Etreom

Immatriculation : GV 8349, puis GV 317516

Construit au chantier des Charpentiers réunis à Saint-Guénolé, il est lancé le 7 avril 1970 ; son armement est enregistré le 16 juillet 1970 (1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 17,39 m
  • Tonnage : 49,32 tx
  • Moteur Baudouin DNK6 de 2 x 160 cv (234 kw), puis Baudouin 12 P 15 de 440 cv (323 kw)
  • Signal distinctif : FWUV
  • Cale réfrigérée : 40 m3
  • Couleurs : blanc avec un liseré marron, puis à partir de 1979, pavois vert coupé d’un liseré blanc, coque blanche.
  • Gaillard avant et passerelle métallique.

« Etreom » appartient à son patron Michel Durand. Il remplace son ancien chalutier « Entre-nous » ; d’ailleurs etreom est la traduction bretonne d’entre-nous.

« Etreom » est un très bon chalutier, ses résultats dépassent nettement la moyenne des bateaux du port. En 1971 et en 1974, il prend même place parmi les cinq meilleurs de Saint-Guénolé en tonnage moyen par marée. Sa plus forte pêche en tonnage date de fin juillet 1973, avec 11,2 tonnes. Jusqu’en 1976, il dépasse régulièrement les 100 tonnes annuelles. L’année 1977 est cependant marquée par une baisse provisoire de ses résultats.

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

Déjà sur « Entre-nous », Michel Durand privilégiait le chalut par rapport au thon. Il conserve la même stratégie avec « Etreom » : il ne participe pas aux campagnes thonières de 1970 et 1971. Il y vient cependant avec succès en 1972, ramenant 3800 thons en juillet. Il retourne au thon l’année suivante, mais 1973 est un fiasco pour toute la flottille. Il faut attendre 1978, pour voir à nouveau « Etreom » au thon. Le bateau profite d’une année exceptionnelle, ramenant 3600 thons en août, et encore 3000 en septembre.

Le 12 octobre 1975, par une forte tempête, « Etreom » participe avec « Riquita » au sauvetage de « l’Enfant de Bretagne », ancien chalutier de Saint-Guénolé, victime d’une voie d’eau au large de Newlyn.

En avril 1978, Michel Durand achète un côtier, le « Vent du large » et confie provisoirement la barre de « l’Etreom » à son fils Christian. Ce dernier fait construire un bateau en acier, le « Kas dei » dès 1979. « Etreom » est vendu en janvier 1979 à Pierrot le Carval, le patron du « Chevaliers du ciel », le bateau reste encore plusieurs années à Saint-Guénolé, avant d’être vendu à Morlaix vers 1985-1987. Il est sorti de flotte en février 1997, et se trouve depuis au cimetière de bateaux du Diben à Plougasnou.

Ils ont fait partie de l’équipage : Jean-Paul Carrer, Didier Guéguen, Jean Lucas, Raymond Simon, Joël Stéphan… (3)

(1) Coût de construction : 460 000 F (sans le matériel de pêche)

(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier et concernent uniquement les quantités débarquées. La qualité des langoustines et du poisson joue aussi un rôle crucial dans le prix de vente, mais elle  n’a malheureusement pas pu être prise en compte ici. Les chiffres des années manquantes seront progressivement intégrés.

(3) Noms retrouvés par Joël Stéphan.

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *