Cleu

Ar c’hleur, ar c’hleuz, Cleu, [Kleuz] = fossé avec talus

« Penguen ar hleu men » (1805, 60J37) Toponyme de Kervédal ou Kerbervet

Penguen ar hleu men est composé de pengenn = planche, arpent de ar c’hleuz = fossé avec talus et de maen = pierre : c’est l’Arpent du fossé au talus de pierre. Kleuz procède du vieux breton clud au sens de retranchement. Selon Léon Fleuriot « les limites territoriales étaient souvent marquées au haut Moyen Age par le vieux breton clud ». Francis Gourvil pense que ce nom servait aux premiers immigrants bretons à désigner des retranchements datant des époques gauloise ou gallo-romaine (1).

Ce toponyme n’apparaît qu’une fois et demeure impossible à situer précisément : il suit un article consacré à Kerbervet et précède un autre sur Kervédal.

« Coin ar c’hleuz » (1961, Alain Le Berre : Toponymie nautique…Dénomination locale) Toponyme nautique

Coin ar c’hleuz, anciennement pointe de Remeur, est une pointe rocheuse de Pors Carn à l’est de l’anse du Viben. Alain Le Berre proposait la traduction suivante :  » coin de la cavité ». Autre explication : ar c’hleuz ferait référence au retranchement qui protégeait autrefois la péninsule de Pors Carn (2).

Vestige du talus fortifié qui protégeait Pors Carn.

(1) Deshayes, A .- Dictionnaire des noms de lieux
(2) Pour plus de précisions sur ce retranchement, voir l’article Pors Carn.
Ce contenu a été publié dans 2 : L'Antiquité et le Haut Moyen Age, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *