Papillon IV

Immatriculation : GV 6886
Construit à Léchiagat ; francisé le 2 novembre 1943

Caractéristiques : chalutier

  • Longueur : 15,07 m
  • Tonnage : 24, 73 tx
  • Moteur Duplex 100 cv
  • Signal distinctif : TMVJ
s Tirages modernes (détail) - Copie

« Papillon IV », carte postale Tirages modernes (détail)

Appelé Papillon comme les précédents, « Papillon IV » est le quatrième bateau armé par Pierre Dréau. Ce nom est un hommage au patrouilleur « Papillon » sur lequel il avait embarqué pendant la Première guerre mondiale. Il pratique le chalut, le thon, la pêche à la sardine et celle du maquereau de dérive.

« Papillon IV » est d’abord commandé par Jos le Gars de Kérity, puis par Auguste Canévet, Jean Nicolas et Jean Cossec.

gars-le-joseph-of-1958-07-11-a-raj-a-p-iv

Joseph Le Gars. Photo O-France du 11 juillet 1958

Parmi les belles pêches du bateau dans ces années là, signalons ses 20 tonnes de maquereaux de dérive ramenées en mai 1948 et ses 1800 thons (dont 500 bonites) en septembre 1952.

Yvon Dréau qui est né en 1927, succède à son père comme armateur en avril 1946. Il prend la barre quelques années plus tard, en 1949. Il commande « Papillon IV » jusqu’en février 1955, date à laquelle il vend le bateau à Jean Nicolas. Ce dernier le commandera jusqu’à la fin. Le bateau est définitivement désarmé en juillet 1957, partiellement démembré en avril 1958 et démoli en 1959.

Le « Papillon IV » s’est trouvé en grande difficulté pendant la tempête de mars 1950, tempête qui sera fatale au « Danton ». Le 16, il perd tous ses filets et tombe en panne de moteur. Le lendemain alors que le suroît souffle en rafales à plus de 90 km/h, il est repéré, avec une voilure de fortune, à 10 milles dans le nord-ouest de la grande basse de Portsall. Trois avisos partent de Brest à sa rencontre et un avion décolle pour participer aux recherches. En fin d’après-midi, le « Papillon IV » parvient heureusement à s’abriter dans l’anse de Porz Kernoc à l’île de Batz. Il est pris en remorque un peu plus tard par deux bateaux qui le conduisent au port de Roscoff.

Quelques mois plus tard, en juillet 1950, une autre tempête brise un de ses tangons pendant la campagne thonière.

Lors de la campagne thonière de 1953, il est victime d’ennuis mécaniques et contraint de revenir au port, remorqué par le « Joseph et Margot« , après seulement quatre jours de mer.

En 1955, le rôle d’équipage pour la campagne sardinière mentionne les noms suivants : Jean-Marie Le Bec, Jean-Louis Bihan, Jacques Le Brun (mécanicien et matelot), Georges Carval, Théophile Drézen, Pierre Le Faou, Sébastien Floch, Louis Guéguen (matelot et mécanicien), Gustave Jégou, Marcel Kernoa,  Jean-Louis Loussouarn, Jean Maréchal, Jean Nicolas (patron), Jacques Palud (mousse), Joseph Le Pape, Gustave Pochic, Jean-Louis Stéphan, Lucien Stéphan, Pierre Tanter (1).

(1) Archives municipales, 2 F 7

 

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *