Station de sauvetage en mer

La station de Saint-Guénolé fut la troisième station créée en Pays bigouden. Elle fut construite par l’entreprise François Larzul de Plonéour Lanvern, à l’Ile Fougère au bord de la grève, à l’est du port.

« La maison-abri de 12,75m x 5,80m, a été construite aux frais des Ponts et Chaussées, sur un terrain de 405 mètres carrés à nous vendu par la commune de Penmarc’h au prix de 202,50f le 4 juillet 1889 ; cette maison-abri nous a été remise officiellement le 13 janvier 1890. Son orientation, parallèle au rivage, est fâcheuse ; cela rend plus pénible la manœuvre du lancement, qui se fait en pleine plage sablonneuse. (1)»

Abri du bateau de sauvetage (bâtiment situé sous la légende), début XXe (2)

 

Cette station n’a connu qu’un seul bateau : le fameux « Maman Poydenot », canot en bois de 10,10 m. J’ai retrouvé le récit du départ d’une de ses interventions au début du siècle dernier :

 » Les portes de son abri ouvertes, apparaît le grand canot blanc cambré comme un cygne sur son chariot aux roues ferrées. Debout sur le caisson à air, le patron, un athlète, à mufle de lion, ordonne la manoeuvre. Autour de lui les hommes se disputent les ceintures de sauvetage qui leur donnent le droit de risquer leur vie en cette sortie. Ceux qui n’en peuvent obtenir, car tous voudraient partir, sacrent, mécontents. La population : femmes, enfants, retraités, halent le cartahu, ce cordage énorme qui permet de remorquer le chariot, support du canot. La foule hurle en cadence pour arriver à traîner le lourd appareil. Enfin l’embarcation bascule dans le port et flotte. Les sauveteurs se jettent alors tous à la mer avec de l’eau jusqu’à la taille, souffletés par les houles. Empoignant les bordages, intrépides et lestes, ils font un rétablissement et retombent à leurs bancs où ils s’attachent aussitôt les cuisses avec des courroies.

– Parés? interroge le patron debout à l’arrière.

Toutes les têtes se baissent.

Alors le sauveteur en chef clame :

-Armez !

Toutes les rames se dressent.

Un geste de commandement encore, elles plongent au flot… (3)« 

 

L’association Papa Poydenot a réalisé un travail remarquable de mise en valeur des archives de cette station, à la fois dans son musée de Saint-Pierre et sur son site internet, travail auquel je renvoie volontiers. La station fut remplacée en 1952 par un nouvel abri situé à l’autre extrémité du port et équipé d’une rampe de lancement. Le 8 Janvier 1951, « le terrain sur lequel avait été édifié l’abri, et qui appartenait à la Société, est vendu 112.500 francs à la Société des Abris du Marin à Quimper (4). » Le nouvel abri, construit par la société Etudes et Travaux de Lille fut inauguré le 14 juin 1953. Selon un article paru dans le Marin, c’était sans doute le plus bel abri de canot de la Société Centrale de Sauvetage (5).

Un nouveau bateau prit la suite du « Maman Poydenot » : le « Capitaine de Vaisseau Richard ». C’était un canot à moteur de 14,20 m. construit à Cannes, aux Chantiers de l’Esterel.

Second abri du bateau de sauvetage (6)

Le « Prince d’Eckmühl » canot de nouvelle génération long de 17,60 m, vitesse 22 noeuds, succède au « Capitaine de Vaisseau Richard » en 1995. Il ne nécessite plus d’abri en dur : il est en effet amarré au fond du port ; il augmente ainsi fortement ses capacités d’intervention rapide. La station a désormais son siège dans l’ancien corps de garde.

Le Prince d'Eckmühl

Le Prince d’Eckmühl

Le second abri du bateau de sauvetage existe toujours, perdu sur le terre-plein du port, comme fossilisé. Jean-Pierre Abraham le décrit ainsi :

« Dans le temps, l’abri du canot de sauvetage se dressait au bout d’une estacade, sa rampe de lancement plongeait tout droit dans l’eau. Maintenant il est échoué en pleine terre, clos comme une chapelle, on peut en faire le tour (7)« 
(1) Site de l’Association Papa Poydenot
(2) Extrait de la carte postale Le Deley n°517
(3) Géniaux, Charles .- Paysages spirituels de Bretagne…
(4) Site de l’Association Papa Poydenot
(5) Le Marin, 12 juin 1953
(6) Extrait d’une carte postale, éditeur non identifié.
(7) Abraham, Jean-Pierre .- Ici présent…

 

Ce contenu a été publié dans Constructions diverses, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.