Régis-Eric

Immatriculation : GV 8193, puis GV 317431

Construit au chantier Pierre Gléhen du Guilvinec, il est lancé le 5 mai 1966 ; son armement est enregistré le 12 juillet 1966 (1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 18 m
  • Tonnage : 49,18 tx
  • Moteur Berliet M240 de 360 cv, puis Poyaud de 390 cv (286 kw)
  • Signal distinctif : FTUX
  • Cale réfrigérée : 50 m3
  • Couleurs : pavois vert foncé, liseré blanc, coque blanche.
  • Gaillard avant, passerelle métallique
Le « Régis-Eric » à Kérity.

« Régis-Eric » appartient à Charles Loussouarn, l’ancien patron du « Ton Jos ». Régis et Eric sont les prénoms de ses enfants. Le bateau est d’abord basé à Kérity, mais à partir de janvier 1970 il fréquente de plus en plus Saint-Guénolé, attiré par sa criée et les divers aménagements du port.

Les premières années de chalut du « Régis-Eric » sont très bonnes, il se situe au niveau des meilleures hauturiers des ports de Penmarc’h. Le bateau reste très performant jusqu’en 1971. A partir de 1972 ses résultats ne dépassent plus la moyenne des chalutiers de Saint-Guénolé, il connaît même une défaillance en 1975, avant de repartir sur d’excellentes bases en 1976 et 1977. Sa meilleure marée date d’octobre 1971 avec 12 tonnes.

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

« Régis-Eric » est surtout un des meilleurs thoniers de sa génération. Il dépasse à plusieurs reprises les 3000 thons : 3300 en juillet 1968, 3700 en juillet 1969, 4000 en juillet 1972, 3200 en juillet 1973, 3800 en août 1977. Il atteint le summum le 15 juillet 1971 en débarquant 5100 thons. Jamais un thonier de Penmarc’h n’avait ramené autant de poissons en un seul voyage ! Le précédent record appartenait depuis 1965 au « Gloria Maris » avec 4100 thons.

Le bateau est confronté à des ennuis mécaniques au début de sa carrière. En décembre 1966 il doit être pris en remorque jusqu’à Douarnenez par le « Noz Deï » de Louis Loussouarn, le frère du patron. En septembre 1967, c’est le « Maran Couz » qui le remorque jusqu’au Guilvinec.

Le 2 septembre 1974, « Régis-Eric » est pris dans une très forte tempête. A une heure 30 du matin, une déferlante endommage le gaillard, la lame suivante brise trois des vitres de la passerelle et couche le bateau sur bâbord. « Régis Eric » se relève, mais l’eau a inondé la passerelle et le poste arrière. Le thonier parvient cependant à faire face aux éléments pendant le reste de la nuit. Vers 11h30 du matin le vent se calme. « Régis Eric » finit par rentrer au port deux jours plus tard. (3)

Un mois après, le bateau est à nouveau touché par un drame. Un de ses marins, Christian Kerdranvat, 18 ans, se noie dans le port de Saint-Guénolé, en voulant probablement rejoindre son bord.

En mai 1974, Charles Loussouarn prend le commandement d’un nouveau chalutier thonier, le « Lydie ». Son frère Jo Loussouarn le remplace alors comme patron du « Régis Eric ». Fin 1975 ou début 1976, c’est Henri Calvez qui reprend la barre du bateau.

Le bateau est vendu au quartier de Bayonne vers 1982-1984. Il prend le nom de « Pottero ». Puis, il part à Dieppe où il est appelé « Fest Noz ». En septembre 1996, il retourne au Pays basque, mais sans changer de nom cette fois. Il est rayé des registres en décembre 1999.

Ils ont fait partie de l’équipage du « Régis-Eric » : Jean Bodéré, Henri Calvez, (x ?) Calvez, Roger Drézen, Roger le Floch, Christian Kerdranvat, Henri Kerloch (mécanicien)…(4)

(1) Coût de construction : 375 000 F (sans le matériel de pêche)

(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier et concernent uniquement les quantités débarquées. La qualité des langoustines et du poisson joue aussi un rôle crucial dans le prix de vente, mais elle  n’a malheureusement pas pu être prise en compte ici. Les chiffres des années manquantes seront progressivement intégrés.

(3) Voir ci-dessous le rapport de mer de J. Loussouarn

(4) Noms des membres de l’équipage retrouvés par Joël Stéphan.


Rapport de mer de J. Loussouarn du 5 septembre 1974. Archives départementales, 2054 w 3

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *