Paotred Jean Matelot

Immatriculation : GV 7596, puis GV 302505

Construit au chantier Pierre Gléhen du Guilvinec, il est immatriculé le 18 novembre 1954 (1).

Caractéristiques : chalutier côtier

  • Longueur : 13,85 m
  • Tonnage : 24,28 tx
  • Moteur Baudouin de 72 cv, puis Baudouin DNK6 de 160 cv (118 kw)
  • Signal distinctif : TPAG
  • Cale réfrigérée : 13 m3
  • Couleur : pavois bleu, liseré rouge, coque blanche. Puis pavois marron, liseré blanc, coque jaune.
s Paotred Jean Matelot Mouez

Baptême du « Paotred Jean Matelot ». Photo et liste  Mouez Penmarc’h n°38. (2)

« Paotred Jean Matelot » appartient à parts égales aux frères Calvez : Jean, Gabriel et André, originaires de Saint-Pierre. Il est exploité à Saint-Guénolé. Son nom signifie « Les fils de Jean Matelot », « Jean Matelot » étant l’ancien bateau de Jean-Marie Calvez, leur père. En 1956, André Calvez cède sa part aux deux autres propriétaires et en janvier 1979 Jean Calvez devient propriétaire unique.

« Paotred Jean Matelot » pratique la pêche côtière au chalut. Avec cinq marins embarqués, il rentre tous les jours au port. Le nombre de marins passera à quatre dans les années 70. Il fait aussi la pêche au maquereau de dérive dans les années 50, puis le maquereau à la mitraillette ; le reste de l’année il pratique la pêche à la sardine. Parmi ses meilleures pêches, j’ai relevé ses 5,8 t de sardines en avril 1971, ses 7 t en octobre 1972 et aussi ses performances de la deuxième quinzaine d’août 1977, où il ramène 6 tonnes de hareng le 17, 5 tonnes le 18 et encore 7 tonnes de sardines le 29.

« Paotred Jean Matelot », carte postale Jean n°224732 (détail)

Dans les années 80 il change de couleur et de nom, devenant simplement le « Paotred ». Il est désarmé en octobre 1990.

Le « Paotred » sortant du port de Loctudy en 1985. Collection Pierre Salaun.

Parmi les membres de l’équipage du « Paotred Jean Matelot », j’ai retrouvé les noms suivants : Jean le Balch, Guillaume Berrou, René Berrou (mousse), Jean-Louis Buannic (matelot et mécanicien), Charles Calvez, Gabriel Calvez, Jean Calvez (patron), Didier Gueguen, Jean Louis le Lay, Sylvain le Lay (matelot et mécanicien), Yves L’Helgouarch, René Lucas, Camille Péron, René Pochic, Jean le Roux, Louis Tanneau et Sébastien Tanneau (3).

(1) Coût de construction : 80 000 F (sans le matériel de pêche).
(2)1-  Corentin Le Roux ;  2- Mme Le Pape ;   3- Pierrot Berrou ; 4- Patrick Berrou ; 5- Léon Stéphan ; 6- Jean-Louis Le Lay ;7- Yvonne Calvez ;  8- Mme Pochic (de Kérity) ; 9- André Calvez; 10- Simone Le Brun ;11- Gaby Calvez ; 12- ?; 13- Sylvain Le Lay ; 14- Marie Calvez, née Le Roux dite « Marie Rouz » ; 15- Camille Péron ; 16- Yvon L’Helgouarc’h ;17- Pierre Lucas ; 18- Marie-Louise Calvez, épouse du patron ;19- Jean Calvez, le patron ; 20- Jeanne Calvez, née Lucas, épouse d’André Calvez ; 21 – Louis Tanneau ; 22- Michèle Plouhinec, née Calvez ;  23- Irène Calvez ; 24- Anna Calvez ; 25- ?; 26- Anna-Paule L’Helgouarc’h ; 27- ?; 28- Jean le Lay;  29- René Lucas ; 30- Jean Lucas ; 31- Marcel Lucas ; derrière le 28 (sans n°) Marguerite Berrou, née Diascorn.
(3) Liste provenant en partie de l’exposition permanente « Océane alimentaire ».
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Paotred Jean Matelot

  1. Pierre SALAUN dit :

    Bonjour, merci pour cet article sur le Paotred.
    J’ai été matelot à son bord d’octobre 1984 à septembre 1985 lorsque le paotred pratiquait la pêche à la Sardine. Le patron était Jean Le Pape, les autres matelots de l’époque Yann Barbenoire, Camille Péron, Gilles Donnard, le fils du patron Jacky il me semble, je ne me souviens pas des autres noms. L’hiver 84/85 avait été particulièrement rude, deux semaines de froid intense nous ont marqué. L’eau de mer gelait sur le pont, les plages étaient enneigées.
    La sardine se vendait très mal alors, il faut dire qu’elle était chargée à bord en vrac sur le pont, et les salaires permettaient tout juste de survivre. Payés aux bénéfices, plusieurs semaines pouvaient s’écouler avant de toucher un centime. L’argent était distribué le samedi matin au Triskell ou le patron payait sa tournée et la tradition voulait que ce soit en liquide…
    Je garde toutefois d’excellents souvenirs passés à bord, les nuits d’été par mer calme, les pêches miraculeuses de dizaines de tonnes de sardines, 17 tonnes une nuit, la lisse au ras de l’eau et une mer houleuse qui nous value une petite frayeur au passage des groumilis. Ou cette autre fois lorsque le banc de maquereaux en plongeant sous le bateau nous fit giter à plus de 45°, lorsque le mat de charge s’est rompu, Jean Le Pape a pris la décision d’ouvrir la sènne pour laisser filer le maquereau.
    Je possède quelques photos si cela vous intéresse.
    Cordialement,
    Pierre

  2. admin dit :

    Merci pour ce commentaire très intéressant.
    Je suis bien entendu intéressé par vos photos. Si vous en avez aussi sur d’autres bateaux je suis preneur (pour le moment je me limite aux bateaux construits avant 1980). Mon adresse mail est mesguen@orange.fr
    Et excusez-moi pour le mail précédent qui ne vous était pas destiné.
    Cordialement
    Camille Cadiou

  3. Pierre SALAUN dit :

    Bonjour,
    j’ai du me tromper dans les dates des photos concernant celle publiée plus haut, ce devait être l’été 1985.
    Cordialement,
    Pierre

  4. admin dit :

    ok, j’ai changé la date.
    Cordialement
    Camille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *