Yves Le Gallo (1920-2002)

Il y a encore quelques années le port de Saint-Guénolé se métamorphosait chaque été : la plupart des bateaux abandonnaient le chalut et s’équipaient de très longues perches destinées à la pêche au thon. C’est ce port, frappé par une tempête estivale, que nous décrit ici l’un des grands historiens de la Bretagne  : Yves Le Gallo.

« Saint-Guénolé est comme un parapet au bord du gouffre. D’une part le quai aux eaux plates, que dominent les perches des thoniers, longues et flexibles antennes ; de l’autre, un désert de roc où galopent le bruit et la fureur ; entre ces deux univers, des blocs et un mur abrupt de béton »(1)

 

Né en 1920, le brestois Yves Le Gallo enseigna d’abord en Algérie, puis au lycée de l’Harteloire à Brest avant de donner des cours de civilisation de la Bretagne à l’Université de Brest. Il  fut également en 1969 le fondateur et le premier directeur du Centre de recherche bretonne et celtique de l’Université de Bretagne occidentale.  Parmi son imposante bibliographie on retiendra sa thèse intitulée « Études sur la Marine et l’officier de Marine : Brest et sa bourgeoisie sous la Monarchie de juillet » (1968), sa thèse de doctorat d’État « Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l’Ancien Régime à 1840 » (1980) ou encore « Histoire culturelle et littéraire de la Bretagne » (1987).

(1)  Extrait  de : Bretagne .- Paris : Arthaud, 1969 .- 324 p. : ill. ; 32 cm.
Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.