La Voix du marin (GV 7442)

Immatriculation : GV 7442

Construit au chantier de Cornouaille à Douarnenez, son armement est enregistré le 13 juin 1952 (1).

Caractéristiques : chalutier côtier

  • Longueur : 12,77 m
  • Tonnage : 15,32 tx
  • Moteur Duplex de 50 cv en 1952, qui sera remplacé d’abord par l’ancien moteur Baudouin du « Vincent Michèle », puis, avant 1962 par un moteur Baudouin de 120 cv (88 kw)
  • Signal distinctif : TPRS
  • Cale réfrigérée : 8 m3
  • Couleur : bleu
Port, Pouillot b205+, av1958

« La Voix du marin » au port de Loctudy dans les années 50. Carte postale Pouillot-Ehanno n°205 (détail). Sa petite passerelle en fuseau sera remplacée plus tard par une passerelle plus classique.

La « Voix du marin » remplace la petite pinasse du même nom, immatriculée GV 6201 (1934-1951), qui appartenait à Jean-Marie Le Pape. Pierre Le Pape, le patron armateur du nouveau « Voix du marin » était déjà après guerre le patron de l’ancien « Voix du marin »
La « Voix du marin » est un chalutier côtier et sardinier. Au chalut, il sort à la journée.
Il se distingue dès sa première saison sardinière en ramenant 3 tonnes de sardines et 1 tonne de maquereaux le 13 octobre 1953. Presqu’un an plus tard, le 28 septembre 1954, il débarque 5 tonnes de sardines. Dans ces années là, il peut être considéré comme un des meilleurs sardiniers du port. Il se signale encore en octobre 1962 à Douarnenez avec 7,3 tonnes.

Le 7 septembre 1952, un des matelots tombe accidentellement à la sortie du port, aussitôt Hervé Jacob se jette à l’eau et parvient à le ramener.

Le 18 avril 1956, le bateau tombe en panne d’embrayage à deux heures de route du port. Il est pris en remorque par « La Gazelle ». La même année, début juillet il doit faire appel à un scaphandrier pour dégager son hélice, coincée par sa bolinche.

L’équipage pour la campagne sardinière de 1955 se compose de Alexandre Andro, Alfred Andro, François Bargain, Emile Cadiou, Michel Cosquer, Jean Durand, Jean Guéguen, François Gourlaouen (mécanicien), Michel Lautrédou, Sébastien Lautrédou, Jean Le Pape, Jean-Marie Le Pape, Pierre Le Pape (patron) et Guy Quenet (novice) (2). Pour le chalut l’équipage passe à cinq hommes et même à quatre les dernières années.

Il est désarmé en juin 1976 et démoli en septembre 1978.

(1) Coût de construction : 60 000 F (sans le matériel de pêche)
(2) Archives municipales, 2 F 7
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *