Hôtel Moguérou

L’hôtel Moguérou fut construit en 1920 tout près de ses  concurrents, l’hôtel de Bretagne et l’hôtel Saint-Guénolé. Edifié sur l’axe principal de Saint-Guénolé, non loin de la gare, il se trouvait à proximité de la plage de la Joie et de la cale, mais il faisait face à l’usine Roulland qui lui masquait la vue sur le port. Son architecture, résolument novatrice,  était inspirée par le mouvement moderniste naissant, avec des lignes épurées et un toit plat. Nous avons certainement ici un des tout premiers bâtiments d’architecture moderne réalisé en Bretagne. L’hôtel Moguérou faisait également restaurant et possédait une salle de réunion.

Hôtel Moguérou, carte postale Artaud n°44

Hôtel Moguérou, carte postale Artaud n°44

Le propriétaire, Hyacinthe Moguérou (1867-1946), né à Carantec, avait fait ses premières armes pendant son service militaire comme cuisinier particulier du fameux amiral Guépratte. Il s’était installé à Penmarc’h, où il géra d’abord l’hôtel du phare d’Eckmühl à Saint-Pierre à partir de 1902, puis en 1911 le château des Goélands, que son propriétaire, René Béziers, avait transformé en hôtel.

L’hôtel Moguérou subit rapidement des transformations, le toit plat fut abandonné et remplacé par un étage supplémentaire et une toiture traditionnelle. Le gain de place venant  malheureusement gommer la modernité  du bâtiment.

Hôtel Moguérou, carte postale Lévy n°70

Hôtel Moguérou, carte postale Lévy n°70

Dans les années trente, Hyacinthe Moguérou céda la gestion de l’hôtel à son fils, prénommé Hyacinthe lui aussi (1897-1966).

A la fin des années trente l’hôtel proposait 26 chambres (sans eau courante), facturées 20 F pour 1 personne ou 25 F pour deux. Il possédait deux salles à manger, une de 57 m² et une de 45 m², ainsi qu’un débit de boisson de 45 m² et un garage de 6 places (1).

Mariage à l'hôtel Moguérou en 1939. Archives du Musée des arts et traditions populaires

Mariage à l’hôtel Moguérou en 1939. Archives du Musée des arts et traditions populaires

En octobre 1939 des réfugiés du nord de la France et de Belgique commencent à arriver à Saint-Guénolé. A la demande de la préfecture, la cuisine et les deux salles à manger sont transformées en une cantine d’une capacité de 100 couverts. De fin mai à début juillet, 40 réfugiés y seront logés dans 15 chambres (2).

Dès le 4 juillet, l’hôtel est réquisitionné par les Allemands. Cette réquisition cessera le 16 février 1942, néanmoins il sera encore souvent occupé par des troupes de passage  ou par des ouvriers de l’organisation Todt (3).

Les Allemands qui logent à l’hôtel ne se doutent pas que le propriétaire, Hyacinthe Moguérou, fait partie du réseau de Résistance Action vengeance. Arrêté par la Gestapo le 21 février 1944, il sera déporté en Allemagne.  Il rentrera de déportation le 24 mai 1945.

En-tête de l'hôtel

En-tête de l’hôtel

Hyacinthe Moguérou confia la gestion de l’hôtel à son fils Claude dans les années soixante. L’établissement fonctionna encore quelques années avant d’être transformé en ensemble d’appartements.

 

(1) 172 WP 670 2

(2) 172 WP 284

(3) 172 WP 670 2

Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, Hôtels, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Hôtel Moguérou

  1. Brevière Henri dit :

    Bonjour,
    Je me demande si la signature que vous attribuez à Hyacinthe Moguérou ( fils) n’est pas plutôt celle de Claude ( C Moguérou ) il y a un document de 1961 qui va dans ce sens.
    Bien à vous
    Henri Brevière

  2. admin dit :

    Bonjour
    Vous avez raison, j’ai confondu deux documents au moment de la rédaction de l’article. Merci d’avoir attiré mon attention sur ce détail.
    Cordialement
    C Cadiou

  3. Nicolas Ohmak dit :

    Bjr Claude moguérou je lé connais

  4. Nicolas Ohmak dit :

    Claude je le connais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *