Jean-Marc Ody

Immatriculation : GV 7781

Construit au chantier des Charpentiers réunis de Saint-Guénolé il est lancé le 6 mars 1958. Il est immatriculé le 13 mai 1958.

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 16,58 m
  • Tonnage : 49,96 tx
  • Moteur Baudouin de 160 cv
  • Couleurs : pavois vert très foncé, coque claire.

Le « Jean-Marc Ody ». Coll. Catherine Nadalet (1)

Le « Jean-Marc Ody » est la propriété de Mme Germaine Mulot (armement Linguanotto). Jean-Marc est un des enfants de Marco Linguanotto (les autres sont « Ketty » et « Micou ») et Ody est le diminutif du prénom de son épouse, née Odette Mulot. La barre est d’abord confiée à Gaby Bargain, puis à Sylvestre Rioual.

Après un très bon départ durant l’hiver 1958-1959, période où il réalise deux marées de plus de 8 tonnes, le « Jean-Marc Ody » connait des résultats plus décevants à partir du printemps 1959. Au thon, ses saisons 1958 et 1959, sont plutôt moyennes.

La carrière de ce bateau est très brève, même pas deux ans. Le 4 janvier 1960, alors qu’il fait route pêche par vent de nord-ouest sur une mer bien formée, le « Jean-Marc Ody » est victime d’un ennui mécanique en baie d’Audierne. Sylvestre Rioual décide alors de rentrer au port. Vers 22h30, en s’engageant dans la passe, il se rend compte que le bateau n’obéit plus car la barre est bloquée. Il talonne violemment une roche qui provoque une voie d’eau dans la coque. Il fait alors marche arrière pour s’éloigner des récifs et gagner la bouée de Basse Gouac’h où la mer ne brise pas. Comble de malchance, la radio ne fonctionne plus, l’annexe n’est pas récupérable et le canot de sauvetage s’avère défectueux. Le bateau s’enfonce de plus en plus par l’arrière. La situation devient dramatique. Heureusement que le chalutier « Catherine » qui vient de sortir du port aperçoit le projecteur du « Jean-Marc Ody ». Comme il est  trop dangereux de l’accoster, les naufragés sont contraints de  rejoindre le « Catherine » à la nage dans une mer glacée (on est en janvier) et démontée. Heureusement ils sont très  jeunes et bons nageurs et parviennent tous à atteindre le chalutier. Celui-ci les conduit rapidement au port, tandis que le « Jean-Marc Ody » finit de sombrer.

Accusé de négligence, Sylvestre Rioual sera acquitté par le tribunal maritime et commercial de Lorient en novembre 1960.

L’équipage au moment du naufrage est composé de Denis Bouguéon (mécanicien) 24 ans, Alfred Jégou (novice), 16 ans, Jean Jégou, 18 ans, Marcel Jolivet, 25 ans, Joseph Kerdranvat, 28 ans, Louis le Pemp, 18 ans et Sylvestre Rioual (patron), 28 ans.

Le « Jean-Marc Ody », collection Catherine Nadalet.

(1) Merci à Catherine Nadalet, la fille de Marco Linguanotto, pour son aide et pour ces photos.
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Jean-Marc Ody

  1. Franck Le Lay - Balenci dit :

    bonjour, Beau tirage mettant en valeur la beauté et l’ élégance de ces malamoks en bois de l’ époque, merci à Catherine dite « Ketty » Linguanotto.
    J’ entendais autrefois, ce prénom associé à celui de son frère « Micou » à travers le poste de radio, lorsque Radio Conquet prenait des nouvelles du Chalutier-thonier portant leur deux prénoms, lors des vacations quotidiennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *