En avant (GV 7647)

Immatriculation : GV 7647

Construit au chantier Loussouarn à Léchiagat ; il est immatriculé le 12 novembre 1955 (1).

Caractéristiques : chalutier côtier
• Longueur : 14,07 m
• Tonnage : 24,62 tx
• Moteur Baudouin 120 cv
• Signal distinctif : TPLO
• Cale réfrigérée : 15 m3
• Couleur : pavois bleu foncé, coque bleu clair.

« En avant », carte postale Le Doaré (extrait)

« En avant » appartient à Louis Rolland, communément appelé Lili Rolland. Il commandait auparavant le « Anne Marie Thérèse », l’ancien bateau de son père.
« En avant » est un chalutier côtier conçu pour des marées d’une journée, avec sept marins à bord dans les années 50, c’est aussi un maquereautier, mais c’est avant tout un sardinier extraordinaire. Il est difficile de faire la liste de ses meilleures pêches, citons cependant ses 10 t. de sardines en octobre 1963, ses 9 tonnes de sardines et une tonne de maquereau en octobre 1964…Jusqu’en 1971 il détient le record du port avec 12 tonnes de sardines, record qui est égalé cette année là par le « Pen ar beg », et en octobre 1972 il pêche encore 11 t de sardines. Sa réputation dépasse très vite les limites du port de Saint-Guénolé :

« [c’est] le premier patron et le premier navire sardinier de toute la côte Atlantique » selon le journaliste B. Hervé (2).

« En avant » se fait aussi remarquer par ses innovations, en mai 1963 par exemple il est le premier sardinier bigouden à pêcher de nuit avec un lamparo sans appât et sans annexe. Il améliorera plus tard cette technique en utilisant un sondeur vertical. Il est aussi le premier sardinier du port à disposer d’un power block à chaine pour relever la bolinche.

peche-mar-1964-02

« En avant », revue « La pêche maritime », février 1964.

Après une carrière exceptionnelle à Saint-Guénolé, « En avant » est désarmé en juillet 1974 et remplacé par un nouveau sardinier appelé lui aussi « En avant », immatriculé GV 176269. En fin d’année « En avant » prend la direction de Concarneau, où son nouveau propriétaire, Jean Pétillon, va le renommer « War raok », traduction bretonne de « En avant ». Après une longue carrière à Concarneau, il est vendu au quartier maritime de Saint-Nazaire en 1989, puis sorti de flotte en mars 1990.

Parmi les marins qui ont fait partie de l’équipage du « En avant », j’ai retrouvé les noms suivants : Per Lain le Berre, Jean Boissel, Jean Cariou, Bernard Correc, Pascal Correc, Maurice Guirriec, Michel Guirriec, Pierre-Jean Keravec, Lucien Lucas, Pierre Monot, Alain Nédélec, Jean Plouhinec, Pierre Stéphan.

(1) Coût de construction : 100 000 F (sans le matériel de pêche)
(2) Ouest France 18/11/1963
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *