Yves Ollivier

Immatriculation : GV 7816

Construit au chantier Lancien de Concarneau, il est lancé le 29 novembre 1958 ; il est immatriculé le 30 décembre 1958 (1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 15,37 m
  • Tonnage : 46,09 tx
  • Moteur Baudouin DK7 de 160 cv
  • Signal distinctif : TQYS
  • Cale réfrigérée : 40 m3
  • Couleurs : bleu foncé, liseré rouge, coque blanche.
  • Il est doté d’un gaillard avant et d’une passerelle en acier.

« Yves Ollivier » au premier plan. Photo Jack n°506 (détail).

« Yves Ollivier » appartient à « Lucien Cossec et consorts ». Parmi les co-propriétaires on trouve Gustave Priol spécialisé en mécanique marine à Saint-Guénolé. C’est Lucien Cossec qui en assure le commandement.

Au chalut « Yves-Ollivier » obtient de bons résultats, sauf en 1960 où il descend sous la moyenne des bateaux du port. Si 1961 représente sa meilleure année, sa carrière reste marquée par deux marées exceptionnelles en novembre 1962 : 9,2 t et 9,3 t !

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

« Yves-Ollivier » est aussi un très bon thonier. Il dépasse trois fois le total de 7000 thons par  saison, en 1960, en 1962 (8600) et en 1964. En 1962 et 1964 il réalise le deuxième résultat du port. Sa meilleure marée date de juillet 1962 avec 3250 thons.

Curieusement, ce très bon bateau ne fait qu’une courte carrière à Saint-Guénolé. Début 1965, Lucien Cossec fait construire un nouveau bateau, le « Gas de Saint-Gué ». En avril « Yves Ollivier » est vendu. Il effectue la campagne thonière 1965 à partir de Concarneau, ensuite je perds sa trace. Son nouveau propriétaire possède une adresse à Dakar, a-t’il été exploité au Sénégal ? Je sais juste qu’il a fait naufrage en octobre 1968, mais je ne connais ni le lieu ni les circonstances du drame.

 

(1) Coût de construction : 200 000 F (sans le matériel de pêche)
(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier.
Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *