L

Cette page recense les articles qui commencent par la lettre L ; ils sont accessibles par un simple clic. La liste alphabétique qui suit offre plusieurs possibilités d’accès aux articles : soit par le titre (en caractères gras) soit par une ou plusieurs entrées secondaires. Par exemple l’article Feunteun est accessible par « Feunteun », mais aussi par « Fontaine » ou par « Funtun ».

La Forest

La Lande, de

La Poterie, Duval de

Làeres

Laez

Lagadec

Lamanda

Lamandé

Lancien (hôtel)

Lann

Lanthony (hôtel)

Lanros

Lanroz

Larcher

Larnicol

Lart

Laurans

Laurens

Layou

Le Berre

Le Garrec

Leac’h

Lemsivat

Lenn

Lenn ar Joa

Leoneged

Lescors, loc’h de

Lesivy

Lestiala

Lestr

Leuker

Leur

Lévéné

Lidouren

Lieu

Lin

Lion

Liors

Lisivy

Livec

Loc’h

Loch

Loden

Loen-Korn

Logements insalubres (1850-1859)

Longuigou

Losquet

Lost

Louarn

Louet

Lucas

Luzern

2 réponses à L

  1. Jacques le lay ( Mouez Penmarc'h) dit :

    J’aimerai avoir des informations sur LEDERLIN à Penmarc’h.

  2. admin dit :

    Salut

    Je n’ai pas grand-chose sur Lederlin, à part quelques généralités trouvées sur internet. C’est pourtant un personnage qui a beaucoup marqué les esprits à St-Gué, mais je n’ai pas encore dépouillé systématiquement les journaux locaux des années 20 et 30.
    Il a acheté la villa des Goélands vers 1932 : un article de journal signale un cambriolage de la villa dans la nuit du 26 au 27 mai 1932, « propriété de Lederlin depuis peu ».
    Je me souviens juste du témoignage de mes parents et d’autres personnes qui avaient connu la période de l’ avant-guerre : ils le présentaient comme quelqu’un d’extrêmement généreux. Il avait toujours des pièces pour les enfants du Menez, qui d’ailleurs guettaient chacune de ses sorties de la villa.
    Il a aussi particulièrement aidé l’école de Saint-Guénolé (son père était un ami de Jules Ferry) en finançant par exemple les goûters de noël.
    Désolé, c’est plutôt maigre, mais je dois dire que j’aimerai, moi aussi, en savoir plus sur ce personnage.
    Cordialement.
    Camille Cadiou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *