1920

JANVIER

Début janvier : naufrage dans la tempête du sloop « PF » de Loctudy, au large de Concarneau. Parti de Nantes, il transportait des denrées alimentaires et de l’essence à destination de Pont-l’Abbé. Il est déclaré perdu corps et biens.

Samedi 3 : sortie du canot de sauvetage « Maman Poydenot » pour assister les bateaux rentrant au port par mauvais temps.

Samedi 10 : entrée en application du Traité de Versailles. L’Allemagne perd le huitième de son territoire, le bassin de la Sarre est désormais administré par la France.

Dimanche 11 : tempête

Samedi 17 : Paul Deschanel est élu président de la République

Mardi 20 : Alexandre Millerand devient président du Conseil, il succède à Georges Clémenceau.

Portrait officiel d’Alexandre Millerand (1920)

Mardi 27 : très violente tempête, vents à plus de 150 km/h

FEVRIER

Mardi 24 : Hitler fonde le parti national-socialiste.

Mercredi 25 : débuts de l’électrification de la commune de Penmarc’h : la concession de distribution publique d’électricité est attribuée à Monsieur Sabatier, ingénieur électricien à Nantes.

Jeudi 26 : le photographe Georges Chevalier commence un reportage à Penmarc’h, pour le compte de la Fondation Albert Kahn (26 février au 17 mars).

Lisette Tual de Saint-Guénolé par Georges Chevalier (1)

Temps doux et sec en février, comme en janvier.

MARS

Lundi 8 : réunion des marins salle Moguérou. Les marins insistent pour que l’éclairage des passes soit prioritaire. Ils demandent qu’une bouée à cloche soit installée sur Pelem et qu’un feu soit fixé sur Men Scoedec. Ils souhaitent aussi le reprise de la ligne Saint-Guénolé – Pont-l’Abbé par la compagnie des chemins de fer d’Orléans et la mise en service de wagons frigorifiques.

L’hôtel Moguérou au début des années vingt. Photo Artaud n°44

Un groupe important de manifestants se rend au bourg de Penmarc’h pour protester contre le manque de pain dans la commune et dénoncer son prix élevé.

Mars : trois mines ont été signalées aux abords de Penmarc’h.

AVRIL

Jeudi 1er : Jean-Marie Palud rentre au port par vent fort, quand tout d’un coup sa barque chavire. Il est sauvé grâce à l’intervention courageuse d’un patron pêcheur de Saint-Guénolé : A. Tirilly, qui n’est d’ailleurs pas à son premier sauvetage.

Lundi 5 : un chien enragé est abattu au Guilvinec.

Dimanche 11 : le mauvais temps se transforme en tempête : les bateaux de Penmarc’h sortis pêcher le maquereau doivent revenir au port. On est sans nouvelles de « l’Ami du pêcheur » de Saint-Guénolé, patron Jégou avec 8 hommes à bord.

Le « Sainte-Anne » de Douarnenez sorti pêcher le maquereau malgré la tempête perd 3 marins près du raz de Sein.

Mardi 13 : le garde-champêtre dresse sept procès-verbaux contre des personnes surprises à récolter du goémon la nuit.

Mi-avril : on apprend que « l’Ami du poisson » se trouve à Concarneau, où il a du faire relâche en raison du mauvais temps.

Dimanche 25 : chavirage devant Men meur (Guilvinec) du « Kervelec » de Kérity, les trois marins sont sauvés.

Lundi 26 : fin de la Conférence de San Remo (19 au 26 avril). La Syrie et le Liban passent sous mandat français.

MAI

Mi mai : chavirage du « Mille gurun » de Lesconil entre Le Guilvinec et Lesconil par fort vent de nord-est. Les trois marins sont sauvés et le bateau a été remorqué jusqu’au port.

Dimanche 23 : conseil municipal. La construction d’un lavoir près du pont de Keréon est débattue par le conseil. L’édification d’un monument aux morts de la commune est également à l’ordre du jour, mais comme les ressources sont insuffisantes, le conseil décide de procéder à une nouvelle quête.

Mai : échec de la tentative de grève générale de la Fédération des cheminots CGT.

JUIN

Vendredi 4 : signature du traité de Trianon qui officialise la dislocation de la Hongrie.

Traité de Trianon, la délégation hongroise. Photo Agence Rol.

Samedi 5 : examen du certificat d’études

Dimanche 6 : gelées dans le nord-ouest de la France

Mi juin : deux personnes ont été mordues par un chien enragé à Pont-l’Abbé. Elles ont été hospitalisées à l’Institut Pasteur.

Lundi 21 : seuls cinq des dix maquereautiers de Saint-Guénolé ont pu vendre leur pêche sur place, trois ont réussi à vendre au Guilvinec, mais les deux derniers ont été contraints de rejeter leur pêche à la mer.

Juin : une importante réunion s’est tenue à la préfecture sur les améliorations à apporter à l’économie de la pêche. Le commandant Bénard, président général de la Société d’océanographie de France, est longuement intervenu : il a en particulier annoncé son intention de s’attaquer aux bélugas en utilisant des filets de 1000 m de long. Par ailleurs, il met à la disposition des pêcheurs 12 000 crayons Delage destinés à empoisonner les bélugas.

JUILLET

Samedi 3 : le tour de France passe à Quimper.

Dimanche 4 : grande fête organisée par la jeunesse de Penmarc’h à l’occasion du pardon « Gouer » : course de chevaux, course cycliste, course à pied, course aux grenouilles, bal populaire.

La course cycliste est remportée par Corentin Boënnec.

Mi Juillet : les ouvrières des usines Maingourd et Lémy de Lesconil ont formé un syndicat. Elles se mettent en grève pour obtenir demandent une hausse du salaire horaire. Le conflit dure plusieurs jours.

Samedi 24 : entre Beg Meil et l’Ile aux moutons, le « Saint-Joachim » du Guilvinec sauve quatre  marins accrochés depuis plus d’une heure à leur barque renversée.

Dimanche 25 : le belge Philippe Thys remporte le tour de France pour la troisième fois.

Fin juillet : une mine sous-marine pêchée en baie d’Audierne est remorquée jusqu’à la plage près de la Torche. Elle et alors détruite par explosion, sans incidents.

Le mois de juillet a été un des plus pluvieux de l’histoire sur le nord-ouest de la France

AOUT

Mardi 10 : signature du traité de Sèvres qui définit de nouvelles frontières pour l’Empire ottoman.

Samedi 14 : ouverture des Jeux olympiques d’Anvers.

Vendredi 20 : le « Petit Louis » du Guilvinec, pris par une rafale, chavire devant Lesconil. Il était heureusement accompagné par d’autres maquereautiers guilvinistes qui eux-aussi rentraient au port. L’un d’eux réussit à le prendre en remorque et à l’échouer. A marée montante, le « Petit Louis » parvient à repartir sans casse ; malheureusement toute sa pêche est repartie à la mer.

Août : Le docteur Firmin de Morgat, détaché à Penmarc’h pendant l’épidémie de grippe infectieuse, a reçu la médaille des épidémies du Ministre de l’Assistance et de la Prévoyance sociales. Domicilié à Saint-Guénolé pendant l’épidémie, il a fait preuve de beaucoup de zèle, intervenant à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, sans un moment de répit. Son prédécesseur, le docteur Cadèras du Guilvinec avait trouvé la mort au cours de l’épidémie à Saint-Guénolé.

Le mois d’août a été exceptionnellement frais sur la France

SEPTEMBRE

Début septembre : le bateau d’Audierne « Etoile favorable » coule près de Tévennec. L’équipage est sauvé par d’autres bateaux d’Audierne.

Vendredi 3 : grève des ouvrières de la conserverie Pierre à Audierne.

Dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4, le « Notre-Dame de la Joie » de Jean-Louis Hélias, s’échoue près de la Torche. Comme la mer est houleuse et que le bateau présente des avaries, il est ramené à Saint-Guénolé par voie de terre, sur le chariot du canot de sauvetage, tiré par huit chevaux.

Samedi 4 : toutes les conserveries d’Audierne sont en grève.

Lundi 6 : deux usines de Poulgoazec rejoignent le mouvement.

Jeudi 9 : toutes les usines d’Audierne-Poulgoazec sont en grève.

Vendredi 10 : un dispensaire antituberculeux est mis en place à l’hôpital de Pont-l’Abbé. Il fonctionnera tous les vendredis et concernera l’ensemble du canton.

Dimanche 12 : fête des Cormorans à Saint-Guénolé aux profits des orphelins de pêcheurs et des victimes de la mer. C’est la première fête folklorique du Pays bigouden. Le programme de la journée est particulièrement copieux : couronnement de la reine des Cormorans, danses bretonnes, banquet d’honneur chez Moguérou, régates, concours de bateaux de sauvetage, jeux divers, concours de costumes bretons sous la présidence de Lemordant, exposition de dentelles, kermesse au château des Goélands et grand bal champêtre.

La fête connaît un grand succès, en particulier les superbes régates qui se disputent le long des rochers, à la vue de tous. La première reine des Cormorans est Marie Salaun, ses demoiselles d’honneur sont Marie Jeanne Salaun, Perrine Pochat et Zoé Cloarec.

Un comité de vigilance est mis en place sous la présidence du Commandant Bénard pour l’organisation de la fête de 1921, qui promet d’être encore plus fastueuse.

Lundi 20 : démission du président de la République Paul Deschanel pour troubles mentaux.

Jeudi 23 : Alexandre Millerand est élu président de la République.

Samedi 25 : Georges Leygues devient président du Conseil.

OCTOBRE

Mardi 12 : Georges Carpentier devient champion du monde de boxe des poids mi-lourds à Jersey City (Etats-Unis).

Georges Carpentier, photo agence de presse Meurisse (1922)

Jeudi 14 : après plus d’un mois de grève, les ouvrières des conserveries d’Audierne-Poulgoazec obtiennent satisfaction, mais après avoir baissé leurs prétentions : 15 centimes d’augmentation au lieu de vingt initialement.

Vendredi 15 : le sloop «  Vigilant » d’Audierne, chargé de farine, est victime d’une voie d’eau dans le raz de Sein. L’équipage parvient à embarquer dans le canot du bord et à ramer jusqu’à la plage de la baie des Trépassés.

Fin octobre : vague de chaleur sur la France

NOVEMBRE

Jeudi 11 : inhumation du soldat inconnu sous l’arc de triomphe.

Lundi 15 : naissance officielle d’une équipe de foot à Penmarc’h. Surnommée « les Gars de Saint-Gué », elle deviendra plus tard les Cormorans de Penmarc’h. Le premier président est l’hôtelier Pierre Volant, Tréguier, directeur d’école à Saint-Guénolé est vice-président, secrétaire Le Bihan, trésorier Bothuon, instituteur à Saint-Guénolé, trésorier-adjoint Fravallo, mareyeur à Kérity. Le maire Pierre-Jean Larnicol est président-d’honneur et Victor de Cadenet, vice-président d’honneur.

Mardi 16 : un jeune homme qui se rendait à marée haute à Krugen pour ramasser du goémon, glisse et tombe à l’eau. Le docteur Loussouarn appelé aussitôt sur les lieux ne peut que constater le décès.

L’Etat accorde une subvention de 530F à l’école de pêche de Penmarc’h.

Dimanche 21 (date probable) : Cormorans 0 – Guilvinec 7

Le Citoyen du 26 novembre 1920

DECEMBRE

Début décembre : le conseil municipal, pour remédier à la crise du logement, envisage de vendre des terrains communaux à des familles peu fortunées afin qu’elles puissent construire. Par ailleurs, de nombreux contribuables se plaignent de devoir payer des impôts sur des biens qu’ils ne possèdent pas ; le conseil va attirer l’attention du service des impôts sur ce point. Le Conseil municipal demande la création d’une recette auxiliaire de l’Etat à Saint-Guénolé et l’installation d’un fil téléphonique direct entre Penmarc’h et Guilvinec.

Vendredi 3 : une mine sous-marine s’échoue à Tréguennec et explose. La détonation est entendue à plusieurs kilomètres à la ronde. Il n’y a pas eu de dégâts.

Dimanche 12 : les Cormorans sportifs obtiennent leur première victoire en battant Pendreff par 6 à 0.

Samedi 25 : le congrès de Tours (20 au 25 décembre) voit la scission entre la SFIO et la SFIC, futur Parti communiste français.

Décembre contrasté sur la France : très froid du 15 au 21, très doux du 25 au 31.


Autres événements, remarques, statistiques de 1920.

Le nombre de bateaux de plus de 10 tonneaux passe de 23 à 25. Quatre nouveaux arrivent au port, dont trois bateaux neufs : « Rochambeau », 4,17 tx, à Sébastien Riou, « Saint-Louis » (GV 4276), 8,37 tx, à Jean Béchennec et « Sainte-Anne d’Auray », 6,73 tx à Louis Durand, auxquels il faut ajouter le « Petit Francis », 6,61 tx, acheté à Audierne par Jean Jégou.

Deux bateaux arrêtent leur carrière : « Veau d’or » (Q 2801) à Jean le Garrec et « Notre-Dame de la Joie » (Q 3364) à Jean-Louis Hélias, accidenté en septembre, il sera remplacé en 1921.

Bilan record pour Saint-Guénolé avec 1200 tonnes de sardine (l’ensemble des ports bigoudens avait pêché 1010 tonnes en 1910).

Grâce à une pétition associant marins et usiniers, l’utilisation du filet tournant est enfin autorisée sous certaines conditions.

L’ancienne usine Cassegrain en bois de Saint-Guénolé est détruite. Elle est remplacée par une nouvelle construction. Seule la maison du gérant est conservée.

Grève dans les usines d’iode de Penmarc’h.

Hyacinthe Moguérou quitte l’Hôtel des Goélands pour faire bâtir son propre hôtel, face à l’usine Roulland.

6 Penmarchais décèdent des suites de blessures dues à la Guerre.

La municipalité envisage de planter des pins maritimes à Pors Carn pour consolider les dunes. Elle renonce au projet après consultation de l’administration des Eaux et Forêts.

Tournage à Penmarc’h des principales scènes extérieures du premier chef-d’œuvre de Marcel L’Herbier : « L’homme du large », avec Roger Karl, Jaque Catelain, Marcelle Pradot, Charles Boyer, Claude Autant-Lara. L’atelier Lemordant est le lieu central du drame.

Affiche de « L’homme du large »

On compte 979 maisons et 18 bâtiments industriels à Penmarc’h.


Ailleurs en pays bigouden

Un sloop avec vivier : « La Sociale » est construit à Concarneau pour Adolphe Gourlaouen de Kérity, il jauge 15,81 tx. C’est le premier bateau de ce type dans les ports penmarchais.

L’usine Roussel de Kérity met au point une conserve de langoustines.

Armements de sloops langoustiers à Léchiagat

Le « Saint-Nicolas » du Guilvinec est le premier canot du quartier maritime équipé d’un moteur

Construction de l’Hôtel de ville du Guilvinec

La Jeanne d’Arc de Pont-l’Abbé créé son équipe de football.

Ouverture de la biscuiterie des « Filets bleus » à Pont-l’Abbé

(1) A 20 347, Collection Archives de la Planète – Musée Albert-Kahn/Département des Hauts-de-Seine), http://collections.albert-kahn.hauts-de-seine.fr/?page=reutilisation

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *