Belle Bretagne

Immatriculation : GV 8043, puis GV 302663

Construit au chantier Hénaff du Guilvinec, il est lancé le 12 janvier 1963 ; son armement est enregistré le 6 mars 1963 (1)

Caractéristiques : chalutier côtier, sardinier.

  • Longueur : 15,07 m
  • Tonnage : 34,94 tx
  • Moteur Baudouin DNK6 de 160 cv (118 kw)
  • Signal distinctif : THZJ
  • Cale réfrigérée : 28 m3
  • Couleurs : pavois bleu foncé, liseré rouge, coque blanche.

« Belle Bretagne » (auteur de la photo non identifié).

« Belle Bretagne » appartient à Marcel Bescond, jusqu’alors patron propriétaire du « Reine des flots ». C’est un bateau hybride, prioritairement côtier et sardinier, mais capable de se muer exceptionnellement en hauturier ou en thonier. Il effectuera les saisons thonières de 1968 et 1969.

Le 21 juin 1965 il tombe en panne de moteur en faisant la sardine ; il est remorqué à Concarneau par « La Gazelle« .

Dans la nuit du 25 au 26 février 1969, il part à la recherche du « Jean-Luc et Philippe » en panne de moteur devant Tréguennec et parvient à le remorquer jusqu’au port. Le 28 août 1972 il participe au sauvetage des marins du chalutier guilviniste «  l’Alkaïd » devant Saint-Guénolé. L’année suivante, le 26 juin, il est encore présent lors d’un naufrage : celui de « l’Erskil-Sturia », puissante vedette panaméenne de 24 m, qui s’échoue aux Etocs. Le 13 décembre 1979, par mauvais temps, alors qu’il rentre au port avec difficultés, il assiste au chavirage du canot « Sterenn » près de Conq. Cette fois malheureusement « Belle Bretagne » ne peut rien faire, car l’état de la mer l’empêche de s’approcher.

Quelques mois plus tôt, le 10 avril 1979, il avait  lui aussi dû faire appel aux secours après avoir été abordé par le chalutier concarnois « Allegro » à deux milles dans l’ouest de Penmarc’h. Sérieusement endommagé côté tribord avant et victime d’une voie d’eau, il dû se faire remorquer jusqu’à Saint-Guénolé par « l’Atlantel » de Loctudy.

Au début des années 1980 il est vendu à Boulogne-sur-Mer où il est rebaptisé « Belle de Bretagne » (BL 302663). Il y effectue encore une longue carrière comme fileyeur jusqu’à sa sortie de flotte en 2004. Il est alors conduit au cimetière des bateaux de Boulogne.

(1) Coût de construction : 280 000 F (sans le matériel de pêche)
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *