Forban

Immatriculation : GV 7823

Construit au chantier Jules Baltès de Léchiagat, il est lancé le 27 septembre 1958 ; il est francisé le 5 novembre 1958.

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 16,61 m
  • Tonnage : 49,54 tx
  • Moteur Berliet de 200 cv
  • Signal distinctif : TOAJ
  • Couleur : pavois bleu clair, liseré rouge, coque d’un bleu plus soutenu.
  • Cuves de 20000 litres pour la pêche à l’appât vivant.

Le « Forban », photo Jack. Coll. Bernard Bouguéon.

Appelé « Françoise » dans un premier temps, le « Forban » est une unité innovante par son équipement pour le thon à l’appât vivant et par sa puissance motrice (1). Il appartient à René Pichon, patron de « l’Ecumeur des mers » depuis 1946.

Au chalut le « Forban » obtient d’excellents résultats, largement supérieurs à la moyenne des bateaux du port. Sans battre de records, il se caractérise par des apports régulièrement abondants.

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

Son expérience de thon à l’appât vivant en revanche est un échec. Après deux saisons moyennes, voire médiocres, il renonce au thon en 1961 et consacre toute son année à la pêche au chalut.

Sa carrière si prometteuse se termine prématurément de façon tragique. Le 19 mai 1962, il disparaît dans le secteur de Jones Bank faisant huit victimes : Lucien Auffret (mécanicien), 41 ans, Michel Auffret (mousse, fils du précédent), 16 ans, Théodore Gourlaouen, 38 ans, Joseph Guénolé, 30 ans, Noël Monot, 32 ans, Abel Le Pape, 28 ans, René Pichon (patron), 43 ans et  Isidore Rivoal, 33 ans (3).

 

 (1) Seul « le Braconnier » est plus puissant.
(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier.
(3) On a longtemps pensé que le naufrage avait eu lieu dans les parages d’Ouessant, mais de nombreux éléments indiquent qu’il était arrivé à Jones Bank et qu’il a été abordé par un autre bateau. Un article sur le naufrage du « Forban » devrait paraître prochainement dans la revue Mouez Penmarc’h.

 

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *