Fils de la Tante

Immatriculation : GV 8225, puis GV 302765

Construit à Audierne, au chantier Kersaudy-Gourlaouen, il est lancé le 24 mai 1967 ; son armement est enregistré le 15 novembre 1967 (1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 18,00 m
  • Tonnage : 49,26 tx
  • Moteur Baudouin DP8 de 240 cv (176 kw)
  • Signal distinctif : FUOL
  • Cale réfrigérée : 40 m3
  • Couleurs : pavois bleu foncé, liseré rouge, coque bleu clair.
  • Gaillard avant, passerelle métallique.
Le « Fils de la Tante »

« Fils de la Tante » rappelle de façon humoristique les noms des deux précédents bateaux de Ferdinand Le Brun, son patron propriétaire : « Fils de l’océan » et « Tante Corentine ». En janvier 1972, « Fils de la Tante » est vendu à Gustave Priol. Entre temps, Ferdinand le Brun a laissé la barre vers 1969 à Simon le Pape. En 1977, c’est Henri Le Pape qui devient patron.

Au chalut, le « Fils de la Tante » est proche de la moyenne des hauturiers de Saint-Guénolé jusqu’en 1975, année où ses résultats baissent nettement. Sa meilleure marée en tonnage date du mois d’avril 1974, avec 9,4 tonnes.

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

Ses résultats au thon sont bien meilleurs. En juillet 1971 il pêche 4500 thons ; il fait partie des meilleurs bateaux du port avec 9450 thons dans la saison, juste après « Mab ar Viben » et « Coryphée ». Il réalise encore des marées de plus de 3000 en juillet 1972 (3500), en août 1974 (3000), en août 1976 (3800). En 1976, il pêche 9500 thons dans la saison, seul « Gâs de Saint-Gué » fait mieux. Les années suivantes seront encore très bonnes.

Le 12 décembre 1978, alors qu’il fait route terre, il est pris dans une très forte tempête. Il parvient à rentrer au port malgré des conditions extrêmement difficiles. C’est au cours de cette tempête qu’un dock careneur de 185 m de long viendra s’échouer sur les rochers de Saint-Guénolé.

« Fils de la Tante » est vendu en janvier 1983 à Alain Lucas, domicilié à Dakar. Il passe alors sous pavillon sénégalais.

Parmi les marins qui ont travaillé sur le « Fils de la Tante », voici quelques noms retrouvés : André le Brun, Nonna Lucas, (x ?) Stéphan (de Saint-Pierre), Alain Talidec (mécanicien), (x ?) Tanniou. (3).

(1) Coût de construction : 395 000 F (sans le matériel de pêche)

(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier et concernent uniquement les quantités débarquées. La qualité des langoustines et du poisson mis en vente  joue aussi un rôle crucial dans le prix de vente, mais elle  n’a malheureusement pas pu être prise en compte ici. Les chiffres des années manquantes seront progressivement intégrés.

(3) Noms retrouvés par Joël Stéphan

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *