Spirou

Immatriculation : GV 8122, puis GV 302698

Construit au chantier des Charpentiers associés à Léchiagat, il est immatriculé le 7 novembre 1964 (1).

Caractéristiques : chalutier thonier

  • Longueur : 16,10 m
  • Tonnage : 42,74 tx
  • Moteur Poyaud A6150 de 230 cv (166 kw)
  • Signal distinctif : TMXA
  • Cale réfrigérée : 35 m3
  • Couleurs : pavois bleu coupé d’un liseré jaune, coque blanche.
  • Passerelle en bois, puis passerelle métallique, gaillard avant.

Le « Spirou » s’est d’abord appelé « Beg a Land ». Basé à Lesconil, il appartenait à Louis et Daniel Cloarec et pratiquait le chalut au sud de Penmarc’h et du côté des Glénan, réalisant des voyages de deux à trois jours maximum. A partir de la fin de l’année 1966 la composition de l’armement est modifiée, Robert le Pape de Loctudy achète les parts de Louis Cloarec et prend le commandement du bateau. Le bateau, rebaptisé « Spirou » et basé au Guilvinec, change de type de pêche en privilégiant le chalutage au nord.

Le 18 novembre 1968 le « Spirou » est racheté par Noël Tanneau. Il est alors rattaché à Saint-Guénolé, tout en fréquentant ponctuellement le port de Kérity.

Au chalut, le « Spirou » se situe chaque année légèrement au-dessus de la moyenne des bateaux du port, sauf en 1970. Ces résultats sont d’autant plus remarquables qu’il affiche un tonnage plus faible que la plupart des hauturiers de Saint-Guénolé.

Tonnage moyen par marée de chalut (2)

Le « Spirou » pratique aussi la pêche au thon jusqu’en 1973. Sa meilleure année est 1971, avec 8550 thons, dont 3800 en juillet. Il atteint à nouveau les 3000 thons en juillet 1972.

Noël Tanneau emplace le « Spirou » par le « Notre-Dame de Lotivy » en avril 1984.

Ils ont fait partie de l’équipage du « Spirou » : Robert Bouguéon, Marcel Cossec (mécanicien), François Le Drézen, Joël Floch, Marcel Lelgouarch, Jean Guillaume Pochic …

L’équipage du « Spirou » en 1971 (3).

(1) Coût de construction : 205 000 F (sans le matériel de pêche)

(2) Statistiques établies d’après les données fournies par le mensuel « la pêche maritime », l’hebdomadaire « Le marin » et les quotidiens « Ouest France » et « Le Télégramme ». Elles portent seulement sur le chalutage hauturier et concernent uniquement les quantités débarquées. La qualité des langoustines et du poisson joue aussi un rôle crucial dans le prix de vente, mais elle  n’a malheureusement pas pu être prise en compte ici. Les chiffres des années manquantes seront progressivement intégrés.

(3) 1er rang, de gauche à droite : François Le Drézen, Jean Guillaume Pochic, Noël Tanneau, 2ème rang : Marcel Lelgouarch, Marcel Cossec, Robert Bouguéon. Photo parue dans Mouez Penmarc’h en 2015, http://mouezpenmarch.fr/

Ce contenu a été publié dans Bateaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *