la Gazelle

Immatriculation : GV 7619, puis GV 302706.

Construit au chantier Loussouarn de Léchiagat ; son armement est enregistré le 12 avril 1955 (1).

Caractéristiques : chalutier côtier
• Longueur : 14,78 m
• Tonnage : 28,33 tx
• Moteur Baudouin DK6 de 120 cv (88 kw).
• Signal distinctif : TPEU
• Cale réfrigérée : 7,5 m3
• Couleurs : pavois bleu clair, coque blanche.

port-artaud-b10-gaby-coll-cc-detail

« La Gazelle » équipé pour le thon, Carte postale Artaud (Gaby) n°10.

« La Gazelle » appartient à Hervé Kerviel, patron propriétaire, il vient remplacer le « Jean Mermoz ». C’est un chalutier côtier conçu pour des marées de trois jours, avec six marins à bord. Cet effectif se réduira pour descendre à quatre à la fin des années 60. En dehors du chalutage « la Gazelle » peut pratiquer les pêches saisonnières du maquereau, de la sardine et même du thon. Parmi ses meilleures pêches on peut retenir ses 9 tonnes de sardines d’octobre 1964 et ses 2100 thons d’août 1958. Il faut aussi signaler sa campagne maquereautière de 1957, où avec plus de 65 tonnes dans la saison, il rivalise avec les grosses unités du port.

Dans la nuit du 27 septembre 1955, en quittant son corps mort en marche arrière, « La Gazelle«  heurte accidentellement l’avant de « La Fauvette« , les deux bateaux partent en pêche, mais dans la journée « La Fauvette » juge plus prudent de rentrer pour procéder à des réparations.

En juillet 1956, lors de son premier voyage de la campagne thonière, « la Gazelle » est victime d’une voie d’eau et doit être remorqué jusqu’à Saint-Guénolé. Le 7 mars 1962, il subit un autre incident, dans le port cette fois : une forte tempête de sud-est, conjuguée à une grande marée l’entraîne jusqu’à la cale de lancement du bateau de sauvetage, sur laquelle il s’échoue. Les dégâts sont heureusement minimes.
Hervé Kerviel décède en 1975. Le bateau est désarmé en juillet et vendu 60 000 F en avril de l’année suivante à Guernesey, où il fera une longue deuxième carrière.

Parmi les marins qui ont fait partie de l’équipage, j’ai retrouvé les noms suivants : Pierre Bodéré, Louis Camus, François Gloaguen, Robert Kerviel, Pierre Salaun, Jean Tanneau (mécanicien).

(1) Coût de construction : 110 000 F (sans le matériel de pêche)
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *