Appel du large (GV 7961)

Immatriculation : GV 7961

Construit au chantier Léon Gléhen du Guilvinec, il est lancé le 1er juin 1961 ; son armement est enregistré le 6 juillet (1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 15,65 m
  • Tonnage : 45,22 tx
  • Moteur Baudouin 160 cv
  • Signal distinctif : THMF
  • Cale réfrigérée : 8,5 m3
  • Couleur : pavois blanc, large bande marron, coque blanche.

« Appel du large », photo Jean.

Appelé « La Baraka » dans un premier temps, « Appel du large » appartient à parts égales à son patron Joseph Le Rhun et à Félix Le Gars. En 1969 Joseph le Rhun fera construire un nouveau bateau, « Le Diablotin » et Félix le Gars deviendra propriétaire unique. Plusieurs patrons se succèderont alors à la barre de « l’Appel du large », comme Maurice Guirriec ou Alain Stéphan.

« Appel du large » fait partie des meilleurs chalutiers de Saint-Guénolé dans les années 60 (2). En 1965, avec une moyenne par marée de 7 tonnes il arrive à la deuxième place des bateaux du port derrière le « N’holl Zent », à égalité avec « Maryse Odile ». En 1966 il est 5ème. Il termine même en tête en 1967 et en 1968 (à égalité avec « N’Holl Zent » en 1968). En tonnage annuel il atteint les 100 tonnes de 1964 à 1967 et dépasse même les 115 tonnes en 1968. Mais ses résultats faiblissent nettement à partir de 1969.

Tonnage moyen par marée de chalut (3)

Au thon, « Appel du large » est moins performant, toutefois il dépasse à deux reprises la barre des 3000 prises : 3050 en juillet 1966 et 3100 en juillet 1971. De 1967 à 1970 il délaisse la pêche au thon, mais il y revient en 1971 et 1972.

« Appel du large » connait des ennuis mécaniques le 9 juin 1966 au cours d’une marée de chalut. Joseph Le Rhun décide de rentrer. En accostant à Douarnenez 3 jours plus tard, l’embrayage ne répond pas et le bateau heurte assez violemment le quai. Les avaries nécessitent des réparations sur le slipway.

Dans la nuit du 5 au 6 janvier 1969 le vent souffle en tempête sur Saint-Guénolé. Plusieurs bateaux rompent leurs amarres. « Appel du large » se fait drosser contre le quai, son étrave est fortement endommagée. Il est aussi victime d’une voie d’eau au port dans la nuit du 20 juin 1971, mais grâce à l’intervention des pompiers de Penmarc’h, les dégâts sont limités.

En janvier 1971 il est vendu à M. et Mme Babin. A partir de mars 1973 il est exploité à Saint-Malo. Il fait naufrage le 2 décembre 1973 au Nord Est des Roches Douvres.

Ils ont fait partie de l’équipage : Pierre Biger, ( X?) Cosquéric, Félix Le Gars (mécanicien), Robert le Moigne, Charles le Pape, Alain Peoch, Robert le Rhun (frère du patron), Claude Tanniou (4).

(1) Coût de construction : 310 000 F (sans le matériel de pêche)
(2) Un extrait de son journal de bord de décembre 1962 a été publié dans la revue « La Défense ». Voir ci-dessous.
(3) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier et concernent uniquement les quantités débarquées. La qualité des langoustines et du poisson mis en vente  joue aussi un rôle crucial dans le prix de vente, mais elle  n’a malheureusement pas pu être prise en compte ici.
(4) Ces membres de l’équipage ont été retrouvés grâce à l’aide de Joël Stéphan.

Extrait du journal de bord de Joseph le Rhun en décembre 1962. Revue « La Défense », n°469, novembre 1963. Cet extrait fait partie d’un article intitulé « Chalutage sur les côtes d’Irlande avec les marins de Penmarc’h » par Louis le Balch, instituteur à Penmarc’h.

 

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *