Eglise Saint-Guénolé

Saint-Guénolé devint paroisse le 22 juillet 1942. Comme il n’y avait plus d’église en état d’accueillir les paroissiens, il fallut trouver des solutions d’attente : pendant quelques années on célébrala messe dans l’ancienne salle de danse de Marguerite Mazo, face à l’école. Quant aux deux prêtres (le recteur Michel Derven et l’abbé Yves Garo), ils furent hébergés dans un premier temps au Menez, dans la propriété de la famille Des Essarts.

En 1954, on bâtit un nouveau lieu de culte sur une parcelle nommée Parc ar Pigar. La future église présentait l’avantage d’être relativement centrale pour la plupart des paroissiens.

L’architecte Jacques Lachaud conçu un édifice rectangulaire en pierres de taille avec charpente apparente.

La construction fut confiée à l’entreprise Kerdévez de Pleyben qui utilisa des pierres d’origines diverses, certaines étaient récentes tandis que d’autres provenaient de la démolition d’anciens manoirs, en particulier celui de Keréon.

Le chantier fut mené tambour battant : le 31 janvier Mgr Fauvel procéda à la bénédiction de la première pierre, dans le froid et sous la neige. Le 11 avril les trois cloches de l’église furent bénites à leur tour. Le 1er août l’église était officiellement déclarée ouverte au culte et le 17 octobre vit la consécration de l’autel de l’église, en présence de Mgr Fauvel et de Mgr Tirilly, évêque des Iles Marquises et originaire du Guilvinec.

Eglise Saint-Guénolé

Eglise Saint-Guénolé

En dehors de son architecture, cette église est particulièrement intéressante pour ses vitraux réalisés par un maître-verrier de réputation internationale : Auguste Labouret et pour ses statues en bois polychrome qui proviennent certainement des anciennes églises de Saint-Guénolé (la Tour carrée et Saint-Fiacre) ; elles datent du XVIe et du XVIIe.

Le calvaire vient de Saint-Fiacre.

[Pour en savoir plus sur le financement des travaux et la construction de l’église, voir l’article d’Auguste Dupouy paru dans Le Télégramme du 29 juillet 1954.]

 

 

Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, Eglises, chapelles et croix, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *