Menez Kerouil (GV 7598)

Immatriculation : GV 7598, puis GV 302506

Construit au chantier Le Gall de Pont-l’Abbé, il est immatriculé le 25 novembre 1954 (1).

Caractéristiques : chalutier

  • Longueur : 14,30 m
  • Tonnage : 25,65 tx
  • Moteur de 72 cv, remplacé par un Baudouin DK6 de 120 cv (88 kw) en octobre 1961.
  • Signal distinctif : TPAA
  • Cale réfrigérée : 8 m3
  • Couleur : il a été longtemps peint en bleu et blanc, mais il a changé de couleurs plusieurs fois.
s Menez Kerouil Mouez

Photo de l’équipage du « Menez Kerouil » au milieu des années 50. Avec l’autorisation de Mouez Penmarc’h (2)

Le « Menez Kerouil » appartient à Pierre Maréchal et Emile Le Pape à parts égales. Menez Kerouil, orthographié Menez Kerrouil sur l’arrière du bateau, est le nom du quartier de Saint-Guénolé dont est originaire Pierre Maréchal.
Pierre Maréchal en est le patron et Emile Le Pape est le mécanicien. Pierre Maréchal doit malheureusement renoncer au commandement à la suite d’un problème de daltonisme détecté lors d’une visite médicale des gens de mer. La barre est alors confiée un temps à Rémy Plouhinec. Emile le Pape devient propriétaire unique en janvier 1963.
C’est un chalutier programmé pour des marées de quatre jours avec 7 hommes à bord, son effectif diminue dès la fin des années 60 pour tomber à cinq, quatre et même certaines années à trois marins.
Le « Menez Kerouil » se distingue par sa polyvalence et son goût de l’innovation. Il pratique régulièrement la pêche au thon, la pêche au maquereau, il s’essaye aussi à la pêche au sonneur à la palangre flottante, à la pêche à la coquille Saint-Jacques et en octobre 1966 il est le premier bateau du quartier du Guilvinec à pêcher le merlu au filet droit.
Le 20 mars 1962 il heurte une épave flottante près de Basse-Nevez et fait une voie d’eau. Il parvient de justesse à rentrer au port de Saint-Guénolé

coll B Bougueon

« Menez Kerouil ». Coll. Bernard Bouguéon.

Après une longue carrière à Saint-Guénolé, il est vendu à Oran en Algérie le 13 février 1980. Il est affecté à un club de plongée.

Le « Menez Kerouil » a disparu dans les années 80, en faisant naufrage en mer d’Alboran entre le Nord-ouest de l’Algérie et le sud de l’Espagne (3).

(1) Coût de construction : 100 000 F (sans le matériel de pêche)
(2) 1 Jos Boënnec, 2 Vincent Hélias, 3 Jean Vigouroux, 4 Marcel Stéphan, 5 René Cossec, 6 Michel Lucas, 7 Emile Le Pape, 8 Pierre Maréchal, 9 Nonna Stéphan, 10 Jean Roussel, 11 Jacques Boudiou, 12 Rémi Plouhinec. (sur le quai : 13 Jean-Marie Maréchal, 14 Vincent Maréchal)
(3) Mouez Penmarc’h n°46, renseignement communiqué par Yves Marhic.
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *