Racleur d’océan

Immatriculation : GV 7807

Construit au chantier Loussouarn de Léchiagat, il est lancé le 7 août 1958 ; il est immatriculé le 10 novembre 1958 (1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 16,68 m
  • Tonnage : 47,75 tx
  • Moteur Baudouin de 160 cv
  • Signal distinctif : TQXH
  • Cale réfrigérée : 43 m3
  • Couleurs : pavois vert foncé, liseré jaune, coque blanche, puis pavois bleu foncé, liseré rouge, coque bleu clair.

« Racleur d’océan ». Photo Le Doaré, collection Patrick Plouhinec.

Le « Racleur d’océan » appartient d’abord à Jean Savina, patron armateur. Il est racheté dès le mois de mai 1961 par Nonna le Nours. « Racleurs d’océans » est le titre du premier livre publié par Anita Conti en 1953.

Au chalut, après des débuts difficiles, en particulier en 1960 et 1961, le « Racleur d’océan » réalise plusieurs belles années de pêche hauturière. 1964 représente sa meilleure année avec 6,2 de moyenne par marée dont une vente de 10,1 tonnes en avril à la criée de Concarneau. A partir de 1965 les résultats du chalutier passent légèrement sous la courbe moyenne des bateaux du port, ils ne remontent plus par la suite, mais ne connaissent pas de véritable décrochage.

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

Le « Racleur d’océan » arme chaque année pour le thon. Il dépasse à deux reprises les 3000 thons, en juillet 1965 avec 3200 et en juillet 1971 avec 3200 également.

En 1960 il est victime d’un échouage. Hissé sur le slipway de Concarneau en juin, on doit lui refaire la moitié de sa quille.

En juin 1972, Nonna le Nours fait construire un nouveau bateau, le « Petite Nanette ». Il vend le « Racleur d’océan » à Jacques Savina père, l’oncle de Jean Savina, le premier propriétaire du bateau. En janvier 1973 il est revendu au port de Concarneau, où il est immatriculé CC 196537. Après avoir navigué jusqu’en novembre 1986 (3), il a fini sa carrière à l’abri de la Ville Close, comme chalutier à flot du Musée de la pêche. Faute d’entretien, il a dû être détruit en mars 1998.

 

(1) Coût de construction : 180 000 F (sans le matériel de pêche)
(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier.
(3) « C’était un bon bateau » confie L. Masson, son propriétaire concarnois, qui effectuera 14 campagnes thonières à bord du « Racleur ». Un reportage photographique a été réalisé par Anh Boclé à l’occasion de son dernier voyage.

 

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *