Riquita

Immatriculation : GV 8298, puis 317448

Construit au chantier des Charpentiers réunis de Léchiagat, il est lancé le 5 avril 1969 ; son armement est enregistré le 25 juin 1969 (1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 17,39 m
  • Tonnage : 49,56 tx
  • Moteur MWM de 250 cv ( 183 kw), puis Poyaud de 414 cv (303 kw)
  • Signal distinctif : FXCJ
  • Cale réfrigérée : 40 m3
  • Couleurs : pavois vert foncé, coque vert clair.
  • Gaillard avant et passerelle métallique.

« Riquita » appartient à son patron Alain Jégou. Alain Jégou a commandé auparavant le « Fils de l’océan », puis le « Patricia ». Riquita est une chanson des années vingt, reprise par Georgette Plana en 1968. Elle rencontre alors un immense succès et, à Saint-Gué comme ailleurs, elle devient vite un des grands classiques des fins de banquets.

Au chalut « Riquita », dépasse légèrement la courbe moyenne des bateaux du port, ceci presque chaque année. Il connaît cependant un creux en 1975. Il réalise une pêche exceptionnelle en 1974 : le 2 août, il se présente à la vente avec 135 caisses de langoustines et 135 de divers (7,2 t), plus 12,8 tonnes de sardines, soit 20 tonnes en tout. Seul « Le Diablotin« , l’année précédente, avait déjà atteint les 20 tonnes.

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

« Riquita » effectue deux voyages pendant la saison thonière 1969. Comme ses résultats sont médiocres il abandonne cette pêche dès le mois de septembre 1969.

Le 2 décembre 1975, alors que les rafales atteignent localement les 160 km/h, « Enfant de Bretagne », ancien chalutier de Saint-Guénolé, à présent immatriculé à Saint-Malo, lance un SOS, victime d’une voie d’eau au large de Newlyn. « Riquita » se porte aussitôt à son secours avec « Etreom ». « Riquita » parvient à le prendre en remorque et à le mettre à l’abri à Newlyn.

En 1984, « Riquita » est transformé en pêche arrière.

Le « Riquita » après transformation.

En avril 1991, il est vendu aux Sables d’Olonne. Il est détruit en mars 1994.

Ils ont fait partie de l’équipage : Claude Baron, Alain Boënnec, Alexandre Cléach, Alain Durand, Pierre Garrec (mécanicien et second patron), Yves le Garrec (mousse en 1969), Raymond Jégou, Pierrot Loussouarn, Pierre Maout, Jean-Luc Moullec, Guy Plouzennec, André le Rhun (3).

(1) Coût de construction : 420 000 F (sans le matériel de pêche)

(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier et concernent uniquement les quantités débarquées. La qualité des langoustines et du poisson joue aussi un rôle crucial dans le prix de vente, mais elle  n’a malheureusement pas pu être prise en compte ici. Les chiffres des années manquantes seront progressivement intégrés.

(3) Noms retrouvés grâce à l’aide de Joël Stéphan et Jean-Luc Moullec.

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Riquita

  1. MOULLEC Jean-luc dit :

    équipage riquita fin 1987/1988
    patron Alain Gegou
    mécanicien et second patron Pierre Garrec
    Matelots : Claude Baron ,Pierre Maout, Guy Plouzennec,Alain Boennec,Jean-luc Moullec

  2. admin dit :

    Merci
    Je vais rajouter les noms dans l’article.
    Cordialement
    C. Cadiou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *