commerce. Dentellière réputée, spécialiste du picot, elle est la première femme à obtenir cette distinction.

Hugo Koblet remporte le Tour de France.

Hugo_Koblet_1956 Dutch National Archives

Hugo Koblet. Photo Dutch National Archives de 1956

Bilan du port : 385 tonnes.

AOUT

Début août : il y a désormais 35 sardiniers à Saint-Guénolé, 24 pêchent en baie d’Audierne, les autres sont du côté des Glénan ou sur les côtes morbihannaises ; la pêche en baie d’Audierne s’est à nouveau améliorée depuis le 31 juillet. Les chalutiers côtiers ne sont plus que six.

Début août : la deuxième marée de thon est moins fructueuse, entre 400 et 1250 thons par bateau.

Week-end du 4 : « Nous voulons un enfant », film danois de Alice O’Fredericks et Lau Lauritzen, au Celtic (en soirée)

Dimanche 5 : « Tempête sur Lisbonne », film d’espionnage de George Sherman, avec Erich von Stroheim, au cinéma Celtic (en matinée).

Celtic, tél 1951 08 04Temps désagréable.

Jeudi 9 : le comité d’organisation des Fêtes du Pays bigouden annonce qu’en raison du concours de galoche qui aura lieu samedi après-midi dans les rues de Saint-Guénolé, les comptes hebdomadaires des bateaux se feront exceptionnellement samedi matin. Les caissiers du Crédit nantais seront sur place dès 8h30.

Samedi 11 : la première journée des Fêtes du Pays bigouden est perturbée par la pluie. Le spectacle du célèbre groupe basque Oldarra, qui devait avoir lieu dans le parc de la villa des Goélands se déroule finalement dans la salle Kerfriden.

Début du nouveau gouvernement Pleven. André Monteil n’en fait plus partie.

Dimanche 12 : la seconde journée des Fêtes du Pays bigouden commence par une messe bretonne à l’église Saint-Nonna. A la sortie de la messe, un défilé regroupant une quinzaine de groupes folkloriques passe par Kérity et Saint-Pierre, avant d’arriver dans les rues de Saint-Guénolé, pavoisées aux couleurs basques et bretonnes. Après un repas servi à l’hôtel restaurant Lanthony, tous les groupes se retrouvent l’après midi, pour le festival folklorique basco-breton dans le parc de la villa des Goélands. En fin d’après-midi a lieu l’élection de la reine du Pays bigouden. Elle est remportée par Janine Le Moigne, reine du cercle celtique du Guilvinec. Un grand bal en soirée vient clore la manifestation.

Lundi 13 : retour du grand soleil.

L’étape Quimper-Brest du Tour de l’Ouest passe par Pont-l’Abbé, le maillot de leader est porté par le célèbre sprinter belge Rik Van Steenbergen, ancien champion du monde sur route.

Le chalutier guilviniste « Peoc’h atao » perd un de ses marins.

Mardi 14 et mercredi 15 : « La danseuse de Marrakech » de Léon Mathot, au cinéma Celtic.

Celtic, Tél 1951 08 14Jeudi 16 : amélioration après dix jours de mauvais temps.

Les résultats des sardiniers sont faibles depuis quelques temps.

Décès de Louis Jouvet. Plus tard, une venelle de Saint-Guénolé portera son nom.

Samedi 18 : le « Yannick et Maryvonne » de Alain Durand débarque 2000 thons à Kérity. C’est une des meilleures pêches jamais réalisées par un thonier de Penmarc’h.

Mercredi 22 : un grand nombre de sardiniers de Saint-Guénolé se trouve à présent dans les secteurs d’Etel et de Quiberon, où la pêche serait plus fructueuse.

Week-end du 25 : « Justice est faite » d’André Cayatte, avec Claude Nollier et Noël Roquevert, au cinéma Celtic.

Celtic, 1951 08 25Dimanche 26 : décès de Joseph Guillaume Garrec de Kérity, tombé à la mer à Lorient, où son bateau, le sardinier « Surcouf », faisait relâche.

Fin août : mauvais temps persistant, certains jours les bateaux doivent rester au port.

Mercredi 29 : le temps s’améliore et les sardiniers réalisent enfin une bonne journée de pêche.

Août : les apports de sardine ont été très faibles en août, contrairement aux deux mois précédents.

Les apports de thon restent moyens, toutefois la demande est forte et tire les prix vers le haut, ce qui incite les thoniers à persévérer.

Bilan du port : 320 tonnes.

SEPTEMBRE

Début septembre : la pêche au thon, contrariée par le mauvais temps, donne toujours des résultats faibles : de 400 à 700 thons par bateau. La pêche à la sardine connait une légère amélioration.

Dimanche 2 : pardon de la paroisse. L’après-midi, après les vêpres, la procession et la bénédiction de la mer et des bateaux neufs, avec la participation de la Lyre de Santec, a lieu sans bannières en raison d’une forte tempête de suroît. La traditionnelle promenade en mer jusqu’à la Torche est remplacée par un simple petit tour dans le port.

Bal du pardon en soirée Salle Kerfriden.

Jeudi 6 : début d’un épisode orageux.

Samedi 8 : orage et trombes d’eau sur le Pays bigouden dans l’après-midi.

Lundi 10 : nouvel orage

Jean Lazard de Kérity capture un homard de 6 kg dans ses filets à rougets.

« Mon ami Pierre » le film de Paula Neurisse et Louis Félix remporte le premier prix ex-aequo du court métrage, catégorie travail, au Festival de Venise. Ce documentaire décrit un voyage sur le chalutier bigouden « Le Franc-tireur », basé à Concarneau. Le commentaire de Jean-Pierre Chabrol est dit par Yves Montand, qui interprète également la chanson du film, sur une musique de Joseph Kosma (1).

Mardi 11 : belles pêches de sardines en baie d’Audierne.

Sénéclause, Tél 1951 08

Jeudi 13 : à 9h 45, le canot de Saint-Pierre « Petit Simon » de Corentin Le Pape, tombe en panne de moteur en rentrant des Glénan. Entraîné par le courant, il est drossé contre les récifs, mais ses quatre occupants parviennent à gagner la terre ferme en sautant de rochers en rochers. Le bateau, récupéré dans la journée, ne semble pas trop endommagé.

Vendredi 14 : un arrêté ministériel fixe la limite de la baie de Douarnenez (méridien de la pointe du Raz) et définit ainsi la zone d’interdiction d’utilisation de la bolinche.

Première quinzaine de septembre : la sardine est à nouveau présente.

Dimanche 16 : les Cormorans perdent leur premier match de championnat de DRH à Landivisiau contre les Gâs de Saint-Thivisiau 1 à 0.

Mercredi 19 : l’abbé Derven, recteur de Saint-Guénolé depuis 10 ans, quitte la paroisse pour celle de Plomelin. Il est remplacé par Francis Ricou de Brest, ancien aumônier des FFI pendant la guerre.

Dimanche 23 : les Cormorans battent l’USP à Pont-l’Abbé par 2 à 1, buts de Rolland et de Bodéré.
La composition de l’équipe était la suivante : Le Loch ; Lucien Péron, Bodéré ; Garo, Jos Péron, Guy Tanneau ; Jacob, Rolland, Ronarch, Lili Cloarec, Larnicol.

Un jeune marin de Kérity, qui rentrait du cinéma Celtic à bicyclette sans éclairage est surpris par les gendarmes. Comme il refuse de s’arrêter, il est pris en chasse par le gendarme Autret, qui finit par le rattraper, après une course poursuite à vélo de 500 mètres.

Lundi 24 : les chalutiers et les thoniers sont à la cape, les sardiniers et les côtiers n’ont pas quitté le port.

Mardi 25 : la tempête s’est éloignée pour les chalutiers, mais les thoniers sont toujours à la cape.

Aux fêtes de la Tréminou, Le Pemp remporte le tour pédestre de la ville sous une pluie torrentielle. L’après-midi, par un temps moins perturbé, Botherel gagne le Grand prix cycliste.

L’été 1951 a été vraiment pourri.

Fin septembre : lancement du « Cénacle » au chantier Hénaff du Guilvinec. C’est un chalutier côtier de 13,75 m, 21,74 tx de jauge brute, équipé d’un moteur de 75 cv. Il appartient à Alexis Savina et Pierre Garrec et sera commandé par ce dernier.

Bilan du port : 448 tonnes.

OCTOBRE

Lundi 1er au mercredi 3 : Tempête

Mardi 2 : le « Jean Mermoz » de Saint-Guénolé est victime d’un incendie au port de Douarnenez, mais grâce à l’intervention rapide de plusieurs personnes armées d’extincteurs, le feu est maîtrisé avant l’arrivée des pompiers.

Week-end du 6 : « Pigalle-Saint-Germain-des-Prés » de Jean Berthomieu, avec Jacques Hélian et son orchestre, Jeanne Moreau et Henri Genès, au cinéma Celtic.

Celtic, Tél 1951 10 06Dimanche 7 : beau temps chaud, enfin.

Cormorans 4 – Stade lesnevien 0 (buts de Jacob, Larnicol, Ronarch et Cloarec).

Lundi 8 : dans la nuit de dimanche à lundi, le thonier douarneniste « Saint-Jacques », trompé par la brume, s’échoue à Penhors. L’équipage est sauf, mais le thonier est considéré comme perdu.

La sardine se trouve désormais en baie de Douarnenez. Malgré l’interdiction, certains sardiniers audiernais et bigoudens se servent de bolinches en limite de baie ou même à l’intérieur de la baie.

Mardi 9 : les sardiniers douarnenistes refusent de prendre la mer pour protester contre l’utilisation des filets tournants dans la baie.
Devant la pointe de Brézellec, cinq thoniers de Douarnenez qui faisaient route pêche, s’en prennent aux sardiniers d’Audierne et de Saint-Guénolé. « La voix du marin » qui se trouvait pourtant en zone autorisée, à proximité de la vedette garde pêche, est pris en chasse par le thonier « Pieuse paysanne ». Il réussit grâce à une manœuvre en zig-zag à l’éviter. Les Douarnenistes accuseront, à tort semble-t-il, un marin du sardinier d’avoir brandi un fusil. Pendant ce temps le « Janine » d’Audierne est démâté par les tangons de « La Brise », un autre thonier, et « l’Odile et Jeanine » de Saint-Guénolé subit le même sort, attaqué par le « Rosmeur ». Les marins des sardiniers reçoivent également des jets de divers projectiles, galets, pommes de terre…

Mercredi 10 : la flottille douarneniste se rend sur les lieux de pêche, mais sans ses engins de travail, juste pour interdire l’accès à la baie aux bolincheurs. Quelques incidents sont à nouveau à déplorer. L’escorteur « Grenadier » est dépêché sur place.

Week-end du 13 : « Dieu à besoin des hommes » de Jean Delannoy, avec Pierre Fresnay au Bretagne cinéma du bourg. Ce film, est inspiré du roman « Un recteur de l’île de Sein » de Henri Queffelec.

Bretagne cinéma, Tél 1951 10 13« La chartreuse de Parme » de Christian-Jaque, avec Gérard Philipe, Renée Faure et Maria Casarès, au cinéma Celtic.

Celtic, Tél 1951 10 13Dimanche 14 : ES Kreisker 1 – Cormorans 0.

Lundi 15 et mardi 16 : à l’entrée de la baie de Douarnenez, les deux flottilles se font face, sans pêcher.

Lundi 15 : réception officielle du pont entre Léchiagat et Guilvinec, en présence de Jean Lavalou, conseiller général et de plusieurs personnalités.

Mercredi 17 : retour progressif au calme en baie de Douarnenez.

Vendredi 19 : les thoniers sont à la cape.

Dimanche 21 : réunion des Anciens combattants salle Dessoudres.

Dimanche 28 : JA Gourin 5 – Cormorans 4 (buts de Jacob (2), Larnicol et Bodéré).

Vers 21 heures, une aurore boréale est observée à Saint-Guénolé pendant une vingtaine de minutes. La dernière datait de janvier 1938. Les plus superstitieux prédisent déjà l’arrivée d’une nouvelle guerre mondiale.

Fin octobre : la sardine qui semblait avoir quitté la baie d’Audierne depuis le 20 septembre est revenue en abondance.

Les derniers thoniers sont rentrés avec 150 à 700 thons par bateau. Ils arment désormais pour le chalut ou la palangre. Les apports ont été très moyens, mais les prix élevés ont sauvé la campagne de 1951.

Bilan du port : 227 tonnes, chiffre d’affaires 31 269 000 F.

NOVEMBRE

Début novembre : tempête de suroît, pluie continue pendant plusieurs jours.

Mardi 6 : la tempête s’apaise, les côtiers peuvent sortir.

Mercredi 7 : vers 16 heures, le « Notre-Dame de la Joie » de Saint-Guénolé, qui rentrait de Jones Bank pour aller vendre sa pêche à Concarneau, brise une bielle près des Etocs. Le vent et le courant le drossent presqu’aussitôt sur les rochers. Les neuf marins parviennent cependant à mettre l’annexe à l’eau, ils sont rapidement recueillis par « la Barcarolle » de Kérity, tandis que leur bateau finit de sombrer.

Dimanche 11 : Cormorans 0 – Stade briochin 1

Mercredi 14 : les forces françaises en Indochine prennent Hoa Binh.

Samedi 17 : les sardiniers ont tous désarmé dans la semaine.

Dimanche 18 : Cormorans 4 – Stella Maris de Douarnenez 1 (buts de Jacob (2), Cloarec et Ronarch).

Mardi 20 : tempête dans la nuit du mardi au mercredi.

Mercredi 21 : le « Yannick et Maryvonne » est pris en remorque par le chalutier concarnois « Monique Paulette ».

Vendredi 23 : arrivée à Concarneau du « Yannick et Maryvonne ».

Décès de l’entrepreneur de Penmarc’h Alain Péron, dit Lin Bi.

Dimanche 25 : Phalange d’Arvor 0 – Cormorans 2 (Rolland et Jacob).

Lundi 26 : retour du grand beau temps.

Mardi 27 : accord sur la ligne de cessez-le-feu du 38° parallèle en Corée.

Mercredi 28 : le décret autorisant la Chambre de commerce à contracter un emprunt pour les travaux de déroctage de la petite passe est publié au Journal officiel.

Le « Denise » est victime d’un accident au port de Saint-Guénolé. Il casse sa béquille babord à marée basse et se remplit d’eau.

Vendredi 30 : après 32 heures d’efforts le « Denise » est enfin vidé de son eau grâce à la pompe de la Société Dumez et mis en lieu sûr. Les dégâts sont importants, mais il pourra reprendre la mer.

Fin novembre : après quinze jours de mauvais temps, le retour au calme permet d’excellentes pêches. Au port du Guilvinec, c’est la meilleure semaine de l’année.

Bilan du port : 127 tonnes, chiffre d’affaires 18 418 000 F.

DECEMBRE

Début décembre : l’avant projet de l’école maternelle de Saint-Guénolé, déposé par l’architecte Louis Mony, est approuvé. Il sera soumis à la Préfecture pour approbation. Il est également décidé de contracter un emprunt pour financer la construction d’un bureau de poste à Saint-Guénolé. Toujours à la poste, un emploi d’aide est créé, il est attribué à Mme veuve Merrien.

Lundi 3 : Julien Gracq refuse le Prix Goncourt qui lui a été attribué pour « Le rivage des Syrtes ».

Mercredi 5 : le beau temps persiste.

Week-end du 8 : « Sans laisser d’adresse » de Jean-Paul Le Chanois, avec Bernard Blier et Danièle Delorme, au cinéma Celtic.

Celtic, OF 1951 12 07Dimanche 9 : à Carhaix, les Cormorans sont battus 3 à 1 par le leader. But de Jacob.

Une forte tempête affecte particulièrement les chalutiers qui pêchent au nord.

Mardi 11 : le mauvais temps se poursuit.

Week-end du 15 : fête de Noël des écoles à Saint-Guénolé.

Dimanche 16 : les Cormorans battent le Stade lamballais par 3 à 1.

Samedi 22 : soirée dansante des étudiants au salon Lanthony.

Des séances d’entraînement au volley ont désormais lieu sur les dunes près de l’école, les dimanches de 11 h à 12 h. Elles sont organisées par MM Corcuff et Le Balch, instituteurs. Ces entraînements ont pour but de constituer une équipe qui sera affiliée à la Fédération de Bretagne de volley.

Dimanche 23 : le « repas des vieux » organisé par la municipalité a lieu à l’hôtel Lanthony.

Mercredi 26 : au Celtic, dans une salle pleine à craquer, une soirée est organisée par la Caisse de secours aux familles des péris en mer. Projection d’un documentaire de l’Institut océanographique de Monaco constitué de vues sous-marines, puis de documentaires sur la pêche, réalisés à Boulogne et en Bretagne. La soirée se poursuit par les films « Pêcheur d’Islande » et « Mon ami Pierre » (2).

Jeudi 27 : une tempête violente se déclenche dans la nuit du mercredi au jeudi. Dans l’après-midi, à marée haute, la mer déchaînée déborde sur le Ménez. Le local du mareyeur Furic a sa grande porte enfoncée par un paquet de mer. Au port, plusieurs bateaux sont abîmés, en particulier le « Revanche de la Raison » dont l’étrave s’est ouverte en partie. Quant aux travaux du port, ils sont une nouvelle fois mis à mal. La société Etudes et travaux qui construit l’abri du canot de sauvetage a particulièrement souffert : ses planches et fers à béton sont dispersées sur le terre-plein, son compresseur a été renversé par la mer, sa baraque en bois menace de s’écrouler. Le terre-plein lui-même est à nouveau endommagé et le port s’est encore ensablé un peu plus.

Une fête est organisée à l’usine Roulland à l’occasion d’une cérémonie de remise de médailles au personnel. Après les discours de M.M. Georges Roulland et Auguste Dupouy, une collation est servie dans l’usine spécialement décorée. Les chansons en français et en breton ne tardent pas. La journée s’achève par un bal, à peine perturbé par la grosse tempête qui souffle à l’extérieur. Voici la liste des médaillés par ordre d’ancienneté : François Durand (sertisseur), Pierre-Jean Riou (autoclaviste), Louis Calvez (magasinier), Georges Chapalain (directeur gérant), Marie Lucas veuve Floch, Alain Kéravec, Catherine L’Helgouarch, Marie Joncour (contremaîtresse), Marie-Louise Hélias, Isabelle L’Helgouarch, Yvon Lucas (chauffeur), Pierre-Jean Faou, Pierre-Jean Cosquer, Marie Rioual, Corentine Le Brun, Corentine Salaun, Léontine Le Brun et Marie Le Pape.

Vendredi 28 : nouvelle tempête dans l’après-midi.

Samedi 29 : dans la nuit de vendredi à samedi la tempête redouble de violence, avec des vents orientés au sud-ouest qui atteignent 150 km/h en rafales, de la pluie, de l’orage et de la grêle. Les marins des ports bigoudens restent en alerte toute la nuit. Des toitures sont arrachées, des murs, des arbres, des poteaux électriques sont abattus, en particulier au Guilvinec. La digue de Lesconil, déjà mise à mal par la violence des vagues de jeudi, finit par céder vers 4 heures du matin, rendant très critique la situation des bateaux amarrés dans le port. L’Ile-Tudy et Plozévet ont également beaucoup souffert.

Lundi 31 : bal annuel des Cormorans, salle Kerfriden.

« Ronde de nuit » de François Campaux, avec Tilda Thamar, Carette et Roquevert, au cinéma Bretagne du bourg.

Bilan du port : 73 tonnes.

________________________________________

Autres évènements, remarques, statistiques…

Bilan de 1951 pour le port de Saint-Guénolé : 3530 tonnes pour 318 143 000 F de chiffre d’affaires.

227 t. de thon pour 48 763 000 F (125 t. en 1950).
1188 tonnes de sardines pour 107 340 000 F.
117 tonnes de crustacés pour 13 588 000 F.
1143 tonnes de maquereaux de dérive (nouvelle année record pour le port) pour 53 661 000 F.

855 tonnes de poisson de chalut, palangre et divers pour 94 792 000 F.

Saint-Guénolé est en tête des ports bigoudens pour le thon, la sardine et le maquereau, mais Guilvinec domine pour le chalut.

Chez les thoniers, la meilleure saison a été réalisée par « l’Ecumeur des mers », avec plus de 6000 poissons capturés en six voyages. Quatre autres bateaux ont pêché plus de 5000 thons : « Joseph et Margot », « Aiglone », « Mireille » et « Malvaod ».

Le nombre de bateaux, qui avait légèrement baissé en 1950, ne repart pas à la hausse. Les bateaux de plus de 10 tonneaux passent de 37 à  38. Le départ du « Cléopâtre » à Douarnenez, du « Yannick et Maryvonne » à Kérity et les naufrages de « l’Errante » et du « Notre-Dame de la Joie » sont compensés en nombre par l’arrivée de cinq nouvelles unités dont quatre neuves : « Cénacle« , « Ar Gareck« , « Per Nostis » et « Reine des Cormorans« , plus le « Joseph et Margot« , acheté à Douarnenez. Les canots et petites pinasses de 3 à 10 tx continuent pour leur part à diminuer, passant de 27 à 25. Trois s’en vont : « Belle poule » de Jean-Louis Tual et « La Voix du marin » GV 6201 de Jean-Marie Le Pape sont désarmés,  et « Reder mor » part à Douarnenez, Vincent Tanter le remplace cependant par un nouveau canot, le « Saint-Guénolé ». La flottille de Saint-Guénolé demeure presque stable à 63 unités de plus de 3 tonneaux contre 64 en 1950.

s-belle-poule-tirages-modernes-detail

« Belle poule » au premier plan. Carte postale Tirages modernes (détail).

 

(1) et (2) « Mon ami Pierre » peut-être visionné en passant par le lien suivant : http://www.cinearchives.org/Catalogue-d-exploitation-494-178-0-0.html
Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *