Calloc’h

« Par an calloch » (1677, 59J3)
« Par ar galloch » (1701, 4E205/6)
« Bar ar caloch » (1769, B472)
« Parc ar calloch » (1791, 59J3)
« Parre ar challoch » (1804, 60J37)
« Parc calloc’h » (1830, 60J30)
« Prat ar hallac’h » (1830, 60J30)
« Parc ar halloch » (1832, 60J31)
« Bare ar hallorch » (1832, 60J31)
« Par ar c’halloc’h » (1833, 3P159 3, cadastre)
« Prat ar calloc’h » (2000, carte IGN 0519OT) Toponyme de Kervilon

Ce groupe de champs relativement étendu se situe pour une petite partie au sud de la Rue de Kervilon, mais surtout au nord. Son nom est demeuré bien vivant à Saint-Guénolé et figure encore sur les récentes cartes IGN.

Comme souvent en toponymie, on hésite entre nom commun et nom propre : s’agit-il de calloc’h [kalloc’h] qui désigne l’étalon : Champ de l’étalon, ou avons-nous affaire au patronyme Calloc’h ? Ce nom de famille est attesté dans le Pays bigouden depuis le XVe au moins, il s’agit même d’une des familles dominantes.

Notons que Bare ar hallorch ne fait pas partie de Prat ar calloc’h, il appartient à l’ensemble de parcelles voisin : Méjou an Dolven. On y cultivait des « panez »(1) en 1784.

(1) Panais (B472)
Ce contenu a été publié dans Patronymes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *