Villa « An Ti didrous »

L’entrepreneur Alain Péron construisit vers 1919-1920 une grande maison orientée à l’est, donnant sur la plage de Pors Carn.

An ti didrous

An ti didrous

Il vendit la villa dès 1921 à Gabrielle Philipsson, fille d’un banquier belge et compagne du « Commandant » Charles Bénard. Ce dernier fut un des membres les plus influents de l’Institut finistérien d’études préhistoriques, à l’origine de musée de Pors Carn.

La villa, à l’époque appelée « Ker Porz Carn », fut le cadre d’un drame qui marqua fortement la population de Saint-Guénolé : en novembre 1931 Charles Bénard, ruiné, abandonné par son épouse, se suicida par asphyxie, entraînant ses deux jeunes enfants dans la mort.

En 1935, la demeure fut acheté par Margareth Rutherfurd, épouse du prince Charles Joachim Napoléon Murat.

En 1938, c’est André de Gennes, professeur agrégé de médecine qui racheta la villa, il la conserva jusqu’en 1950, année où il la vendit à un de ses voisins parisiens, le compositeur René Kieffer.

En 1969, la famille Lanthony de Saint-Guénolé racheta « an Ti didrous » (1).

(1) Pour en savoir plus : Le Guen, Gilles .- Penmarc’h… t2, pp 162-167
Ce contenu a été publié dans Résidences, villas..., avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *