Andrée et Alice

Immatriculation : GV 7246
« Andrée et Alice » est le premier malamok de Saint-Guénolé construit au port. Il est l’oeuvre du chantier Léon Gléhen. Lancé le 13 avril 1949, son armement est enregistré le 8 mai 1949.

A - Multivues, Le Doaré mx472 (1er plan)

« Andrée et Alice » au premier plan. Carte postale Le Doaré mx472

Caractéristiques : chalutier côtier

  • Longueur : 14,39 m
  • Tonnage : 21,06 tx
  • Moteur Baudouin 75 cv
  • Signal distinctif : TVUL
  • Couleurs : vert, passerelle verte avec quelques éléments soulignés de rouge.

« Andrée et Alice » a pour propriétaires Sébastien Le Garrec (50%) et Yves Stéphan (50%). Andrée est le prénom de la fille de Bastien Le Garrec et Alice celui de la fille de Yves Stéphan. Sébastien Le Garrec, qui jusqu’alors commandait « l’Andrée » sera le patron du chalutier jusqu’en 1951.
Le 9 janvier 1951, Sébastien Le Garrec quitte l’armement. Il prendra bientôt la barre du « Ar Gareck ». Yves Stéphan totalise alors 2/3 des parts et s’associe avec Jean-Louis Nédélec (1/3), ce dernier devient le nouveau patron de « Andrée et Alice ».

C’est un chalutier côtier qui peut à l’occasion, au printemps, se transformer en hauturier et partir vers les côtes britanniques. En dehors du chalutage, il pratique les pêches saisonnières du thon, de la sardine et du maquereau. C’est au cours de la campagne du maquereau de 1951, au mois d’avril, qu’il tombe sur un énorme banc de poissons. Il est dans l’impossibilité de remonter ses filets, surchargés de maquereaux et perd une centaine de filets. En septembre 1955, pendant la campagne thonière, il est contraint de revenir au port après quelques jours de mer seulement, un de ses matelots, Michel Lautrédou, s’étant blessé aux côtes après une lourde chute. En juin 1956 il tombe en panne au retour d’une marée hauturière, il est remorqué jusqu’à Saint-Guénolé par « La Chaumière du pêcheur« .
Jean-Louis Nédélec laisse la barre de « Andrée et Alice » en 1957 pour prendre le commandement du « André Léone ». Alain Tanter lui succède, à la fois comme patron et comme propriétaire, jusqu’au début de l’année 1959.

Le 7 septembre 1957, alors que la saison sardinière est nullissime, il pêche 4 tonnes de sardines en baie d’Audierne.

Le bateau est vendu en février 1959 à l’armement Vaucher et part pour le Congo. Il fait naufrage dans le port de Pointe Noire en 1961.

ENIM c

Lettre du Consul général de France à Douala. Fichier matricules des bâtiments, quartier du Guilvinec. Archives de l’ENIM, Paimpol (22).

L’équipage d’origine en 1949 est constitué de 8 marins, dont plusieurs viennent de l’ « Andrée » : André Bodéré, Jean-Louis le Dréau, Hervé le Floch (rapidement remplacé par Guillaume Coïc), Nonna Floch, Louis Guirriec, Pierre Morvan, Adrien Sénéchal, Jean-Louis Tanneau (1).

D’autres marins travailleront sur « Andrée et Alice » au cours des années cinquante, comme Michel Lautrédou, Pierre Maréchal …

andree-et-alice-of-1957-03-18-b

L’équipage pour la campagne du maquereau 1957. Photo O. France 1957 03 18

(1) Archives départementales, 2048 w 232.
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *