Janvier 1969

Calendrier des PTT de 1969. La photo est plus ancienne, elle a été prise en été, entre 1959 et 1961.

Mercredi 1er : temps exceptionnellement doux et ensoleillé

Deux marins embarqués sur « An Tin Couz » se noient à Crosshaven en Irlande, où le chalutier avait fait escale pour réparer des funes. Emile Le Brun de Saint-Jean avait 19 ans, Joseph Donnart de Saint-Guénolé 29 ans. L’un est tombé en franchissant la passerelle entre le bateau et le quai et l’autre est mort en tentant de lui porter secours.

Dimanche 5 : arrivée au port à 3 h du matin du chalutier « An Tin couz » avec les corps des deux marins morts accidentellement en Irlande.

Les Cormorans remportent enfin une victoire, ils battent Loctudy à l’extérieur 2 à 0. Le retour de Pascual semble avoir bien consolidé la défense.

Dans la nuit du dimanche au lundi le vent souffle en tempête. Plusieurs bateaux rompent leurs amarres. « Appel du large » se fait drosser contre le quai, son étrave est fortement endommagée.

Lundi 6 : mise en service officielle de la nouvelle criée. Il y a trois bateaux à la vente : « Marie-Suzanne » avec 150 caisses dont 80 de langoustines, « Maryse Odile » avec 170 caisses dont 50 de langoustines et « An Tin couz ».

« An Tin Couz »

« Marie-Suzanne » a ramené un moteur d’avion de la seconde guerre mondiale qu’il a pêché en mer d’Irlande, et a bien endommagé son chalut.

La criée emploie 13 personnes, elle dispose d’une halle de 800 m². Cinq magasins de marée ont été construits pour des mareyeurs expéditeurs. Trente autres mareyeurs sont inscrits pour les achats sous criée.

Le port de Saint-Guénolé en ce début 1969 compte 108 bateaux dont 63 hauturiers, 20 côtiers et 25 petites unités. Il y a 630 marins embarqués.

Le vent se lève en fin d’après-midi et un violent orage éclate peu après 18 h.

Mardi 7 : c’est à nouveau la tempête. Les rafales de vent atteignent 160 km/h à la Pointe du Raz, 116 km/h à Penmarc’h. Des bourrasques de pluie et de grêle s’abattent sur Saint-Guénolé peu après 1 heure et se succèdent pendant toute la nuit. La tempête baisse un peu d’intensité en journée, mais le calme ne revient pas. C’est la plus grosse tempête depuis celle du 12 mars 1967. Il y a des dégâts en Pays bigouden. A Saint-Guénolé, plusieurs bateaux subissent des avaries, des toitures sont endommagées et une ligne téléphonique abattue. Au Guilvinec, trois bateaux ont lâché leurs amarres : « Neiz Bihen », « Les Bruyères » et « Jean de la lune », endommageant d’autres bateaux. A Loctudy, deux serres de l’exploitation agricole Larnicol de Kerogan ont été brisées.

Vendredi 10 : sursis pour l’Ecole d’apprentissage maritime du Guilvinec, elle ne sera pas fermée à la rentrée de septembre.

Lundi 13 : il y a désormais deux tarifs pour le courrier.

Mercredi 15 : certains chalutiers sont à la cape ou RAS, d’autres font route Milford Haven ou Newlyn.

Jeudi 16 : tempête de noroit, rafales à 110 km/h à Penmarc’h.

Mauvais temps en mer d’Irlande.

Les travaux de la salle omnisport de Penmarc’h viennent de commencer, ils devraient durer dix mois.

Vendredi 17 : les chalutiers encore en mer font route vers les ports britanniques ou irlandais.

Naufrage du palangrier « Kornog » de Douarnenez, dans les parages de Land’s end, il y avait 8 hommes à bord.

Dimanche 19 : il y a quelques chalutiers en pêche, les autres sont toujours en relâche.

Les Cormorans battent Gourlizon par forfait.

Lundi 20 : les chalutiers sont en pêche.

Mercredi 22 : on apprend le décès de Michel Diquelou, 66 ans, ancien patron pêcheur de Saint-Guénolé.

Plusieurs centaines d’hectares de palue et de prairies sont inondées dans les communes de Tréogat et Tréguennec. Pour évacuer l’eau, une pelleteuse a creusé une brèche dans la dune de galets.

Jeudi 23 : le « Kruguen » se retrouve en panne dans le suroît des Scilly. Il est pris en remorque par un bateau de sauvetage des Scilly et conduit au port de Sainte-Marie. Son hélice et son gouvernail étaient bloqués par une feuille de nylon.

Dimanche 26 : Plomodiern 0 – Cormorans 1

Lundi 27 : la Société de chasse de Penmarc’h a procédé à un lâcher de lièvres venus de Pologne.

Mardi 28 : les plages de Bénodet et d’Audierne sont souillées par des dégazages de pétroliers.

Le « Stangala » de Loctudy a ramené dans son chalut une mine de 600 kg datant de la deuxième guerre mondiale. Deux démineurs ont du monter à bord pour la neutraliser.

Mercredi 29 : les plages bigoudènes sont, elles aussi, victimes de la pollution.

Inauguration officielle de la criée en présence de MM Bénard, conseiller général, Péron, maire de Penmarc’h, Morizoo, président de la Chambre de commerce et d’industrie, Bécam, membre du Conseil économique et social, Maurand, administrateur maritime du quartier du Guilvinec…Un vin d’honneur est servi salle Kerfriden, au Bar des bélugas.

Jeudi 30 : Réunion à 20h au café Dessoudres des ouvriers et ouvrières de syndicat CGT de la conserve, animée par la célèbre secrétaire fédérale Louisette Blanquart.

Vendredi 31 : toutes les plages de la commune de Penmarc’h sont souillées par des boules de mazout. La pollution touche une zone comprise entre la presqu’île de Crozon et le Morbihan.

Ce mois de janvier a été le plus chaud depuis 25 ans.

La criée est bien partie si on compare les chiffres de 1968 : 47,5 t. débarquées pour un chiffre d’affaires de 13 500 000 F à ceux de 1969 : 335 t et 1 108 000 F.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *