Triskell

Immatriculation : GV 8207, puis GV 302754

Construit au chantier Léon Gléhen du Guilvinec, il est lancé le 12 décembre 1966 ; son armement est enregistré le 27 février 1967(1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 17,60 m
  • Tonnage : 46,98 tx
  • Moteur Baudoin DP8 de 240 cv (176 kw)
  • Signal distinctif : FUHA
  • Cale réfrigérée : 40 m3
  • Couleurs : pavois bleu foncé, coque blanche
  • Gaillard avant, passerelle métallique.
Le « Triskell ». Photo Ouest France, janvier 1970

Le « Triskell » appartient à son patron Julien Donnard, ancien patron et copropriétaire du « Koroller ar Mor ».

Le « Triskell » commence sa carrière comme fileyeur en mars-avril 1967. Il pêche le merlu au sud et vend à La Rochelle. Mais cette pêche s’avère peu rentable et dès le mois de mai 1967, le fileyeur se transforme en chalutier.

Au chalut le « Triskell » obtient des résultats proches de la moyenne du port jusqu’en 1973, puis il décroche légèrement.

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

Le « Triskell » pratique chaque année la pêche au thon jusqu’en 1975. Il atteint ou dépasse à quatre reprises les 3000 thons en un voyage, son meilleur résultat datant de juillet 1972 avec 3500 thons.

Le 15 janvier 1980, le « Triskell » est vendu à Douarnenez (3).

Ils ont fait partie de l’équipage : Eugène Boënnec, Jos Cadiou, Henri Jolivet, André le Rhun, Louis Tanneau…

(1) Coût de construction : 400 000 F (sans le matériel de pêche)

(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier et concernent uniquement les quantités débarquées. La qualité des langoustines et du poisson mis en vente  joue aussi un rôle crucial dans le prix de vente, mais elle  n’a malheureusement pas pu être prise en compte ici. Les chiffres des années manquantes seront progressivement intégrés

(3) Information portée sur la fiche matricule du bateau (archives de l’ENIM). Pourtant le site https://www.bagoucozdz.fr consacré aux bateaux de Douarnenez ne mentionne pas sa présence au port.

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *