1933

JANVIER

Début janvier : le bureau de péage du port de Saint-Guénolé est terminé. Situé à côté du local des douanes, il a été construit en fin d’année 1932 par l’entreprise Morvan de Saint-Guénolé.

Lundi 2 : vent fort de sud-ouest, les bateaux restent à terre.

Mardi 3 : « La bande à Bouboule », comédie de Léon Mathot, avec Georges Milton au bourg de Penmarc’h.

Jeudi 5 : le paquebot « l’Atlantique » prend feu au large de Guernesey faisant 19 victimes parmi les membres de l’équipage. Parmi elles se trouve Marc le Roux, 37 ans, de La Joie.

« L’Atlantique »

Mi-janvier : tempête, les bateaux restent à terre pendant une semaine. Après une très mauvaise année 1932, l’année 1933 commence très mal. Deux articles de J. Corcuff parus dans l’Ouest Eclair des 17 et 19 janvier 1933 décrivent la situation financière des familles de marins de Saint-Guénolé, qui est désastreuse. Le paragraphe sur les achats à crédit dans les commerces est particulièrement intéressant :

Dimanche 15 : les Cormorans de Penmarc’h battent Crozon par 1 à 0. La partie a été écourtée en raison du mauvais temps.

Lundi 16 : les marins-pêcheurs envahissent la mairie de Penmarc’h pour faire cesser le prélèvement sur les petits crustacés et pour obtenir une allocation chômage, comme les ouvriers des villes. La grève dure 33 jours à Penmarc’h, sans résultats.

Jean Mermoz ouvre une ligne aérienne entre Saint-Louis (Sénégal) et Natal (Brésil).

Jeudi 19 : au patronage laïque de Pont-l’Abbé, présentation du premier film parlant diffusé en Pays bigouden : « Maison de danses » de Maurice Tourneur avec Gaby Morlay et Charles Vanel.

Dimanche 22 : en URSS une directive décrète le blocus de l’Ukraine et du Caucase-Nord, alors que la région est en proie à une terrible famine.

Dimanche 29 : en match amical : Cormorans 2 – Vagabonds Quimper 8. La réserve des Cormorans bat Plobannalec par 20 à 0 !

Bal à l’hôtel Lanthony.

10 000 personnes manifestent à Quimper contre les ventes-saisies, à l’appel de Dorgères et Budes de Guébriant. L’Office de Landerneau, l’Eglise et les élus de droite soutiennent le mouvement. Le Dorgérisme touche le Pays Bigouden à partir de 1933. Sept réunions seront organisées en trois ans. Il y aura même des actions violentes visant à empêcher les ventes-saisies chez les paysans et contre les conserveries.

Lundi 30 : Hitler devient chancelier du Reich.

Mardi 31 : Edouard Daladier devient président du Conseil à la place de Louis Paul-Boncour.

FEVRIER

Début février : brume, mauvais temps, les bateaux doivent rester au port pendant plusieurs jours.

Vendredi 3 : perdu dans le brouillard, le cargo danois Estrid se brise près du sémaphore de Lervily à Esquibien. Parti de Valence, il contenait 1400 tonnes d’oranges. Malgré la tempête, le capitaine et les 16 hommes d’équipage sont sauvés par le « Général Beztat », le bateau de sauvetage d’Audierne.

Dimanche 5 : JA Pont-l’Abbé 3 – Cormorans 2

Lundi 6 : « L’Odet », première vedette garde-pêche du quartier maritime, arrive au  Guilvinec.

Mardi 7 : brume très épaisse, mer grosse.

Week-end du 18 : froid vif

Vendredi 24 : bonne semaine pour la langoustine, mais le retour du mauvais temps a empêché les dragueurs de sortir ce vendredi.

Dimanche 26 : après des élections partielles, Le Bastard (SFIO) est élu maire de Pont-l’Abbé en remplacement d’Auguste Coïc démissionnaire.

Lundi 27 : incendie du Reichstag, coup monté par les nazis pour faire croire à une insurrection communiste.

Le Reichstag en feu.

Mardi 28 : début du Troisième Reich

Fort vent de sud-ouest, les bateaux restent à quai.

Février : le port compte une cinquantaine de dragueurs, qui pêchent principalement la langoustine. On trouve aussi quelques ligneurs et quelques caseyeurs (tourteaux, homards, langoustes, crevettes).

MARS

Début mars : Le « Allez en paix » de Douarnenez est abordé au large d’Ouessant par le cargo anglais « Dollus ». Les 15 hommes d’équipage peuvent heureusement prendre place dans la baleinière du cargo d’où ils assistent au naufrage de leur bateau.

Samedi 4 : Roosevelt devient président des Etats-Unis.

F.D.Roosevelt, photo Elias Goldensky (1933)

Samedi 11 : tempête de sud-est.

Mardi 14 : première de la revue « Vive Paris » au Casino de Paris. Cécile Sorel, après avoir descendu le grand escalier, lance à Mistinguett placée à l’avant-scène, le fameux « L’ai-je bien descendu ? ». Cette revue « Vive Paris » avait été en partie conçue à Saint-Guénolé l’été précédent par Jean Rieux et Georges Merry, dans la villa de ce dernier, au Viben.

La villa « Merry Viben » (2020)

Dimanche 19 : à Pont-l’Abbé, en demi-finale de la coupe de Cornouaille, Cormorans 4 – US Douarnenez-Ploaré (réserve) 0

Vent fort.

Mardi 21 : le dundee maquereautier « Paul Déroulède » de Douarnenez, dont on était sans nouvelles, rentre au port avec un mort à bord et un blessé grave (le patron). Le fils du patron a disparu en mer pendant la tempête.

Mercredi 22 : ouverture du camp de concentration de Dachau.

Vent violent de sud-est, les bateaux restent à quai.

Dimanche 26 : un jeune quimpérois se noie près de la Torche.

Au Viben, une fillette de 8 ans tombe dans une carrière et se noie.

Mercredi 29 : début de la campagne du gros maquereau, 12 bateaux sont partis ce matin.

L’hiver a été doux et sec en Pays bigouden.

AVRIL

Début avril : le Sénat vote une mesure de protection des goémoniers en permettant une augmentation des droits de douane sur l’iode importée, en particulier du Chili et du Japon.

Un marin pêcheur de Penmarc’h nommé Cloarec se noie en relevant ses filets avec sa plate.

Samedi 1er : début des violences anti-juives en Allemagne et boycott des magasins juifs.

Lundi 17 : la première journée de pêche à la sardine de dérive n’a rien donné.

Jeudi 20 : Laurent Stéphan, 46 ans, est retrouvé mort près de son bateau en baie d’Audierne. On pense qu’il a perdu l’équilibre en jetant ses filets. Il était seul à bord.

MAI

Mardi 2 : deux bateaux débarquent chacun 4000 maquereaux environ. En avril la moyenne ne dépassait guère les 100 par bateau.

Mardi 9 : vent fort

Dimanche 14 : un vol avec effraction est commis dans un estaminet de Saint-Guénolé dans la nuit de dimanche à lundi. Le butin se monte à 1000 F environ.

Lundi 15 : Antoine Donnard de Saint-Guénolé termine 4ème de la course à pied cantonale organisée à Loctudy à l’occasion du pardon.

Dimanche 21 : armement de la pinasse pontée de Paul Stéphan, baptisée « Vigilante ».

Lundi 22 : le canot « Saint-Georges », qui menaçait de couler, est sauvé de justesse au large de Saint-Pierre.

Mercredi 24 : par mer très houleuse, le sablier concarnois « Resket-Bill » fait naufrage près de la pointe de Trévignon. L’équipage de quatre hommes parvient à s’embarquer dans l’annexe et est rapidement secouru par un autre bateau.

Jeudi 25 : « Les croix de bois » de Raymond Bernard, avec Pierre Blanchar, Gabriel Gabrio et Charles Vanel, salle Stéphan au bourg. C’est probablement le premier film parlant projeté dans la commune.

Samedi 27 : bonnes pêches de maquereaux, certains bateaux débarquent entre 8000 et 10 000 poissons.

JUIN

Jeudi 1er : trois marins de Penmarc’h sont reçus au certificat de capacité : Jean le Donge, Eugène le Gall et Pierre Guéguen et quatre autres obtiennent le permis de conduire les moteurs : Corentin Bellet, Henri Cosquéric, Michel Diquélou et Pierre Jean Séven.

Samedi 3 : orage en matinée, un cultivateur de Plozévet meurt foudroyé.

Vendredi 9 : les travaux du brise-lames de Staviou sont en cours.

Photo du 9 juin, Archives départementales du Finistère, 33 S

Mardi 13 : la campagne sardinière (sardine de rogue) a débuté. Les bateaux sont rentrés avec 200 à 800 kg de sardines en moyenne, mais les usines n’ont pas pu tout absorber. Les derniers arrivés ont été contraints de jeter une partie de leur pêche à la mer. Plusieurs usines de la commune viennent de commencer la mise en conserve des petits pois et ne prennent pas de sardines.

Mercredi 14 : les usiniers et les patrons pêcheurs se mettent d’accord sur l’instauration d’un quota maximum de 250 kg de sardines par jour et par bateau jusqu’à la fin de la campagne des petits pois.

Lundi 19 : certificat d’études primaires.

Printemps plutôt sec en Cornouaille

JUILLET

Mardi 4 : 12 des 14 ouvriers de la THEG, qui exploitent une des carrières de Saint-Guénolé dans le cadre des travaux portuaires, cessent le travail. Le directeur des travaux voulait les payer à la tâche et non plus à l’heure.

Mercredi 5 : journée très chaude (29° à Quimper).

Les ouvriers de la THEG reprennent le travail ayant obtenu partiellement gain de cause. Ils obtiennent une augmentation horaire de 0,35 F et la réintégration des 3 ouvriers licenciés.

Vendredi 7 : arrivée à Audierne de la vedette garde-pêche « le Goyen » qui sera chargée pendant les mois d’été, de chasser les bélugas de Penmarc’h à la Pointe du Van à l’aide de pétards Girodin.

Mardi 11 : armement de la pinasse pontée de Pierre Gueguen, baptisée « Marie-Yvonne ».

Jeudi 13 : le mauvais temps oblige les sardiniers à rentrer en fin de matinée, alors que la pêche était très bonne.

Vendredi 14 : le parti nazi devient parti unique en Allemagne.

Dimanche 16 : de nombreux sardiniers quittent Saint-Guénolé pour aller pêcher en baie de Douarnenez.

Mardi 18 : bonne journée de pêche à la sardine en baie d’Audierne.

Mercredi 19 : quatre thoniers sont à la vente à Saint-Guénolé, trois viennent de Groix, le quatrième est immatriculé à Concarneau.

Dimanche 23 : journée très chaude. Le beau temps s’est installé.

Le français Georges Speicher remporte le Tour de France.

Georges Speicher (en 1932). Coll. de la BNF

Mardi 25 : les travaux du brise-lames de Staviou se poursuivent.

Photo du 25 juillet. Archives départementales du Finistère, 33 S

Mercredi 26 : canicule sur l’ouest du pays.

Jeudi 27 : caniculaire.

Dans un article du « Citoyen » intitulé « Le Pays bigouden », le député Georges le Bail évoque les nouvelles danses à la mode :

 » (…/…) Et, à la fin de l’après-midi, les jeunes gens quittent discrètement la partie pour rallier en bande la salle de danse dont les abords sont occupés par des grappes de jeunes filles. Voilà nos gens rejoints et l’harmonie commence… une musique de jazz-band et de foire aux pains d’épices ! Parfois le son de l’accordéon préside aux ébats de cette jeunesse. Plus rien de la gavotte ancienne qui est bien morte et enterrée. Le biniou s’est tu et la bombarde agonise. Place aux danses modernes. »

Dimanche 30 juillet : inauguration du môle-abri du port du Guilvinec–Léchiagat

AOUT

Samedi 5 : nouvelle vague de chaleur sur la France. Elle va durer jusqu’au 14.

Dimanche 6 : un thonier de Concarneau et un autre d’Auray débarquent leur pêche à Saint-Guénolé. Ils reprennent mer après avoir fait leurs vivres.

Mi-août : la sécheresse persiste en Cornouaille, les nappes phréatiques sont très basses contrairement aux années précédentes.

15 août : Léon Chancerel et sa troupe donnent une représentation théâtrale à la Joie, à l’occasion du pardon.

Photo parue dans la revue « Art dramatique, bulletin des comédiens routiers », n°13, janvier 1934

Le pardon se déroule sous le crachin, alors que jusqu’à présent l’été était magnifique.

Naufrage du canot « Tenn coat », parti de Tréboul par une forte brise pour une partie de pêche dans la baie. Il y avait cinq jeunes douarnenistes à bord.

Mercredi 16 : alors qu’il pêchait à Poulbriel, Roger Lelièvre, 27 ans, imprimeur parisien en vacances à l’Hôtel de Bretagne, perd l’équilibre, tombe à l’eau et se noie.

Bonne journée pour les sardiniers.

Mercredi 30 : naissance d’Air France.

Août : l’allée couverte de Coguel Runaour près de la Torche a été démontée et replacée devant le Musée préhistorique.

Belle saison touristique, les hôtels bigoudens ont souvent affiché complet. Beaucoup de touristes ont dû se loger chez l’habitant.

Des thoniers concarnois et morbihannais viennent vendre assez régulièrement à Saint-Guénolé.

Août : la pêche à la sardine mobilise une cinquantaine de bateaux. Les autres pêchent le petit maquereau à la ligne. On trouve aussi des caseyeurs (homards, crabes), une douzaine de ligneurs (lieux, mulets, tacauds, vieilles, petites dorades et merlans), quatre palangriers (congres) et quelques bateaux qui pêchent la plie et la sole à la petite senne.

SEPTEMBRE

Début septembre : la fête du Bleun Brug se déroule à Pont-l’Abbé pendant quatre jours, au grand dam des laïcs .

Mauvais temps.

Mercredi 6 : excellente journée pour les sardiniers.

Dimanche 10 : le général Gouraud rend visite à Jean-Julien Lemordant à Saint-Guénolé.

La construction du brise-lames de Staviou est presque terminée.

Photo du 10 septembre. Archives départementales du Finistère, 33 S

Dimanche 17 : en match amical, Cormorans 4 – Loctudy 1

Lundi 18 : à la fin d’un bal salle Kerfriden, un jeune homme de Kerouil reçoit un coup de couteau à la main. Il doit être transporté à l’hôpital de Pont-l’Abbé.

Mercredi 20 : tempête

27 : le canot à moteur « Mab Moulic » du Guilvinec, qui pêchait la langoustine à 13 milles dans le sud de Penmarc’h est victime d’un incendie. Les cinq marins sont secourus par le « Petite Odile » qui pêchait dans le même secteur.

Fin septembre : naufrage de nuit par une forte tempête, d’un thonier de Douarnenez aux Glénan. Les 7 hommes d’équipage parviennent à se réfugier dans leur canot. Repérés au petit jour par un canot des Glénan et un autre de Lesconil, ils ont été transportés à Concarneau.

Septembre : création du corps des sapeurs-pompiers de Penmarc’h. Le chef de corps est un menuisier de Penmarc’h : Louis Bodéré.

OCTOBRE

Début octobre : Vincent Kerfriden, dit « Vich » sauve de la noyade Michel Stéphan, qui était tombé dans le port de Saint-Guénolé.

Dimanche 1er : reprise du championnat de 2ème division, Cormorans 4 – Crozon 1.

Joueurs convoqués pour ce premier match (La Dépêche du 30/9/1932)

Vendredi 6 : disparition en mer de Denis Stéphan de Penmarc’h. Son canot a été retrouvé vide près des Étocs.

Dimanche 15 : Hermine concarnoise 0 – Cormorans 0

Dimanche 22 : Cormorans 2 – Trégunc sports 2

Vers 13h30, une trombe violente venant de la mer passe dans un couloir entre Tréffiagat et la gare du Guilvinec, balayant tout sur son passage. La toiture de la maison Larnicol, débitant, est emportée et on retrouve des ardoises à plus de 300m. Heureusement, il n’y a que des dégâts matériels.

Mardi 24 : les socialistes refusent de voter une nouvelle réduction des salaires des fonctionnaires. Cette attitude provoque la chute du gouvernement Daladier.

Jeudi 26 : Albert Sarraut devient président du Conseil avec une majorité radicale.

Fin octobre : un coup de vent chavire le petit canot de pêche « Deomp davel » en face de Sainte-Marine. Les deux marins sont sauvés par des pêcheurs du port.

NOVEMBRE

Dimanche 5 : JA Pont-l’Abbé 3 – Cormorans 1

Dimanche 12 : en match amical, Plozévet 3 – Cormorans 1.

Mardi 14 : naufrage de la pinasse du Guilvinec « Marie Pierre », victime d’une collision avec la goëlette de Groix « Ideros » dans les courreaux de Belle-Ile. L’équipage est sauvé.

Très gros temps de noroît.

Dimanche 19 : en match amical, US Pont-l’Abbé 2 – Cormorans 0

Jeudi 23 : chute du gouvernement Sarraut.

Samedi 25 : la pièce anticléricale « la terre des prêtres » d’après le roman d’Yves Le Febvre est interprétée par la troupe Sébillot au Patronage laïque de Pont-l’Abbé. Les cléricaux sont outrés ; le climat est très tendu en ville.

Dimanche 26 : Camille Chautemps devient président du Conseil.

Cormorans 1 – Chasseurs de Gourin 2

Novembre : la construction du brise-lames sur Staviou est terminée à l’exception de quelques travaux de parachèvement. Il est composé d’un môle de 125 m qui part de la côte et d’un môle de 145 m qui va jusqu’à la grande passe. Un espace libre de 79 m sépare les deux môles sur Staviou (en rouge sur le plan). La construction a nécessité 1700 m3 de béton, 1300 m3 de pierres sèches concassées dans la carrière de Parc ar Viben, 15 tonnes de fer et 15 000 sacs de ciment. Cent ouvriers ont travaillé sur le chantier.

Plan de l’ingénieur des TPE (détail). Archives départementales du Finistère, 33 S

DECEMBRE

Vendredi 1er : la sirène du phare d’Eckmühl émet désormais un son de trois secondes toutes les minutes en cas de brume.

Nuit de vendredi 8 à samedi 9 : le caboteur « Harmina » de Paimpol heurte une épave flottante et brise son hélice à 10 milles de Penmarc’h. Deux bateaux de pêche se portent à son secours et le remorquent jusqu’au port d’Audierne.

Dimanche 10 : AS Crozon 0 – Cormorans 2

Mi-décembre : fin de la campagne sardinière.

Dimanche 17 : en match amical, US Pont-l’Abbé 3 – Cormorans 2

Vendredi 22 : la mer devient subitement houleuse dans l’après-midi.

Samedi 23 : catastrophe ferroviaire de Lagny-Pomponne (Seine-et-Marne), 214 tués et 300 blessés.

Gustave Tissier, directeur du Crédit municipal de Bayonne, est arrêté pour fraude. C’est le début de l’affaire Stavisky.

Dimanche 24 : Hermine concarnoise 3 – Cormorans 1

Dimanche 31 : US Guilviniste 10 – Cormorans 1

Fin décembre : on est sans nouvelles du caboteur « Elsa » de Pont-l’Abbé. La goëlette a quitté Cardiff le 10 décembre avec un chargement de charbon pour Concarneau. Le voyage dure au maximum 12 jours. Il y avait six hommes à bord dont 1 de Loctudy et 4 de Sainte-Marine. On pense qu’elle a fait naufrage dans la tempête du 13 décembre

Ce mois de décembre est le plus froid depuis 1890 en France

M. Perichou va remplacer M. Bourdiec comme syndic des gens de mer de Penmarc’h.


AUTRES EVENEMENTS, REMARQUES, STATISTIQUES DE 1933

On compte 1139 maisons et 31 bâtiments industriels à Penmarc’h

L’année 1933 n’a pas été très bonne pour les pêcheurs, mais elle est tout de même meilleure que les années précédentes.

La flottille de Saint-Guénolé reste stable en nombre d’unités. Il y a deux bateaux neufs de plus de 10 tonneaux : « Marie-Yvonne » et « Vigilante » ce qui porte leur nombre de 8 à 10. En revanche les bateaux de 3 à 10 tonneaux diminuent, passant de 51 à 49. Le total de la flottille se monte à 59, tout comme en 1932.

Quatre nouveaux bateaux de moins de 10 tonneaux sont arrivés au port en 1933. « Cormoran » (GV 6093), pinasse pontée de 8,52 tx propulsée par un moteur Baudouin de 20 cv. Elle appartient à Jean Cossec ; « Etoile du marin » (GV 6098), pinasse pontée de 7,78 tx, moteur Baudouin de 20 cv pour Jean le Donge ; « Hirondelle », pinasse pontée de 3,65 tx, moteur Baudouin de 20 cv, pour Guillaume le Donge ; et « Reder mor » (GV 6088), canot non ponté de 3,99 tx, moteur Aster de 16 cv, pour Jean Cosquéric.

Promenade en mer sur le « Cormoran » lors du pardon de Saint-Guénolé. Carte postale Lévy n°58 (détail)

Les six bateaux sortis de flotte sont : « Ami du marin » (GV 5139), canot ponté lancé en 1925, vendu à Logonna Daoulas en juillet par Paul Stéphan et remplacé par « Vigilante » ; « Borée » (GV 4369), canot ponté de 1920 appartenant à Vincent Baltez, désarmé en janvier et démoli ; « Juif errant » (GV 5003), canot ponté de Pierre Jean Bariou, construit en 1924 et vendu en juin à Jean Calvez de Saint-Pierre ; « Labrador » (GV 4997), construit en 1924, vendu en septembre à L’Hôpital-Camfrout par Pierre Guéguen et remplacé par « Marie-Yvonne » ; « Petit gas » (GV 5103), canot ponté de 1925, appartenant à René le Floch, désarmé en avril ; et « les Six copains » (GV5232), canot à moteur non ponté de 1926, appartenant à Jean le Donge, désarmé en avril et remplacé par « Etoile du marin ».

« Etoile du marin » au 1er plan. Carte postale Tirages modernes (détail)

En 1933 il a été abattu à Penmarc’h pour la consommation locale : 29 bœufs et taureaux ayant produit 5800 kg de viande nette, 381 vaches : 57150 kg, 752 veaux : 18800 kg, 10 moutons : 150 kg, 440 porcs : 35200 kg (les porcs abattus par les particuliers ne sont pas compris).

Ailleurs en Pays bigouden

Restauration de la chapelle de la Madeleine

Agrandissement vers l’ouest de 40m du quai de Loctudy.

Fin des travaux de prolongation du môle-abri de Léchiagat (1931-1933)

Ouverture de la nouvelle école publique de Larvor .

Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à 1933

  1. Dolci Georges dit :

    Il y avait, en 1934, un brise lames en construction à Saint Guénolé, construit par l’entreprise THEG ou mon père travaillait en qualité de mécanicien.
    Est-celui que l’on voit parfois lors des grandes tempêtes?
    Je pose cette question à titre d’information, cette construction m’ayant valu de naître le 22 Juillet 1934 a Saint Guénolé

  2. admin dit :

    Bonjour
    Je vous réponds en message personnel pour pouvoir ajouter des photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *