Dopff, Paul (18..-1918)

Peintre, photographe

Paul Dopff et son épouse Marie-Elisabeth Orth sont nés en Alsace, mais leurs familles se sont installées à Paris pour fuir les Allemands après la défaite de 1870.

Paul Dopff est directeur d’une importante société belge de tissus, la peinture et la photographie ne constituent donc pas ses activités principales, c’est un artiste amateur. Néanmoins certaines de ses prises de vue montrent une réelle maîtrise de la photographie (1).

Paul Dopff est mort en 1918.

Paul Dopff et Saint-Guénolé

Paul Dopff rencontre Paul Du Chatellier à Paris, celui-ci lui parle des peintres de Pont-Aven et de la luminosité exceptionnelle de Saint-Guénolé. Dopff entreprend alors un voyage dans le sud Finistère et éprouve un véritable coup de foudre pour Saint-Guénolé. En septembre 1896, Paul et Marie-Elisabeth Dopff achètent une parcelle de terre au Stouic. Ils y construisent une villa baptisée « Ti gwen » où ils séjourneront désormais chaque été. Une des pièces, haute de plafond, orientée vers la mer, sert d’atelier d’artiste et une chambre noire est prévue pour le développement des plaques photographiques. L’essentiel des photographies de Saint-Guénolé date de l’année 1909 (2).

Fin de la procession du pardon sur le quai, trois élégantes prennent la pause tandis qu’un jeune garçon passe pieds nus, plus intéressé par le port que par l’objectif du photographe.

Sources

Le Guen, Gilles .- Penmarc’h, qui se souvient des hommes, 1900-1950 .- Quimper : Ed. Palantines, 2012 .- Pp 149-151

http://www.penmarch.fr/bouger-sortir/culture-et-loisirs/vieux-phare-centre-de-decouverte-maritime/ (présentation de l’exposition de 2015, une partie de la collection est consultable sur le site).

(1) Madame Dopff était également intéressée par la photographie, on lui doit d’ailleurs quelques-unes des photos de la collection Dopff.

(2) Christiane Orth, la nièce de Paul Dopff, a légué 895 plaques photographiques à la commune. Elles ont été numérisées et certaines photos ont été exposées au vieux phare de Saint-Pierre en 2015. Les plaques sont déposées aux archives départementales.

Ce contenu a été publié dans Artistes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *