Vincent Michèle

Immatriculation : GV 6497

Construit au Guilvinec et francisé le 10 mars 1938

Caractéristiques : chalutier

  • Longueur : 17 m
  • Tonnage : 29,98 tx
  • Moteur Baudouin 72 cv
  • Signal distinctif : TMWN
Port, zb zl

Le « Vincent Michèle », auteur inconnu.

Le « Vincent Michèle » construit pour l’armement Guillaume Larnicol – Henri Péron, est le plus grand bateau de Saint-Guénolé en 1938. Il le restera jusqu’en 1947. Chalutier, maquereautier, c’est aussi le premier thonier du port en 1938. Il est d’abord commandé par Jean Cossec, auquel succède Jacques Scuiller. C’est sous le commandement de ce dernier que le bateau s’illustre en évacuant des Résistants, avec parmi eux son propre armateur, le pharmacien Henri Péron. Le « Vincent Michèle » transporte ainsi que des postes de TSF et d’autres produits, dissimulés dans des barriques (1).

En janvier 1942 Albert Boënnec prend la barre, puis c’est Etienne le Brun de 1947 à 1953. En 1947 il repart au thon et en ramène 2000. L’hiver suivant il fait partie des six premiers bateaux de Saint-Guénolé à se lancer dans la campagne du hareng en mer du Nord. Il fait aussi de belles pêches de maquereaux, comme ses 18 tonnes ramenées en avril 1948. En été 1948, il repart en mer du Nord avec cinq autres bateaux de Saint-Guénolé, pour y pêcher le maquereau à partir de Boulogne. A son retour il arme pour la sardine. Il lui arrive aussi d’aller chaluter du côté de Jones Bank, comme en octobre 1950.

En février 1953 Henri Péron vend ses parts à la veuve de Guillaume Larnicol, le bateau désarme définitivement quelques temps après. Il est démoli en novembre 1954, mais son moteur lui survit plusieurs années, il est d’abord installé sur le « Fils de l’océan », puis sur la « Voix du marin » (2).

Durant les années quarante  « Vincent Michèle » a bénéficié d’un équipage stable. Plusieurs marins sont restés au moins trois ans sur ce bateau, et parfois beaucoup plus : Pierre Bodéré, Ferdinand le Brun, Jean le Brun, Henri le Calvez, Jean-Louis le Calvez (né en 1910), Jean-Louis Calvez (né en 1918), Alain le Corre, Pierre Jean Garrec, Raymond Guirriec, Corentin Scuiller (né en 1897), Marcel Stéphan et Louis Tanniou (3).

(1) Pour plus de détails sur ces opérations, voir Pichavant, René .- Clandestins de l’Iroise.- 7 vol. ; Morgane, 1982-2001.
(2) Renseignement communiqué par Roger Scuiller.
(3) Archives départementales, 2048 W
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *