1950

JANVIER

Dimanche 1er : soleil printanier.

Jeudi 12 : le « Surcouf » pêche une torpille datant de la guerre. Elle est déposée sur le port de Kérity.

Dimanche 15 : Cormorans de Penmarc’h 2 – CEP Lorient 2

Lundi 16 : l’entreprise Dumez débute les travaux de prolongement du quai de Kérity.

Le responsable du drame de Trémillec Plomeur en octobre 1949, est condamné à six mois de prison.

Mercredi 18 : un décret entérine la disparition des services du Ravitaillement général.

Vendredi 20 : vague de froid.

Samedi 21 : le naufrage du chalutier « le Korrigan » de Lesconil sur les récifs de Men Du fait 6 victimes (1).

Dimanche 22 : les Cormorans l’emportent 3 à 1 à Saint-Pol de Léon contre l’ES Kreisker, grâce à deux buts de Jacob et un de Larnicol.

Vendredi 27 : la torpille débarquée par le « Surcouf » jeudi 12 est en fait une dangereuse mine acoustique anglaise. Il est demandé à la population d’observer la plus grande prudence et de ne pas la toucher.

Samedi 28 : une équipe d’artificiers, avec l’aide de l’équipage du « Surcouf » et du patron de « l’Oiseau blanc », transporte la mine à marée basse sur la plage du Steir, loin des habitations, en face du « maner Steir ». Après avoir attendu que l’engin soit largement recouvert par la mer à marée haute, les artificiers le font exploser.

Dimanche 29 : Stade pontivyen 2 – Cormorans 0.

Chute de neige et verglas, si Saint-Guénolé est peu touché, le paysage est tout blanc à partir de Plomeur.

La seconde quinzaine de janvier a été marquée par le froid

FEVRIER

Début février : Pierre Vincent Baltez est décoré de la croix de chevalier de la légion d’honneur en hommage à ses nombreuses interventions sur le canot de sauvetage de Saint-Guénolé « Maman Poydenot » de 1895 à 1919.

Pierre Vincent Baltez et son épouse httpwww.papapoydenot.fr

Pierre Vincent Baltez et son épouse. Photo du site httpwww.papapoydenot.fr

Mercredi 1er : tempête. Nombreux dégâts sur les toitures. A Kérity, la mer a inondé l’arrière dune du Steir.

Samedi 4 : courte accalmie.

Dimanche 5 : un véritable déluge s’abat sur Saint-Guénolé.

Lundi 6 : 2000 marins manifestent à Quimper contre les importations massives de poisson, contre l’absence d’accord sur le prix du maquereau et pour le rétablissement de la pension à 50 ans.

Mardi 7 : les travaux du port de Kérity sont perturbés par les tempêtes. Le bout du quai, en partie démoli par l’entreprise, est miné par la mer. Il est devenu dangereux.

Dimanche 12 : nouvelle tempête.

Gars de Saint-Thivisiau 1 – Cormorans de Penmarc’h 1 (but de Cloarec). Le vent souffle fort à Landivisiau ; les casquettes des supporteurs de Penmarc’h s’envolent et retombent parfois sur le terrain.

Lundi 13 : la tempête redouble de violence dans la nuit du dimanche au lundi.

Jeudi 16 : trois maquereautiers de Saint-Guénolé sont partis depuis quelques jours, les 15 autres restent coincés au port en raison du mauvais temps.

Vendredi 17 : amélioration, les bateaux peuvent enfin prendre la mer ; beaucoup n’étaient pas sortis depuis le 1er.

L’île de Sein est demeurée complètement isolée pendant une dizaine de jours.

Dimanche 19 : Cormorans 3 – En avant de Guingamp 3. (buts de Jacob, Ronarc’h et Cloarec) Les Cormorans sont 6ème.

Mardi 21 : obsèques de Corentin Drézen, mort à 52 ans. Commerçant bien connu à Saint-Guénolé, il tenait le Café de la Criée. Corentin Drézen avait fait la Première guerre mondiale à partir de 1917 en tant qu’engagé volontaire.

Mercredi 22 : naufrage dans la nuit du mercredi au jeudi du maquereautier douarneniste « Bonne franquette ». Il y a cinq victimes.

Jeudi 23 : décès de Michel Canévet, surnommé « Tonton Kel ». Michel Canévet exerça le métier de maçon pendant 73 ans. Apprenti à 10 ans, il ne cessa son activité qu’en 1949. Maçon réputé, excellent tailleur de pierre, il participa à la construction de la plupart des usines de Saint-Guénolé. Pourtant il était infirme, il avait été amputé de la main gauche après une grave brûlure à l’âge de 13 mois.

Les bateaux qui faisaient le hareng en mer du Nord viennent de rentrer. Ils ont été contraints de rester en relâche pendant 15 jours.

Le « Malvaod » débarque 22 tonnes de maquereaux à Concarneau.

Dimanche 26 : les Cormorans sont battus 2 à 0 par la Stella Maris de Douarnenez. Ce match a eu lieu au Guilvinec, car le terrain penmarchais de Keryet était impraticable.

MARS

Mercredi 1er : fin de la grève des mareyeurs de Saint-Guénolé et du Guilvinec.

Jeudi 2 : Corentin Le Rhun organise un voyage touristique en car à Fontaines en Vendée.

Samedi 4 : retour du corps et obsèques de François Péron, en présence d’une foule nombreuse. Il fut l’une des premières victimes du nazisme en Bretagne.

Dimanche 5 : beau temps.

Cormorans 4 (buts de Larnicol 2, Guirriec et Ronarch) – Stade briochin 0

Mardi 7 : temps brumeux, le chalutier « Union » s’échoue devant Léchiagat, il n’y a pas de victimes.

Mercredi 8 : « Union » est parvenu à se déséchouer.

Union, CAP 110

« Union » GV 6450. Carte postale CAP n°110.

Le beau temps se poursuit.

Dimanche 12 : Garde Saint Yvi 2 – Cormorans 1

Jeudi 16 : une tempête de suroît se déclenche en soirée. Le maquereautier « Papillon IV » perd tous ses filets et tombe en panne de moteur.

Le maquereautier « Poncelet » du Guilvinec est lui aussi en panne à 45 milles dans l’ouest d’Ar-Men. Il décide de rentrer à la voile, escorté par le « Mousse Bihan III« .

Vendredi 17 : tempête avec des rafales de plus de 90 km/h.

Vu l’état de la mer, arrivé à proximité des Etocs, le « Poncelet » demande au « Mousse Bihan III » de le prendre en remorque et peut ainsi rentrer plus sereinement au port du Guilvinec.

Le « Papillon IV », avec sa voilure de fortune, est repéré à 10 milles dans le nord-ouest de la grande basse de Portsall. Trois avisos partent de Brest à sa rencontre et un avion décolle pour participer aux recherches. Dans l’après-midi, le « Papillon IV » parvient à s’abriter dans l’anse de Pors Kernoc à l’île de Batz. Il est pris en remorque un peu plus tard par deux bateaux qui le conduisent au port de Roscoff.

Samedi 18 : la tempête continue. Le chalutier « Danton » du Guilvinec fait naufrage dans les parages des Etocs. Il y a 8 victimes.

Dimanche 19 : les Cormorans gagnent à Lamballe contre le Stade lamballais par 5 à 2 (buts de Lucas, Péron, Ronarch et 2 buts de Cloarec).

Mi-mars : un gala est organisé au théâtre de la « Gaîté lyrique » à Paris, en faveur des familles des péris en mer. A cette occasion, un duplex téléphonique est établi avec le phare d’Eckmühl, pendant lequel le gardien et plusieurs sauveteurs interviennent.

Gaîté lyrique, cp

La Gaîté lyrique ; carte postale.

Vendredi 24 : à l’église de Léchiagat, service funèbre à la mémoire des victimes du « Danton ». La cérémonie est présidée par Mgr Fauvel, en présence du Préfet.

Dimanche 26 : devant un public très nombreux, les Cormorans battent le leader, le Stade Léonard, par 1 à 0. Avec 24 points, ils terminent à la 3ème place du classement. Le Stade Léonard et En Avant Guingamp sont premiers ex aequo. Il faudra un match supplémentaire pour les départager.

Le « Jacqueline », pinasse de Kérity, ramène une mine de 200 kg.

Jeudi 30 : les travaux du terre-plein du port ont repris après plusieurs mois d’arrêt. Le remblai vient de l’arrière dune de Pors Carn où l’entreprise Dumez a installé une grue et dispose d’une pelle mécanique à chenilles. Des camions font en permanence la navette entre Pors Carn et le port.

306 tonnes de maquereaux ont été pêchées en mars.

AVRIL

Lundi 3 : travaux du port : il reste une trentaine de mètres de quai à construire, sur les 175 mètres prévus. Les opérations de déroctage, favorisées par la grande marée, se poursuivent à l’aide d’un bulldozer. En revanche le comblement de la grande passe est au point mort depuis octobre 1949 ; sur les 400 mètres prévus il n’y a que 70 mètres de réalisés. On espère qu’avec les beaux jours, les travaux vont s’accélérer ; le barrage pourrait être terminé au cours de l’été.

Mardi 4 : à l’hôtel Moguérou, réunion de préparation de la grande fête folklorique qui sera organisée par les « Mouettes d’argent » du 11 au 13 août.

Guillaume Tanneau, dit Tonton Lom, pêcheur bien connu à Saint-Guénolé, se noie dans la grande passe. Son canot est retrouvé vide et plein d’eau. Son chien, qui l’accompagnait à bord, est rentré seul à la maison. Il s’agit sans doute de la dernière victime de la grande passe.

Les maquereautiers et chalutiers n’ont pas pu prendre la mer depuis plusieurs jours à cause du mauvais temps.

Dimanche 16 : le Stade Léonard devient champion de Division d’honneur en battant Guingamp 1 à 0.

Le Pemp du CAB remporte le premier tour de la ville de Pont-l’Abbé, devant plusieurs milliers de spectateurs.

Lundi 17 : la campagne du maquereau demeure décevante. Le « Cléopâtre » d’Eugène Savina vient de désarmer pour se mettre à la palangre.

A Brest, lors d’une manifestation, Edouard Mazé, militant CGT, est tué d’une balle dans la tête par les forces de l’ordre.

A Quimper, la porte de la préfecture est enfoncée par des manifestants.

Mercredi 19 : les obsèques d’Edouard Mazé à Brest sont suivies par plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Vendredi 21 : obsèques de Guillaume Tanneau, dont le corps a été retrouvé dans le port la veille.

Samedi 22 : lors d’un meeting du Parti communiste aux nouvelles halles de Quimper, deux grenades sont lancées dans l’assistance, faisant une dizaine de blessés.

Lundi 24 : réouverture du Restaurant-hôtel de la Mer, avec à sa tête un nouveau propriétaire : Donatien Gloaguen.

Les travaux du port de Kérity sont toujours au point mort, ce qui gène considérablement l’accostage des bateaux.

« L’Ecumeur des mers » a abandonné à son tour le maquereau pour la palangre.

MAI

Début mai : les travaux de construction du phare de Locarec à Kérity sont terminés. Sa mise en service est imminente.

Une nouvelle unité vient d’arriver à Kérity : « la Barcarolle ». Construit par le chantier Baltès de Léchiagat, c’est un chalutier de 15,19 m, il jauge 25,40 tx et est propulsé par un moteur Baudouin de 120 cv. « La Barcarolle » appartient à Amédée Palud (qui en sera le patron) et à Adolphe Gourlaouen.

Le nouveau cercle folklorique de Saint-Guénolé, créé en février 1949, vient de se produire pour la première fois à l’extérieur, lors de la fête de l’Amicale laïque de Pontivy. Ce groupe a récemment pris le nom de Korollerien an aod. Parmi les membres du groupe, on peut citer les instituteurs Yves Bargain à la bombarde et Jean Olivier au biniou, ainsi que les chanteurs Monot et Guénolé.

Mardi 2 : « l’Arche d’alliance » est le troisième maquereautier à désarmer. Il s’équipe pour la sardine.

Jeudi 4 : les résultats de la pêche au maquereau de dérive sont toujours désastreux.

Samedi 6 : remise de décorations à l’usine Griffon. Plusieurs membres du personnel reçoivent des médailles : Mmes Durand, Lautrédou, Le Lay, Le Pape, Pérennou et Volant ainsi que Julien Boënnec, Jean Péron et Louis Quenet. Jean Guichaoua, directeur gérant depuis 1926 est également décoré. Dès midi, les chants commencent et après le repas, tout le personnel se rend à Loctudy pour une promenade. La soirée se termine très tard, au son de l’accordéon.

Mercredi 10 : apparition des premières sardines en baie de Concarneau.

Jeudi 11 : les travaux de démolition du musoir du quai de Kérity occasionnent beaucoup de perturbations. Un seul bateau peut accoster au quai. Un accident s’est produit, il aurait pu virer au drame. « L’Etoile d’or » qui voulait embarquer de la glace et des provisions, a dû utiliser des annexes, car la place le long du quai était occupée par le « Cormoran », en train de décharger sa pêche. Mais une des annexes, trop chargée, a coulé dans le port avec sa glace et ses vivres. Heureusement que ses occupants ont pu être récupérés rapidement.

Samedi 13 : inauguration du cinéma de Saint-Guénolé, construit sur la dune de la Joie. Propriété de Corentin Le Lay, il mesure 25 m sur 12 et offre une capacité de 400 places dont 100 au balcon.

Dimanche 21 : concours de galoche à Kervilon, devant chez L’Hénoret-Le Roux. La compétition est dotée de 6000 F de prix, dont 3000 F pour l’équipe gagnante.

Lundi 22 : les premiers bateaux s’arment pour la sardine.

Mardi 23 : naufrage du chalutier guilviniste « Constructeur Craff » sur la pointe de la Jument à Trégunc. Il n’y a pas de victimes.

Dimanche 28 : entrée en service du nouveau bac entre Ste-Marine et Benodet.

Assemblée générale des Cormorans et banquet à l’Hôtel Moguérou.

Mardi 30 : les cultivateurs du Pays bigouden ont expédié 200 tonnes de pommes de terre vers la région parisienne, c’est un record. On est en pleine saison, tous les jours ce sont 120 à 130 tonnes, soit 15 à 20 wagons qui partent de la gare de Pont-l’Abbé. Et cette année la plupart des producteurs ont accepté de trier leurs pommes de terre, ce qui va favoriser la commercialisation.

Fin mai : invasion de doryphores dans les champs de pommes de terre. On constate également la présence de mildiou.

Le mur du quai de Saint-Guénolé (175 mètres) est terminé.

Mai : les frères Bariou partent en voyage à Saint-Jean de Luz pour étudier la pêche à l’appât vivant.

JUIN

Début juin : les bateaux des frères Bariou, « Mousse Bihan III » et « Mab mousse bihan » sont au chantier Krebs à Concarneau. Ils vont être dotés de viviers pour la pêche au thon à l’appât vivant. Six autres bateaux de la région vont tester cette pêche innovante.

Jeudi 1er : création d’une Caisse locale de secours aux familles des péris en mer pour le quartier maritime du Guilvinec. Deux marins de Saint-Guénolé font partie du conseil d’administration, MM Tymen et Le Pape.

Week-end du 3 : « Les inconnus dans la maison » de Henri Decoin, avec Raimu, au cinéma Celtic.

Samedi 3 : cérémonie de bénédiction de l’église de Kérity, qui après deux ans de travaux a retrouvé une charpente et une toiture.

Lundi 5 : la saison de la sardine commence au port de Saint-Guénolé, dix sardiniers y ont vendu leur pêche. Ils travaillent actuellement en baie de Concarneau, sept à la bolinche et trois au filet tournant.

Mardi 6 : très violent orage, accompagné de pluie et de grêle.

Mercredi 7 : avant l’arrivée des touristes, la municipalité a procédé à un grand nettoyage de la grève, de la cale à Pen ar Beg.

Samedi 10 : « l’Arche d’alliance » tombe en panne de moteur au large de la pointe de Brezellec (Cléden-Cap-Sizun). Il est remorqué jusqu’à Douarnenez par la vedette garde-côte « Goyen ».

Dimanche 11 : les Korollerien an aod participent à la Fête de la jeunesse de Brest.

Lundi 12 : le « Mireille » est le premier thonier de Saint-Guénolé à appareiller. Ils seront 15 cette année, alors qu’ils n’étaient que 7 en 1949. Le prix minimum du kilogramme de thon a été fixé à 120 F.

Artaud, GV 7264 mireille

Le « Mireille ». Carte postale Artaud.

Mardi 13 : après Locarec, c’est la construction du phare de Grouiez Bihan devant Saint-Pierre qui vient de se terminer. Il sera bientôt opérationnel.

Jeudi 15 : les usines de Saint-Guénolé sont en pleine saison de petits pois et ont du mal à absorber les arrivées précoces de sardines. Il a fallu contingenter les apports à 0,4 t. par jour et par bateau.

Chaque jour les sardiniers, une trentaine en ce moment, partent de très bonne heure le matin et reviennent entre 7h30 et midi. Sur ces 30 sardiniers, 20 utilisent la bolinche, ce qui nécessite un équipage important de 12 à 14 marins, 5 ou 6 pinasses travaillent encore aux filets droits et les autres se servent de filets tournants.

« l’Ancre de miséricorde » vient de réarmer pour le maquereau.

Vendredi 23 : feu de la Saint-Jean sur le Menez, animé par les Mouettes d’argent. Danses, chants et contes se succèdent jusqu’à tard dans la nuit.

Dimanche 25 : début de la guerre de Corée.

Vendredi 30 : retour des deux premiers thoniers de Saint-Guénolé, après une première marée exceptionnellement rapide. Le « Mireille » débarque 500 thons à Concarneau et le « Simon et Marcelle » 450.

Les marins réclament haut et fort l’approfondissement de la petite passe, car celle-ci sera bientôt la seule entrée du port. Ils craignent de devoir souvent attendre la mi-marée pour pouvoir sortir ou rentrer.

Juin a été chaud et très sec au sud de la Bretagne.

JUILLET

Dimanche 2 : 80 enfants des écoles, accompagnés par les Korollerien an aod, se sont déplacés à Douarnenez pour participer à la fête fédérale de l’Amicale laïque.

Lundi 3 : le « Mousse Bihan III » part pour la pêche au thon à l’appât vivant ; cette expérience est attentivement suivie par les autres ports.

Mardi 4 : le Grand prix de la Ville de Penmarc’h est remporté par Laurent Cariou du VS Quimpérois. Les champions cyclistes de Saint-Guénolé sont battus, Lucien Le Buhannic est 4ème, Lili Castric 7ème.

Jeudi 6 : retour du « Mousse Bihan III » avec une pêche nulle. Les frères Bariou abandonnent l’appât vivant pour cet été, mais ils vont continuer la pêche au thon de manière traditionnelle.

Vendredi 7 : promenade scolaire à Pont-Aven, Port-Manech et Concarneau.

Lundi 10 : un maçon chargé de la restauration de l’église Sainte-Thumette à Kérity fait une chute de 5 m. Il est transporté sans connaissances à l’hôpital de Pont-l’Abbé.

Mercredi 12 : la typhoïde sévit à Saint-Guénolé ; la mairie de Penmarc’h publie des recommandations d’hygiène.

Typhoïde, Tél 1950 07 12

Avis paru dans le Télégramme du 12 juillet 1950.

Jeudi 13 : René Pleven devient Président du Conseil. André Monteil, propriétaire d’une des villas du Menez, est nommé secrétaire d’Etat aux Forces Armées (Marine).

Rene_Pleven PH US Government

René Pleven. Photo US Government.

Samedi 15 : naufrage de la pinasse « Mathieu-Bihen » de Douarnenez avec 12 hommes à bord, sur la roche des Pourceaux entre Le Conquet et Molène. Il n’y a pas de survivants.

Mi-juillet : la première marée de thon se termine, elle a été correcte dans l’ensemble.

La moitié des sardiniers du port pêche dans le sud, entre Quiberon et Loctudy.

Dimanche 16 : kermesse de l’Amicale laïque de Saint-Guénolé. A 11h, apéritif concert salle de la cantine avec quatre musiciens, dont le jeune virtuose Jean Brignonen, 15 ans, premier prix du conservatoire de Rennes. L’après-midi, kermesse avec de nombreux stands, dont un bar montmartrois. Le soir, retraite aux flambeaux, suivie d’une grande soirée avec la participation entre autres des clowns Jojo et Pastis et du « Bourvil brestois ». Un bal animé par l’orchestre de Jean Brignonen vient clore la soirée.

Mardi 18 : un incendie causé par une lampe à pétrole se produit sur le sardinier « Jeanne et Monique » de Kérity. Les dégâts sont heureusement mineurs.

Vendredi 21 : la colonie de vacances de Saint-Guénolé se rend à Thiers en Auvergne. Les 74 enfants sont accompagnés par 6 moniteurs. L’intendance sera assurée par M et Mme Signor, instituteurs à Saint-Guénolé.

Jacques Le Rhun, patron du « Fer à cheval », sauve un marin tombé dans le port de Kérity.

Week-end du 22 : « Ces dames aux chapeaux verts » de Fernand Rivers, avec Colette Richard et Henri Guisol, au cinéma Celtic.

Celtic, Tél 1950 07 21Juillet : lancement du « Joyeux pêcheur » au chantier Biger du Faou, pour Albert Gloaguen de Kérity.

AOUT

Août : début de la construction du pont entre Le Guilvinec et Léchiagat.

Début août : le footballeur Jacky Scuiller annonce qu’il abandonne le professionnalisme. Il faisait jusqu’alors partie de l’équipe du FC Nantes.

Dimanche 7 : Ferdi Kubler remporte le Tour de France.

Ferdi_Kübler (en 1954) Polygoon Hollands Nieuws

Ferdi Kübler. Photo Polygoon Hollands Nieuws de 1954.

Mercredi 9 : Guy Monfort, 12 ans, est emporté par une lame alors qu’il pêchait à Poulbriel sur ar Gador. Malgré les efforts entrepris par le Capitaine Querangal des Essarts, qui n’a pas hésité à plonger pour tenter de le ramener, il n’a pas été retrouvé. Alerté, le « Mousse Bihan III » qui était au port, a même pris le risque de s’engager dans l’anse pour le rechercher, mais sans succès.

Jeudi 10 : en préambule des grandes fêtes du Pays bigouden, la soirée est consacrée à un festival du documentaire breton au cinéma Celtic. Après des reportages sur les fêtes de Cornouaille, trois films sont présentés par M. Caouissin : « Combourg, visage de pierre » et deux films de Jean Epstein : « Feux de la mer » et « Le tempestaire ». En intermède, Jacques Calvez, des « Mouettes d’argent », donne un tour de chant et le conteur Yann Drezen déchaîne les rires de la salle.

Vendredi 11 : première journée des grandes fêtes du Pays bigouden, organisées à Penmarc’h par les Mouettes d’argent, avec en soirée à Kérity et à Saint-Pierre une retraite aux flambeaux et une veillée de la jeunesse, composée de danses, de chants et d’un radio-crochet.

Samedi 12 : deuxième journée des grandes fêtes du Pays bigouden. Le matin, promenade en mer. Nuit bigoudène en soirée à la villa des Goélands, avec la participation du Cercle de Pont-l’Abbé, des Mouettes d’argent, de la chorale de l’Ile-Tudy et du conteur Yann Drezen.

Dimanche 13 : dernière journée des grandes fêtes du Pays bigouden. Le matin défilé devant une foule très dense, avec les cercles celtiques de Concarneau, Pouldergat, Pouldreuzic, Quimper, Pont-l’Abbé, les Mouettes d’argent, la Kervren C’hlazik et ses 25 binious et les reines du Pays bigouden. A midi, couronnement de la reine de Penmarc’h. A 14 h, villa des Goélands, spectacle folklorique et kermesse bretonne. En soirée, élection de la reine des reines du Pays bigouden ; son couronnement est assuré par la reine de Cornouaille, Yvonne Le Meur. La fête se termine par un bal aux salons Kerfriden, animé par un grand orchestre.

Jeudi 17 : le « Mousse Bihan III » abandonne la pêche au thon pour s’armer au chalut. Avec le « Mab Mousse Bihan », il va aller pêcher la langoustine sur Jones bank.

Vendredi 18 : retour de la colonie de vacances en soirée.

Jeudi 24 : obsèques de Guy Monfort, dont le corps a fini par être retrouvé.

Samedi 26 : le salon de l’élevage du canton de Pont-l’Abbé a lieu cette année à Keryet, le stade de Penmarc’h.

Dimanche 27 : au Guilvinec en match amical, l’US Guilvinec bat les Cormorans par 2 à 0.

Fin août : les thoniers qui sont rentrés ces derniers jours ont des pêches faibles, inférieures à 450 thons. Certains désarment.

Le temps est plutôt mauvais depuis des semaines.

La pêche à la sardine s’est améliorée en août.

SEPTEMBRE

Dimanche 3 : à Landivisiau, les Cormorans font match nul 1 à 1 contre les Gâs de Saint-Thivisiau ; but de Ronarc’h.

Dimanche 10 : à Penmarc’h, nouveau match nul pour les Cormorans, 0 à 0 contre le Stade morlaisien.

Beau temps.

Mi-septembre : le projet de route entre les ports bigoudens et Douarnenez se concrétise, l’adjudication des travaux devrait se faire en octobre.

Il y a 33 sardiniers qui vendent à Saint-Guénolé, ils pêchent beaucoup de sprats ces temps ci.

Samedi 16 : tempête.

La frégate « Laplace » saute sur une mine près du fort de la Latte, à proximité de Saint-Malo. Il y a 51 victimes.

Dimanche 17 : les Cormorans sont battus à domicile 4 à 3 par l’AS Brestoise.

Lundi 18 : la tempête a détruit des coffrages qui servaient aux travaux du port.

Mardi 19 : six jeunes de la commune sont verbalisés par les gendarmes pour tapage nocturne.

Mercredi 20 : la pêche à la sardine, malgré l’interruption due à la tempête, donne de bons résultats.

Les thoniers désarment au fur et à mesure de leur arrivée. Le thon a donné de bons résultats en début de saison, mais par la suite la campagne s’est avérée décevante.

Samedi 23 : comice agricole du canton au stade de Keryet à Penmarc’h.

Dimanche 24 : à Penmarc’h, les Cormorans tiennent en échec le Stade pontivyen, leader de Division d’honneur, 0 à 0.

Jeudi 28 : malgré l’interdiction, des bateaux d’Audierne pêchent au filet tournant à l’entrée de la baie de Douarnenez ce qui fait remonter la tension. Des échanges d’insultes avec les Douarnenistes et des jets de projectiles sont à déplorer.

Vendredi 29 : le Conseil général va réduire les dépenses de personnel et de traction pour la voie de chemin de fer Pont-l’Abbé – Saint-Guénolé, car ses résultats d’exploitation montrent une forte baisse depuis 1948. Pour ce qui concerne le port de Saint-Guénolé, le Conseil général donne son accord à la réalisation de travaux supplémentaires concernant l’approfondissement de la petite passe.

Fin septembre : les travaux du port ont été considérablement ralentis par le mauvais temps qui a sévi à plusieurs reprises cet été. La digue de 70 mètres construite en 1949 a été prolongée d’une vingtaine de mètres ; il reste encore une dizaine de mètres à réaliser cette année. Par ailleurs, des blocs de béton de 10 à 18 tonnes ont été placés sur l’enrochement à l’aide d’une grue flottante.

Bon mois pour la sardine, malgré un affaiblissement les derniers jours.

Goarin, Tél 1950 10

OCTOBRE

Dimanche 1er : mauvais temps.

Lundi 2 : accident au port de Kérity. Un wagonnet chargé de l’entreprise Dumez, chargée des travaux du port, tombe de la digue et s’écrase 3 mètres plus bas sur la cale faisant un mort et un blessé.

Vendredi 6 : fin d’une longue période de mauvais temps commencée depuis le 25 septembre

Dimanche 8 : les Cormorans obtiennent un match nul 0 à 0 à Carhaix.

Les « Korollerien an aod », emmenés par Fanchic Briant à la bombarde et Olivier au biniou obtiennent un grand succès à la foire exposition de Pontivy. Durant l’hiver, le groupe a prévu de répéter tous les mercredis soirs dans la salle de la cantine de l’école.

Vendredi 13 : on apprend que le stade de Keryet à Penmarc’h, va désormais s’appeler Stade Jean-Marie Le Bihan, en hommage au propriétaire du terrain qui l’a cédé à vil prix au club des Cormorans. En 1950, il existe toujours une butte près du terrain, vestige de l’ancien vélodrome.

Dimanche 15 : dans le derby bigouden, les Cormorans battent l’US Pont-l’Abbé par 3 à 1 (buts de Larnicol, Rolland et Ronarch). Leur dernière confrontation officielle remontait à 1936, où en championnat de Division 2, Penmarc’h l’avait emporté par 6 à 1. L’équipe de Penmarc’h s’est présentée dans la composition suivante :
Le Loch ; Lucien Péron, Bodéré ; Jos Péron, Lappart, Séven ; Larnicol, Rolland, Ronarch, Cloarec, Jacob.

Jeudi 19 : départ d’un relais du souvenir au monument aux morts de Poulguen, devant 300 personnes. Il arrivera dimanche à Châteaubriant où sera inauguré le monument des fusillés.
Un autre relais part du monument aux morts de la Torche, il rejoint celui de Poulguen à Plomeur.

Vendredi 20 : la pêche au thon reste bonne au large de Belle-Ile et du plateau de Rochebonne, à tel point que le « Mab mousse bihan » vient de réarmer pour le thon.

Dimanche 22 vers 23 heures : un groupe de jeunes de Penmarc’h est à nouveau verbalisé par la gendarmerie pour tapage nocturne.

Mardi 24 : « l’Ecumeur des mers » qui venait de rentrer avec une pêche de 750 thons, est ressorti pour la journée, il a pêché 20 thons en baie d’Audierne.

Dimanche 29 : grâce à un but de Jacob, les Cormorans font match nul 1 à 1 à Douarnenez contre la Stella Maris.

Lundi 30 : début des séances de cinéma éducateur, bel exemple de collaboration entre la Mairie, l’école et M. Le Lay, le propriétaire du cinéma Celtic.

Octobre : arrêt provisoire des travaux du port. Le matériel de construction est transporté en partie à Kérity pour l’allongement de la cale. A Saint-Guénolé les travaux reprendront au printemps, quand les conditions redeviendront meilleures. Le chantier de la grande passe est loin d’être achevé, mais l’enrochement est en place. La grande passe est devenue impraticable. Il devient urgent d’approfondir la petite passe.

La sardine est toujours abondante en baie de Douarnenez.

NOVEMBRE

Jeudi 2 : le « Yannick et Maryvonne » de Kérity débarque 400 thons à Saint-Guénolé. C’est le dernier thonier penmarchais de la saison, tous les autres ont désarmé.

Le « Prat ar Raz » du Guilvinec s’échoue en pleine tempête sur l’Ile verte à Névez. Il n’y a pas de victimes et le chalutier semble récupérable.

Début novembre : mauvais temps

Dimanche 5 : le CEP Lorient bat les Cormorans par 5 à 0.

Vendredi 10 et samedi 11 : le mauvais temps, conjugué à la grande marée, a encore endommagé le chantier des travaux du port. Le sable fin de Pors Carn qui constituait une partie du soubassement du terre plein se retrouve désormais en grande partie dans le port, laissant la place sur le terre plein à une immense mare d’eau de mer.

Dimanche 12 : tempête sur la France dans la nuit du dimanche au lundi.

Lundi 13 : décès du général Jehan de Penfentenyo (1872-1950), maire de Loctudy de 1935 à 1950.

Mercredi 15 : la tempête qui se prolonge, met un terme final à la saison des sardiniers.

Jeudi 16 : l’île de Sein est restée isolée pendant une semaine.

« Jeanne d’Arc » de Victor Fleming, avec Ingrid Bergman, au cinéma Celtic.

Celtic, Tél 1950 11 16Dimanche 19 : une réunion a été organisée à la mairie pour évoquer la création d’un bagad dans la commune.

Lundi 20 : forte tempête dans la nuit de dimanche à lundi.

Le « Malvaod », surpris par la tempête, est à la cape depuis samedi à 70 milles à l’ouest d’Armen. Le vent souffle ouest-noroît, la mer est démontée. A 19h45, une lame déferle et couche le bateau sur babord, alors qu’il y a encore trois marins sur le pont. Le bateau parvient à se redresser, mais un des hommes, Eugène Larnicol, 27 ans, est emporté. Un autre marin, Alain Molis a l’avant bras fracturé. Quant au bateau, il a le tape-cul déchiré et la porte de la cuisine arrachée.

Mardi 21 : la tempête redouble d’intensité dans la nuit de lundi à mardi, des rafales de 131 km/h sont enregistrées à Lanvéoc. A Saint-Guénolé on ne compte plus les toitures endommagées. Le toit de la cantine de l’école a été en partie soulevé par le vent puis rabattu.

Le « Malvaod » se présente en soirée devant la petite passe, mais comme la mer est basse, il doit attendre pour rentrer. Néanmoins, le marin blessé est rapidement rapatrié jusqu’au port. Pavillon en berne, le « Malvaod » parvient à rentrer vers minuit.(2)

Week-end du 25 : « La belle que voilà » de Jean-Paul Le Chanois, avec Michèle Morgan et Henri Vidal, au cinéma Bretagne du bourg.

Bretagne ciné, Tél 1950 11 25Dimanche 26 : les Cormorans font match nul 2 à 2 contre le Stade lamballais (buts de Lappart et Bodéré).

Jeudi 30 : la loi du 30 novembre 1950 fixe le service militaire à 18 mois et prévoit l’institution de tests divers pendant la période des « 3 jours ».

DECEMBRE

Première semaine : vent fort

Week-end du 9 : « Jour de fête » de Jacques Tati, au cinéma Bretagne.

Bretagne ciné, Tél 1950 12 09Dimanche 10 : Stade briochin 2 Cormorans 0.

Mercredi 13 : tempête dans la nuit du 13 au 14 sur le golfe de Gascogne et la Bretagne.

Samedi 16 : Sébastien Guiziou, qui était le premier adjoint de Jehan de Penfentenyo, est élu maire de Loctudy.

Dimanche 17 : grâce à un but de Ronarch et deux buts de Cloarec, les Cormorans battent En Avant de Guingamp 3 à 1. Ils sont désormais 8èmes avec 10 points.

Hôtel de la mer, réveillons, Tél 1950 12 19

Vendredi 29 : le « Mousse Bihan III » vient de partir à Dunkerque pour la saison de hareng. Un deuxième bateau s’apprête à partir : « l’Ancre de Miséricorde ».

Dimanche 31 : Stade Léonard 3 – Cormorans 1 (but de Lucien Péron).

Le mois de décembre a été froid en France.
________________________________________

Autres évènements, remarques, statistiques…

Bilan du port : 3257 t débarquées (2180 t en 1949). Saint-Guénolé est le 17ème port de pêche en France, le 7ème en Bretagne. Ces chiffres ne tiennent bien entendu pas compte des bateaux qui débarquent à Concarneau, pour des raisons de proximité des lieux de pêche, ou quand les conditions de vente semblent meilleures.

21 bateaux ont débarqué 905 tonnes de maquereaux à Saint-Guénolé, ce qui est un tonnage record. Le port est désormais le deuxième de Bretagne pour cette pêche, après Douarnenez. Malheureusement les prix sont restés bas et les marins n’ont pas gagné grand-chose.

125 t de thon ont été débarquées à Saint-Guénolé par 13 bateaux.

1213 t. de sardines par 35 bateaux environ. Le nombre de sardiniers a été divisé par deux en quelques années, certains bateaux préférant se consacrer au chalut ou au thon.

Il y a 1550 inscrits maritimes à Penmarc’h et 1150 salariés dans les conserveries de Saint-Guénolé, dont 1000 femmes environ.

Si l’expansion du port se poursuit, le nombre de bateaux en revanche régresse pour la première fois depuis la guerre. Les plus de 10 tonneaux passent à 36, soit un de moins qu’en 1949. Le port n’a accueilli aucune nouvelle unité en 1950, alors que Kérity a fait construire deux bateaux : « la Barcarolle » et  » Le Joyeux pêcheurs ». « L’Etoile du pôle » part pour Loctudy et le « Maman Poydenot » de Jean-Louis Hélias, qui datait de 1928, est vendu à Logonna-Daoulas, le plus vieux bateau de Saint-Guénolé est à présent le « Mousse Bihan II« , construit en 1929. En revanche le « Jean Mermoz« , inactif depuis avril 1949, est réarmé. Les canots de 3 à 10 tonneaux passent de 28 à 26. « Avant garde » de Jean-Louis Durand est vendu à Kérity, « Faisan II » de Pierre Nédélec part à Douarnenez et « Mathilde » de Vincent Kerfriden est définitivement désarmé. Seule nouveauté au port, l’arrivée du « Loute III » acheté à Kérity par Corentin Sénéchal. Le nombre de bateaux de plus de 3 tonneaux passe de 65 à 62.

Le système de navigation CONSOL qui permet de déterminer une position avec une marge d’erreur de 2 milles apparaît. Les bateaux de Saint-Guénolé commencent aussi à utiliser le gonio couplé au sondeur (3).

Les plus gros chalutiers de Saint-Guénolé se mettent à fréquenter les bancs du secteur de Jones Bank et de Labadie au printemps et en automne (4).

Chaque jour le poisson frais est expédié de Saint-Guénolé par des wagons frigorifiques STEF et chaque semaine, un camion isotherme part de Saint-Guénolé pour Marseille.

Le chantier naval Léon Gléhen de Saint-Guénolé, en conflit avec la municipalité, a arrêté son activité.

Ailleurs en Pays bigouden :

Construction de l’église Notre-Dame des Flots de Léchiagat, elle remplace la chapelle Saint-Jacques démolie la même année.

Cessation d’activité de « l’Aurore », le dernier langoustier de Léchiagat.

Yvonne Le Meur, reine des Brodeuses, devient reine de Cornouaille.

Fin de la construction de la route allant de Hent Croaz à Larvor (5 km), elle avait débuté avant guerre.

Construction de l’aqueduc de l’étang de Trunvel.

Création d’un hospice à Pors Moro Pont-l’Abbé.

Destruction de la maison Olivier rue Jean-Jacques Rousseau à Pont-l’Abbé : c’était une des plus anciennes bâtisses de la ville.


 

(1) pour plus d’informations sur ce naufrage voir le site LesconilQuideau : https://lesconilquideau.wordpress.com/2012/06/25/les-galeriens-du-sauvetage-en-mer/
(2) Voir le rapport de mer sur la page consacrée au « Malvaod« 
(3) et (4) Pichon, Jacques .– Les zones de pêche…
 
Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *