1924

Janvier

Mercredi 2 : Jean Calvez achète le « Saint-Yves » (GV 3217) qui appartenait à Henri Kerfriden. Ce canot, construit à Pont-l’Abbé en 1910, mesure 7,28 m et jauge 3,95 tx.

Mardi 8, nuit du mardi au mercredi : une énorme tempête et un raz de marée dévastent la côte de la pointe Saint-Mathieu jusqu’au Maroc. Penmarc’h est probablement la commune la plus touchée. Un journaliste arrivé sur les lieux le lendemain raconte :

« Voici Saint-Guénolé. Dès la première rue, à l’approche du restaurant Moguerou, il nous faut rouler dans l’eau jusqu’au-dessus des moyeux. Au pied de la haute façade d’une usine, il nous faut arrêter. Des barques défoncées, tordues, broyées forment une barricade. Elles ont été jetées là en pleine rue comme fétus, s’écrasant pêle-mêle sur les murailles après avoir roulé de roc en roc. Les ruelles, même, sont défoncées, ravinées, bouleversées tout au long du chemin que le sable a recouvert. Des blocs de roches, des galets se mêlent aux moellons des murailles effondrées. »

(La Dépêche de Brest, 10/01/1924).
L’actuelle rue Lucien Le Lay après le raz de marée. Photo « L’illustration »

La presse parisienne arrive le 10 :

« En un instant la grande jetée de Saint-Guénolé a été submergée et l’eau s’est avancée avec force, détruisant les murs de clôture des propriétés privées, inondant les rez-de-chaussée de toutes les maisons et causant la panique parmi les habitants qui s’enfuirent épouvantés devant le flot dévastateur. La route entre l’ancien et le nouveau phare est défoncée. Tous les champs situés entre Penmarch, Saint-Pierre et Saint-Guénolé sont recouverts d’une nappe d’eau. Les usines de conserve sont inondées ; la flottille de pêche est presque entièrement perdue, des embarcations sont éparpillées sur les routes et dans les roches. Sur la route de Kérity à Saint- Guénolé, les chevaux ont de l’eau jusqu’au poitrail et au milieu des champs, transformés en lac, on voit des barques défoncées qui ont été amenées là par le flot. On ne voit partout que débris de bateaux, de casiers à homards, de meubles que l’on a voulu sauver en toute hâte et que l’on n’a pas eu le temps d’emporter, l’eau ayant monté à la vitesse d’un cheval au trot. « 

(La Croix, 11/01/1924)
La boulangerie Larnicol après le raz de marée. Photo « l’Illustration »

Onze bateaux de Saint-Guénolé ont été démolis par la tempête : Aiglon II (GV 3955) de Jean-Marie Jégou, Berceau du marin (GV 3825) de Jean Cosquéric, Esmirnoff (GV 3764) de François Briec, Lulu (GV 4734) de Eugène Auffret (1,79 tx), Marsouin (GV 3744) d’Alain Tirilly (plate d’1,54 tx), Marguerite Anna (GV 4161) de Laurent Tanniou, Notre-Dame de Penhors (GV 3777) de Sébastien Briec, Petit Emile (GV 3754) de Jean Plouzennec, Petit Francis (GV 4332) de Michel le Pape, Saint-Nonna (GV 3925) de Corentin Jacob, Volonté de Dieu (GV 3783) de Jean Jégou.

L’actuelle rue Lucien Larnicol après le raz de marée. Photo « L’illustration »

Les dégâts sont considérables, mais heureusement il n’y a pas de victimes.

Mercredi 16 : à la suite d’une demande du préfet, le conseil municipal se prononce contre l’agrandissement de l’école de Saint-Guénolé. Lors de la même séance le conseil approuve les projets de travaux au port de Saint-Guénolé. Il s’agit de barrer la grande passe, de construire un mur de défense entre Staviou et le rocher du préfet et d’élargir et approfondir la petite passe. Il est également question de l’établissement d’un feu sur Men Scoedec. Le conseil fait « un pressant appel à la bienveillance de l’Etat et du département pour l’aider » à assurer la sécurité de la population après le raz de marée et pour la restauration de la flottille de pêche.

Lundi 21 : mort de Lénine

Mercredi 23 : soirée de bienfaisance organisée par M. Bourhis à l’Odet palace de Quimper au profit des sinistrés de Penmarc’h.

Vendredi 25 : début des premiers jeux olympiques d’hiver à Chamonix.

Février

Vendredi 1er : Jean Le Donge achète le « Travailleur » (GV 3630) à Joseph Balch de Léchiagat. C’est un canot construit à Pont-l’Abbé en 1912. Il mesure 7,70 m et jauge 4,63 tonneaux.

Lundi 4 : premier armement pour « l’Avant garde » (GV 4898), canot ponté de 10,55 m et de 6,20 tonneaux, construit à Douarnenez en 1923. Il appartient à Louis Durand.

« L’avant garde » (GV 4898)

Mercredi 6 : premier armement pour le « Berceau du marin » (GV 4900). C’est un canot non ponté de 9,70 m et 7,18 tonneaux. Construit à Pont-l’Abbé pour Jean Cosquéric, il remplace le « Berceau du marin » (GV 4825) démoli par le raz de marée, moins d’un mois plus tôt.

Premier armement pour « Lulu II » (GV 4899), canot non ponté de 10,47 m et 8,99 tonneaux, construit à Pont-l’Abbé pour Laurent Tanniou (1900-1967). Il vient remplacer le « Marguerite Anna » détruit lui aussi par le raz de marée. Un petit canot du nom de « Lulu » (GV 4734) appartenant à Eugène Auffret avait également été démoli lors du raz de marée.

Vendredi 8 : naufrage corps et biens près des Etocs du canot « Amoureux » du Guilvinec. Il y a deux disparus.

Jeudi 14 : Jean Plouzennec (1884-1931), qui a perdu son canot « Petit Emile » pendant le raz de marée, achète le « Notre-Dame de la Joie » (GV 4820) qui appartenait à Sébastien Bourligueux du Guilvinec. Ce bateau construit au Guilvinec en 1923 mesure 10,89 m et jauge 12,41 tonneaux.

Vendredi 29 : naufrage du « Sainte Anne d’Auray » d’Auguste Kerisit de Kérity à 4 milles du port de Kérity.

Jean Calvez achète le canot « Raphaël » de René Ronarch du Guilvinec. Ce canot, construit à Pont-l’Abbé en 1911, mesure 7,68 m et jauge 4,25 tonneaux.

2ème quinzaine de février : chutes de neige sur presque toute la France

Février : déroctage de la petite passe.

Mars

Jeudi 6 : François Briec, qui a perdu son canot « Esmirnoff » lors du raz de marée, achète le « Myrella » (GV 4617) à Noël Gouyen de Sainte-Marine. C’est un canot de 8,28 m et 5,60 tonneaux construit en 1905 à Bénodet.

Samedi 8 : le conseil municipal décide de la réfection de l’abri de la pompe à incendie détruit par le raz de marée. Cet abri est situé au pignon sud de l’usine Ravilly. Il approuve également le projet de transformation en agence postale de la recette auxiliaire de Saint-Guénolé.

Mercredi 12 : Jean Jégou, qui a perdu son bateau « Aiglon II » lors du raz de marée, achète le canot « Flamberge » (GV 4489) à Gabriel Glimois de l’Ile-Tudy. Cet achat lui permet de continuer son métier en attendant la fin de la construction de son « Aiglon III ». « Flamberge » est une petite unité de 6,92 m et 3,15 tonneaux, construite à Pont-l’Abbé en 1921.

Le même jour Jacques Séven achète le « Suffren » à Jean-Marie Vigouroux de Léchiagat. C’est un canot de 7, 72 m et 4,94 tonneaux. Il a été construit à Pont-l’Abbé en 1913.

Avril

Samedi 5 : décès de François Coulloch, 9 ans, des suites d’un accident qui s’est produit dans l’usine Ravilly. C’était le fils du gérant.

Samedi 12 : conférence de Jean-Julien Lemordant à Quimper sur le thème de l’exposition internationale prévue à Paris en 1925.

Lundi 14 : premier armement pour le canot non ponté « Boutoard » (GV 4930) de Jean Louis Charlot (1894-1970), dont c’est le premier bateau. Construit à Lesconil, il mesure 8,20 m et jauge 5,39 tonneaux.

Premier armement pour le canot ponté « Papillon II » (GV 4931) construit à Kérity pour Pierre Dréau. Il mesure 9,45 m et jauge 8,88 tonneaux. Il vient remplacer le « Papillon » (GV 4461) vendu le 3 avril à Nonna Le Floch de Saint-Guénolé.

Le « Papillon II » (GV 4931) au centre de la photo. Carte postale Artaud n°6.

Dimanche 20 : Pâques, réunion d’ouverture au vélodrome de Keryet à Penmarc’h. Jacques Le Rhun de Penmarc’h termine 2ème à la course de vitesse régionale.

Lundi 21 : course cycliste parrainée par les cycles « All right ». Départ de Penmarc’h, passage à Quimper et Douarnenez, arrivée à Penmarc’h. Vainqueur Le Doaré sur cycle Warrior.

Mai

Dimanche 4 : début des Jeux olympiques de Paris à Colombes (4 mai – 27 juillet)

Affiche des jeux olympiques de Paris de 1924 au Musée Municipal d’Art et d’Histoire de Colombes (Hauts-de-Seine).

Vendredi 9 : premier armement pour le canot « Saint Joseph » de Joseph Jégou (1882-1948). Construit à Pont-l’Abbé, il mesure 9,66 m et jauge 4,19 tonneaux.

Dimanche 11 : victoire du Cartel des gauches aux élections législatives. Dans le canton de Pont-l’Abbé la liste de droite obtient 27 010 voix, la liste de Concentration républicaine 21 494 et la liste socialiste 17 810.

Dimanche 18 : foule et temps superbe au championnat de vitesse du Finistère remporté par Pichon au vélodrome de Keryet.

Vendredi 30 : conseil municipal. La commune accepte de participer au financement de deux chaînes traversières de mouillage pour le port de Saint-Guénolé.

Juin

Dimanche 1er : inauguration de l’exposition de travaux artistiques de l’école de Saint-Guénolé en présence de nombreuses personnalités.

Mercredi 4 : Jean Le Donge achète « Volonté de Dieu » (GV 3736), le canot de Robert Le Corre de Kérity. Construit à l’Ile-Tudy en 1913, il mesure 8,30 m et jauge 6,01 tonneaux.

Jeudi 5 : par mauvais temps le canot « Marie Anne » chavire dans la passe, les deux occupants, les frères Jean-Louis et Sébastien Charlot, parviennent à s’accrocher à l’épave et sont finalement sauvés par d’autres marins.

Mercredi 11 : le président de la République Alexandre Millerand est poussé à la démission par le Cartel des gauches.

Vendredi 13 : Gaston Doumergue est élu président de la République.

Gaston Doumergue, portrait officiel (1924). Agence Meurisse.

Le vapeur anglais « Cognac » vient au secours du trois-mâts fécampois « Marie-Edmée » victime d’une voie d’eau et en difficulté devant Penmarc’h. Il parvient à le remorquer jusqu’à Lorient.

Jeudi 14 : Edouard Herriot devient président du Conseil.

Certificat d’études primaires pour les garçons de Saint-Guénolé à l’école des garçons de Pont-l’Abbé.

Lundi 23 : premier armement pour le canot « Jeanne d’Arc » (GV 4975). Construit au Guilvinec pour Alain Tual (1898-1975) et son beau-frère Jacques Scuiller (1892-1972), il mesure 7,95 m et jauge 4,60 tonneaux.

Mardi 24 : certificat d’études primaires pour les filles de Saint-Guénolé à l’école des filles de Pont-l’Abbé.

Juillet

Jeudi 10 : Louis Gourlaouen de Kérity, 12 ans, sauve un de ses camarades tombé de son embarcation à 200 mètres de la jetée.

Premier armement pour « Oiseau des mers » (GV 4987), canot de Sébastien Tirilly construit à Pont-l’Abbé. Il mesure 10,55 m et jauge 9,16 tonneaux.

Vendredi 11 : premier armement du « Bolide » (GV 4989), canot de Henri Kerfriden construit à Saint-Guénolé. Il mesure 9,35 m et fait 7,36 tonneaux. Il remplace le « Saint Yves » qu’il a vendu à Jean Calvez en début d’année.

Samedi 12 au mercredi 16 : vague de chaleur en France (28° le 14 à Loctudy)

Vendredi 18 : la cantine scolaire qui avait été fermée à la suite du raz de marée est rouverte : 343 élèves de Saint-Guénolé la fréquentent. Les cantines de la commune sont gratuites.

Dimanche 20 : le tour de France est remporté par Ottavio Bottechia, c’est le premier vainqueur italien du Tour.

Bottechia (au centre) lors de son arrivée au Parc des Princes. Photo Agence Rol.

Jeudi 24 : le petit Jean-Louis Hélias, 3 ans ½, est retrouvé mort dans le puits de l’usine Ravilly. Il avait disparu la veille vers 16 heures.

Lundi 28 : chavirage du canot « Scrangneu » au sud de « Men-Du ». Le patron, qui était seul à bord, a été sauvé et ramené à Loctudy.

Jeudi 31 : début des vacances scolaires.

Août

Début août : la fête des Cormorans qui avait lieu chaque été depuis 1920 n’a pas été reconduite.

Vendredi 1er : Pierre Semard est nommé secrétaire général de Parti communiste.

Premier armement pour le canot « Labrador » (GV 4997) de Pierre Gueguen (1871-1959). Construit à Douarnenez, il mesure 9,58 m et jauge .4,96 tonneaux

Mi-août : mauvais temps, mer très houleuse.

Samedi 23 : une maison d’habitation occupée par trois familles à Parc-Laou au Guilvinec prend feu vers 9 heures. Deux jumeaux de six mois périssent dans l’incendie.

Mercredi 27 : des archéologues gallois viennent en nombre à bord de quatre autocars pour visiter le musée.

Jeudi 28 : visite du célèbre galeriste René Gimpel et de sa femme au Viben, chez Jean-Julien Lemordant.

Samedi 30 : premier armement pour le canot ponté « Juif errant » de Pierre-Jean Bariou (1881-1941). Il mesure 8,59 m et jauge 4,44 tonneaux.

Le mois d’août a été frais et pluvieux.

Septembre

Début septembre : le lec’h gaulois de Kerveret en Plomeur a été déplacé. Il se dresse maintenant devant la façade du musée préhistorique.

Vendredi 12 : Jean Rolland (1893-1950) achète « Esclave du riche » (GV 4522) à Jean Le Pape du Guilvinec. C’est son premier bateau. Il s’agit d’un canot non ponté de 9,10 m et 6,98 tonneaux lancé en 1922 à Pont-l’Abbé.

Le même jour, premier armement pour « Fiancé de la mer » (GV 5011), canot ponté de Pierre Jégou, construit à Saint-Guénolé. Il jauge 5,80 tonneaux et mesure 9,10 m.

Dimanche 21 : la dernière course de l’année au vélodrome de Keryet se déroule sous la pluie.

Lundi 22 : un incendie détruit une meule de paille chez Sébastien Loussouarn à Kervédal.

Mercredi 24 : premier armement pour « Aiglon III » de Jean Jégou (1884-1956), canot ponté de 8,59 m, de 4,44 tonneaux. Construit à Pont-l’Abbé, il remplace « Aiglon II », détruit par le raz de marée.

Octobre

Mercredi 1er : rentrée des classes. Les instituteurs et institutrices chargés de l’école de Saint-Guénolé pour l’année scolaire 1924-1925 sont Mme Le Bourhis, Jeanne Le Vincent (1901-1986), Aline Maure, Anna Perros (1887-….), Laurent Perros (1879-1961), directeur, époux de la précédente, Anne Quéléver épouse Goapper (1898-1981) et Marcel Ravalard (1897-1965). Mme Le Bourhis et Aline Maure remplacent probablement Estelle Morvan et Anna Tréguier (1).

Mardi 7 : une dépression se creuse rapidement en soirée au large de la Bretagne.

Mercredi 8 : par mauvais temps, l’annexe du « Saint Vincent » de Vincent Kerfriden chavire dans la grande passe avec deux hommes à bord. Les marins sont rapidement mis hors de danger grâce à l’intervention du canot de sauvetage « Maman Poydenot » et de « l’Aiglon III » de Jean Jégou.

Le « Notre-Dame de Penhors » d’Alain Béchennec de Kérity casse sa chaîne et va s’échouer devant Men Meur au Guilvinec. On parviendra à le remorquer jusqu’au port du Guilvinec.

Vendredi 24 : début du procès de Guillaume Seznec devant la cour d’assises du Finistère à Quimper.

Mardi 28 : Une expédition de huit véhicules à chenilles dénommée « Croisière noire » et dirigée par André Citroën part de Colomb-Béchar en Algérie pour rejoindre le Cap en Afrique de Sud.

Auto-chenille Citroën utilisée lors de la « Croisière noire ». Photo Agence Rol, Gallica

Mercredi 29 : par forte tempête, le bateau de pêche « Apollon » sort du port de Lesconil pour aller s’abriter dans le Ster, mais il se fait drosser sur les rochers de Menez ar Groas. Le canot de sauvetage « Amiral Maigret » prend la mer aussitôt et parvient après une demi-heure d’efforts à sortir le bateau en perdition et ses six marins de cette situation des plus périlleuses.

Le mois d’octobre a été très pluvieux

Novembre

Mardi 4 : la cour d’assises du Finistère condamne Guillaume Seznec aux travaux forcés à perpétuité.

Guillaume Seznec (en 1921). Photo France Justice.

Vendredi 14 : très grosse tempête de sud sud-ouest

Jeudi 20 : début de la grève des sardinières à Douarnenez. Elle durera jusqu’au 10 janvier 1925.

Vendredi 21 : le conseil municipal accepte la candidature de Pierre Jean Séven comme cantonnier rural. Par ailleurs, il attribue une somme de 60 000 F pour l’établissement d’un feu sur Men Scoedec et demande la création d’un deuxième bureau de tabac à Saint-Guénolé.

Samedi 22 : Léon Meyer, sous-secrétaire d’Etat des ports, de la marine marchande et des pêches se prononce contre le projet de construction d’un brise-lames barrant la grande passe. Il pense que la commune ne dispose pas de capacités financières suffisantes pour assumer sa part de ce chantier dont le coût est très important.

Mardi 25 : premier armement pour « Alsace et Lorraine » (GV 5034) de Michel le Pape. C’est un canot ponté de 9,53 m et 4,79 tonneaux. Il a été construit à Pont-l’Abbé pour remplacer le « Petit Francis » démoli par le raz de marée.

Mercredi 26 et jeudi 27 : tempête avec vent violent et orage. Elle est fortement ressentie à Saint-Guénolé, heureusement que la mer reste assez calme. Il y a beaucoup de dégâts dans le Pays bigouden : arbres arrachés, toitures emportées… On déplore aussi la perte d’un bateau : le sloop « Roule ta bosse » qui était mouillé à l’Ile-Tudy a rompu ses amarres et est parti à la dérive avant de couler à l’entrée du port de Loctudy.

Décembre

Samedi 6 : mer très mauvaise. Le canot de sauvetage « Maman Poydenot » sort vers 18 h pour assister les bateaux rentrant au port. Il va rester en veille dans la petite passe jusqu’à 3 heures du matin

Dimanche 7 : incidents à Pont-l’Abbé entre les laïcs et les cléricaux qui rentraient du grand rassemblement des catholiques à Quimper.

Lundi 29 : tempête. A Léhan en Tréffiagat les vagues passent plusieurs fois pardessus les dunes, inondant les terrains situés en arrière, et touchant les habitations

Décembre : les grèves et les manifestations continuent à Douarnenez

Décembre : deux marins de Saint-Guénolé qui se trouvaient dans l’annexe du « Saint-Louis » tombent à l’eau par une mer très houleuse : ils sont finalement sauvés.


Autres événements de 1924, remarques, statistiques…

La flottille de Saint-Guénolé a subi de fortes transformations au cours de l’année 1924, conséquences de la catastrophe de janvier. Il reste encore deux bateaux de plus de 10 tonneaux : si le « Marguerite Anna » a été détruit lors du raz de marée, le « Marie Josèphe » est toujours là et une nouvelle unité est arrivée : le « Notre-Dame de la Joie » acheté au Guilvinec par Jean Marie Plouzennec. Dans la catégorie des 3 à 10 tonneaux huit bateaux ont été détruits, mais ils ont souvent été remplacés dans le courant de l’année. On peut même parler d’année record pour le renouvellement de la flottille car pas moins de 21 nouveaux bateaux sont arrivés au port, dont 14 constructions neuves : « Aiglon III », « Alsace Lorraine », « l’Avant-Garde », « Berceau du marin » (GV 4900), « Bolide », « Botouard », « Esclave du riche » (occasion), « Fiancé de la mer », « Flamberge » (occasion), « Jeanne d’Arc » (GV 4975), « Juif errant », « Labrador », « Lulu II », « Myrella » (occasion), « Oiseau des mers », « Papillon II », « Raphaël » (occasion), « Saint-Joseph », « Suffren » (occasion), « Travailleur » (occasion) et « Volonté de Dieu (GV 3736) (occasion).

Le port compte désormais 57 bateaux de plus de 3 tonneaux, dont deux de plus de 10 tonneaux.

Bilan des ports de Penmarc’h : 1865 t. pour une valeur de 5 800 000 F (Penmarc’h fait presque jeu égal avec Guilvinec (5 900 000 F).

Débuts du chantier naval des frères Salaun à Saint-Guénolé : le premier bateau semble être la « Bolide » construit pour Henri Kerfriden, GV 4989, 7,26 tx.

Le mécanicien Gustave Priol fait installer devant son atelier de Saint-Guénolé deux pompes à essence de type « satan », reliées à deux réservoirs de 1400 l.

On dénombre 1036 maisons et 19 bâtiments industriels à Penmarc’h.

La compagnie Lebon acquiert la majorité des actions de la société Sud Finistère électrique. C’est elle qui va commencer l’électrification du Pays bigouden.

Ailleurs en Pays bigouden

Louis Le Cleac’h, patron pêcheur du Guilvinec, qui avait déjà innové en embarquant une glacière, installe un moteur sur son annexe, puis sur sa chaloupe. D’autres patrons l’imiteront rapidement.

L’Etat achète les collections archéologiques rassemblées par la famille Du Châtellier au château de Kernuz et les transfère au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye.

(1) Cette liste est présentée sous réserves, car le tableau des effectifs de 1924-1925 est incomplet. Elle a été établie par recoupements et déduction.

Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.