François Coppée (1842-1908)

Parmi les nombreux « écrivains voyageurs » qui sont passés à Saint-Guénolé au XIXe siècle, figure François Coppée (1842-1908). Un peu oublié aujourd’hui, ce poète, dramaturge et romancier connut une grande célébrité de son vivant. Il découvrit la Bretagne en 1880 et y revint à plusieurs reprises par la suite.

465px-François_Coppée

Venu chercher la tempête et l’épouvante à Saint-Guénolé, il est déçu d’y trouver une mer calme et un temps radieux, car pour Coppée, par beau temps l’anse de Pors Carn ne vaut pas mieux que la baie de Naples ! (Je caricature à peine sa pensée).

« Me trouvant à Quimper, si près de l’Océan, j’ai tenu à lui présenter mon hommage, et, dimanche dernier, j’ai loué une carriole et suivi la route de Pont-l’Abbé, Penmarc’h et Saint-Guénolé. Mais le temps était trop beau. C’est par la tempête, c’est vers un ciel où le noroît chasse et bouleverse les nuées qu’il faut voir ce pays, le plus farouche de toute la Bretagne. Néanmoins, même par le calme, on sent bien qu’ici le vent marin est le maître et seigneur.
C’est lui qui a incliné, de l’ouest à l’est, les haies d’ajoncs fleuris. C’est lui qui a tordu dans la même direction, les rares arbres de la lande. C’est lui qui a rongé et vermiculé les murailles des maisons, les vieilles croix de pierre des chemins. C’est sous son effort de tant de siècles que les monstrueux rochers de l’anse de la Torche ont été usés et blanchis comme des ossements par les lames furieuses.
L’autre jour le paysage n’avait point son aspect tragique. Le ciel bleu. Pas un souffle […]
Bien que la mer montât, à peine une mince frange d’écume argentée entourait les récifs. Et la mer était d’un azur clair, transparent, avec de longues traînées d’un violet sombre, çà et là. Presque la Méditerranée […]
Amateurs de mer sauvage et de  vent héroïque, n’allez pas à Penmarc’h par le temps calme. J’y ai pensé à la baie de Naples et à la rade d’Ajaccio. »
Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.