Bajyma

Immatriculation : GV 7848

Construit au chantier Jules Baltès de Léchiagat, il est lancé le 10 janvier 1959 ; son armement est enregistré le 17 juin 1959 (1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 16,52 m
  • Tonnage : 49.35 tx
  • Moteur Baudouin de 200 cv
  • Signal distinctif : TOKA
  • Cale réfrigérée : 38,5 m3
  • Couleur : pavois vert coupé d’un liseré rouge, coque blanche.
  • Radar en février 1965 (1er bateau du port équipé d’un radar ).

Le « Bajyma », carte postale Jack (détail)

« Bajyma » appartient à parts égales à Jean-Marie Le Rhun et Marie Stéphan (la fille d’Yves Stéphan). Le nom est composé des initiales des prénoms de la famille de Jean-Marie Le Rhun : Bernadette, Alice, Jean, Yves, Marcelin, Antoinette. Il a pour patron Alain Bouguéon. Le 1er septembre 1965, Alain Bouguéon intègre l’armement à hauteur du tiers, les deux autres tiers appartenant à Marie Stéphan et à Jean-Marie Le Rhun (puis en janvier 1967 à sa veuve Marie Antoinette, née Cossec).

Au chalut, le « Bajyma » connaît une carrière atypique. Contrairement aux autres chalutiers, il semble s’être amélioré en vieillissant. Après une bonne année 1960, il obtient des résultats mitigés jusqu’en 1965 avant de repasser au dessus de la courbe des moyennes du port de 1966 à 1969. Sa meilleure marée (en tonnage) date d’ailleurs de mai 1966 (10,2 t) soit 7 ans après son lancement.

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

C’est surtout à la pêche au thon que le « Bajyma » excelle. En juillet 1960 il ramène 3020 thons et dépasse les 8000 sur l’ensemble de la saison, seul le « Touch Coic » fait mieux. En 1961 il obtient presque le même résultat, devancé encore par le « Touch Coic », mais en 1962, avec plus de 9000 pièces capturées en une saison, le « Bajyma » arrive au premier rang des thoniers du port. Son meilleur voyage a lieu quelques années plus tard, en juillet 1966, avec 3150 thons.

Pendant la saison de thon 1961, il est confronté comme plusieurs thoniers de Saint-Guénolé à l’ouragan « Debbie », il y perd un tangon.

Le mois de novembre 1963 est désastreux pour le « Bajyma ». Le 17, alors qu’il se trouve à quai à Saint-Guénolé par très mauvais temps, à marée basse, il talonne fortement sur le fond rocheux et poussé par le vent il chasse et est projeté contre le quai. Il appareille le 20, mais doit rapidement faire demi tour en raison d’une voie d’eau à l’avant, certainement occasionnée par les dégâts subis quelques jours auparavant. Le 29 il est victime d’une  panne de moteur et doit être pris en remorque par « L’oiseau migrateur ».

En juillet 1967 il casse son hélice en heurtant une épave flottante, c’est le « Gué Bihen » qui le prend en remorque jusqu’à Vigo.

Le « Bajyma » est désarmé le 27 mai 1969 et remplacé par le « Macareux ». Il est vendu en Angleterre le mois suivant. Rebaptisé « Galilean », il est immatriculé à Penzance. Il y connaîtra encore une longue carrière avant de faire naufrage le 14 septembre 1987, sur le banc de sable de Fleetwood, en mer d’Irlande.

Voici quelques marins qui ont fait partie de l’équipage du « Bajyma » : François Drezen, Henri Guyomard et son père, Charles Jolivet, Simon Le Pape (3).

 

(1) Coût de construction : 150 000 F (sans le matériel de pêche)
(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier et concernent uniquement les quantités débarquées. La qualité des langoustines et du poisson mis en vente  joue aussi un rôle crucial dans le prix de vente, mais elle  n’a malheureusement pas pu être prise en compte ici.
(3) Noms retrouvés par Joël Stéphan.

 

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *