Méjou

[Maesou], mejou, méjou, meziou, mezou = ce sont des champs ouverts, terres labourables divisées en parcelles non séparées par des clôtures. Les clôtures se situent en périphérie des méjous, à la frontière des courtils comme à la limite des incultes. Ces clôtures sont des talus parfois surmontés d’une maigre végétation buissonneuse (1) ou plus souvent à Saint-Guénolé des murets de pierre sèche. Les méjous occupent une grande partie du territoire de Saint-Guénolé, les villages semblent même former des îlots dans cet océan de méjous. Au milieu du XXe encore, la zone bordant la Rue de Kervédal au sud de Kerbervet était qualifiée de « Kreis ar méjou » = Milieu des méjous.

A Saint-Guénolé, la graphie mezou ou messou disparaît progressivement au XIXe au profit de mejou ou méjou. On rencontre aussi exceptionnellement le singulier « mes » [maes] (ex. : Coguel mes Jégou et mesguen). Méjou et ses équivalents plus anciens ne sont jamais employés seuls : ils apparaissent dans des noms composés, presque toujours en tant que premier élément.

(1) Flatrès, Pierre .- Structures d’habitat…

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *