Pont

Issu du latin pontem, le mot breton pont est l’exact équivalent du mot français

« Le pont nommé pont-pouri » (fin XVIIe, 60J36)
« Foennec pont pourrie » (1701, 4E205 6)
« Pont pourry » (1725, 4E214 199)
« Foennec pont pourri » (1833, 3P159 3, cadastre)  Toponyme de l’Ile Fougère
 
 

Un pont est indiqué sur la « carte des Ingénieurs-géographes » de 1780 et aussi sur la »carte topographique des côtes de France offrant celles de la Bretagne depuis le Mont Saint-Michel jusqu’à l’isle de Noirmoutier ; Pointe de Penmarc’h » (1771-1785), il s’agit à coup sûr du « pont pourri ».

Carte Pointe de Penmarc'h 1771-1785 :

Détail de la carte Pointe de Penmarc’h 1771-1785 : le pont pourri y est bien visible

Ce pont en bois permettait de franchir le ruisseau du Poulleur à l’ouest de la Rue Pierre Sémard. Il est étonnant que l’équivalent breton de pourri ne soit jamais employé.

L’Hôtel de Bretagne a été construit en 1889 sur le terrain nommé Foennec Pont Pourri.

« Pont Keréon » (1681, 60J29)
« Pont de Keréon » (1745, 4E214 130) Toponyme de Kerameil

Le pont de Keréon permet de franchir le cours d’eau qui sépare Penmarc’h de Saint-Guénolé. Cambry de passage à Penmarc’h en 1795, indiqua qu’il était nécessaire de le réparer (1).

 « Marecage appelé Pont neves » (1690, A89)
« Pont neves » (1725, 4E214 199)
« Pont neuf » (1738, 60J24)
« Meziou pont nevez » (1745, 4E214 130)
« Mezou pont nevez » (1833, 3P159 3, cadastre)
« Prat pont nevez » (1833, 3P159 3, cadastre)
« Tirien mezou pont nevez » (1833, 3P159 3, cadastre) Toponyme de Kerameil

Pont nevez signifie le pont neuf. Il permet de traverser le cours d’eau qui joint le marais de la Joie à celui de Lescors. Comme le nom du village voisin de Kerbonnevez, situé sur le territoire de Penmarc’h, est attesté dès 1614, il apparaît que ce pont neuf a été édifié au bas mot au XVIe et probablement beaucoup plus tôt  ! Fin XVIIe Pont nevez désignait aussi parfois le marais qu’il permettait de traverser.

 
« Pont feunteun » (1830, 60J30) Toponyme de Kergarien

Ce pont se situait près de la fontaine de Saint-Guénolé, aux alentours du croisement entre la Rue Pierre Sémard et la Rue de Pouloupry.

(1) Cambry, Jacques .- Voyage dans le Finistère…
Ce contenu a été publié dans Constructions diverses, Hôtels. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *