Février 1966

Février

Début février : Léon Le Roux et Vincent Dréau de Saint-Guénolé, sont nommés membres du Comité interprofessionnel de la sardine.

Une équipe de l’ORTF embarque sur « l’Astucieux » de Loctudy, pour tourner un reportage consacré à la vie des marins. Il sera diffusé courant mars 1966.

GV 8118 blp

« l’Astucieux »

Jeudi 3 : la Caisse d’allocations familiales achète la propriété du Dourdy à Loctudy, pour en faire un centre familial de vacances.

La sonde soviétique « Luna 9 » réussit pour la première fois un alunissage en douceur.

397px-Luna_9_Musee_du_Bourget_P1010505 maquette, ph Pline

Maquette de Luna 9 au Musée du Bourget ; ph. Pline

Vendredi 4 : les chalutiers sont « en pêche mauvais temps ou « à la cape ».

Week-end du 5 : « Le glaive du conquérant », péplum de Carlo Campogalliani, avec Jack Palance et Eleonora Rossi-Drago, au cinéma Celtic.

Samedi 5 : tempête.

Dimanche 6 : Port-Louis bat Penmarc’h 5 à 1. Les Cormorans sont à nouveau derniers du championnat de DHR.

Jeudi 10 : les employés communaux posent des panneaux de stationnement alternatif dans plusieurs rues de la commune.

Week-end du 12 : « Maciste en enfer », péplum de Ricardo Freda,  au cinéma Celtic.

Dimanche 13 : championnat USEP de cross pour les écoliers du canton au stade de Penmarc’h, sous la houlette de Pierre Signor et de Louis Le Balch.

René Yannick est élu maire de Tréguennec en remplacement de Jean-Louis Plouhinec, décédé.

Lundi 14 : le « Pors Lambert » fait route Douarnenez avec le « Cap Cavall » en remorque.

cp Le Doaré 4375(extrait), avant 1965

Le « Cap Cavall ». Carte postale Le Doaré n°4375 (détail)

Week-end du 19 : « Les trois soldats de l’aventure » de Michael Anderson, avec Yul Brynner, Richard Widmark et George Chakiris, au cinéma Celtic.

Dimanche 20 : match nul 1 à 1 à Penmarc’h entre les Cormorans et Etel, but de Bodéré.

Lundi 21 : forte tempête de suroît dans la nuit de dimanche à lundi. Le sommet du clocher de la Joie est abattu par la foudre. Les dégâts sont importants dans les ports du Guilvinec et de Kérity. A Saint-Guénolé les quais sont jonchés de gravats. A Tréguennec, une importante brèche de70 mètres s’est formée dans le cordon littoral.

En soirée le vent forcit à nouveau.

Mardi 22 : les chalutiers sont en relâche.

Mercredi 23 : orage et trombes d’eau pour le mercredi des Gras. Heureusement qu’une éclaircie arrive dans l’après-midi , le temps de juger et brûler le traditionnel « Bidul Paol » sur le port. Un bal costumé se déroule l’après-midi dans les salons Kerfriden, un autre a lieu en soirée.

C’est la première journée de diffusion de la deuxième chaîne de télévision dans le département.

Certains des chalutiers qui étaient en relâche ont repris la mer.

Vendredi 25 : pluies diluviennes. Quimper est sous les eaux. En Pays bigouden les champs de blé ressemblent à des rizières et il y a de nombreuses routes inondées.

Week-end du 26 : « Les drakkars » de Jack Cardiff, avec Richard Widmark, Sidney Poitier et Rossana Schiaffino, au cinéma Celtic.

Camus, Baptiste, Tél 1966 03

Dimanche 27 : la plupart des chalutiers sont au port ; ceux qui étaient au nord sont en relâche à Milford Haven.

Lanester bat Penmarc’h 4 à 0, cette fois c’est bien compromis : Penmarc’h risque de redescendre en Promotion.

Le mois de février a été très mauvais. C’est le marasme en Pays bigouden, presque toutes les professions sont touchées. Les marins sont peu sortis et subissent en conséquence un manque à gagner sérieux. Les agriculteurs n’arrivent pas à travailler la terre gorgée d’eau, ce qui va entraîner du retard pour les pommes de terre primeurs et les céréales. Les travaux de construction sont souvent arrêtés et en bout de chaîne, les commerces tournent au ralenti.

Bilan du port : 69t pour 145 000F. Les apports sont faibles et le rendement du bar et du mulet n’ont rien à voir avec ceux de l’année passée. Tous les ports de Cornouaille connaissent une régression.

Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Février 1966

  1. franck dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce site qui me replonge dans le Saint Gué des années 1960 et 1970, celui de mon enfance et de mon adolescence, et de mon jeune âge adulte.. ( je suis né en 1957 ) . je dirais avec une certaine nostalgie et même une certaine émotion….j’ aurai surement l’ occasion d’ en reparler… .

    VOUS AVEZ ECRIT CECI : … à la recherche de photos, de renseignements, d’anecdotes sur les bateaux de Saint-Guénolé de 1945 à 1980….
    —Difficile de relater une anecdote qui ne soit pas écrite dans les articles du Télégramme, du Marin et d’Ouest France de l’ époque , en votre possession …
    mais je m’ y risque toutefois :  » Vous avez évoqué l’ accident du chalutier  » Va en paix » -sans victimes heureusement – dans la passe du port de St Gué en 1964.
    Durant toutes les années 60, l’ épave fut échouée sur le sable de Pen ar beg , près de l ‘école maternelle. A marée basse, on y montait avec des copains d’ enfance, y jouer au marin – pêcheur ou aux pirates , même si et je dirais surtout « parce que c’ était défendu ».

    Quant aux photos je vois que vous utilisez celles du site  » bateaux bigoudens » rubrique  » les anciens bateaux du quartier de Guivinec », il y a une photo du « Joyeux pêcheurs  » sur lequel mon grand père Joseph dit « Jos » Le Lay de Kérity y était embarqué au début des années 50. J’ aimais bien à l’ époque le Chalutier – Thonier malamok  » le Corse » lancé en 1968, d’ autant plus que je réside à Ajaccio depuis 25 ans.

    Sur le site « Tout Delcampe.fr > Cartes Postales > Europe > France > [29] Finistère > Recherche : SAINT GUENOLE , il y a une très belle photo couleur à la première page
    – au premier plan le chalutier – thonier malamok « Mousse bihan IV » lancé en 1958, sur lequel un copain d’ enfance que je n’ ai plus jamais revu, y a commencé sa carrière de marin pêcheur en tant que mousse….
    – en arrière plan un autre malamok coque verte et jaune, immatriculé GV 7809 ou 7808 dont le nom m’ échappe

    J’ attends les articles à venir qui seront nombreux, vue la quantité de « malamoks » lancés et immatriculés entre 1952 et 1980, je les ai presque tous connus.

    A bientôt
    Franck (le corse-bigouden)

  2. admin dit :

    Bonjour

    Moi aussi j’ai « exploré » ce bateau sur Pen ar beg, mais je ne me souvenais plus qu’il s’agissait du « Va en paix ». Quant au « Corse », c’est le bateau sur lequel mon père a fini sa carrière en 1981.
    Je connaissais la carte postale avec le « Mousse Bihan IV », derrière c’est « Enfant de Bretagne ».
    Je n’utilise pas les photos du site « Bateaux bigoudens », mais je dispose de plusieurs centaines de photos scannées. Elles m’ont été données par des marins, sans précisions sur leurs origines et je constate effectivement que certaines d’entre-elles sont également visibles sur ce site.
    Merci pour l’intérêt que vous portez à mon site et n’hésitez surtout pas à l’enrichir par vos commentaires.
    Cordialement.
    Camille Cadiou.

  3. franck dit :

    bonjour
    merci Camille,
    je compte bien publier d’ autres témoignages et commentaires sur ce site

    Je détiens quelques photos de bateaux persos de l’ époque qui sont restées dans la famille, et je souhaiterais que vous me communiquiez sur mon adresse mail , un des votres pour un échange plus perso, si vous y consentez

    Cordialement
    Franck

  4. BOUGUEON Bernard dit :

    Bonjour Camille, et Franck une question t’on copain qui a débuté sur le MOUSSE BIHAN IV était il pas ton voisin d’en face à la cité de la joie ?

  5. franck dit :

    Bonjour Camille, bonjour Bernard

    Bien sur, c’ est toi Bernard mon copain d’ enfance, ça fait presque 40 ans que je ne t’ ai pas vu, depuis août 1977… exactement….. et je vois que l’ on ne s’ est pas oubliés……Je n’ ai jamais habité St Gué de manière continue, mes parents étaient installés pour des raisons professionnelles en région parisienne….Mes grands parents Jos et Anna Le Lay ont acheté une maison en 1959 à la cité de la joie dès que le lotissement fut construit, rue des Coquelicots, juste en face de chez tes parents. De ma naissance jusqu’ à l’ âge de 5 ans j’ étais plus à Kérity puis à St Gué qu’ à Paris, car ce sont mes grands parents qui m’ ont surtout élevé. Mon grand père décéda en 1962, dans sa 55è année à quelques mois de sa retraite de marin – pêcheur. ( Joyeux – Pêcheurs ; Abbé Garro ; Aigle des mers )
    Ensuite, chaque année je passais toutes mes vacances scolaires, chez ma grand mère « tant’ Anna » ( la crépière du Triskell dans les années 1970 ) à toutes les époques de l’ année, quand je n’ étais pas en Corse dans ma famille paternelle. Et le premier copain que je cherchais à peine arrivé à St Gué, c’ était toi, nous avons passé beaucoup de temps ensemble enfants et ados, beaucoup d’ affinité et de complicité entre nous à l’ époque…. Pour les copains du quartier, j’ étais « le collègue parigot de St Gué venu en vacances…. »
    Ensuite, tu as fait ta vie à Lesconil et moi à Ajaccio, j’ ai gardé le contact avec ta famille jusqu’ en 1999 , année du décès de ma grand mère.
    Ma grand mère et tes parents étaient très liés : une amitié de voisinage.
    Le jour de son enterrement juin 1999 à St Gué, il y avait beaucoup de monde, ma grand mère était bien connue et appréciée dans tout St Gué. Tous les gens qui y étaient présents (beaucoup de la Cité de la Joie ) m’ ont reconnus. Et pour certains cela faisait bien presque 10 20 ans…..sans les avoir revus…..beaucoup d’ émotions ce jour là.

    Tout en la jouant discrète jusqu’ alors, sur mon identité et sur la tienne, je pensais bien qu’ à travers ces indications, et quelques anecdotes tu pouvais me reconnaitre…
    (l’ anecdote de l’ épave du Va en paix, …c’ est toi qui m’ y a amené la 1ère fois…)

    Le site de Camille, permettra aussi aux bigoudens qui se sont perdus de vue, …..de reprendre contact, son site est super on y parle d’ autrefois, il faut aussi parler du présent, et que sera l’ avenir en pays bigouden ? … Bien que j’ aies fais partie des « visages de St gué » comme me l’ a dit autrefois Toussaint Bourdon ( le patron pêcheur ..), je n’y suis plus retourné depuis 2001…..15 ans cet été, mais les souvenirs de toutes ces années restent intacts …. Et j’ envisage d’ y retourner, sinon je n’ interviendrais pas sur ce site….
    Te revoir Bernard, un jour me ferait plaisir…, revoir Robert également (désormais un personnage charismatique de Penmarch et médiatisé. ). Je n’ ai jamais été ni marin, ni pêcheur, mais je les ai bien connus à une époque, mes oncles (que tu connais) étaient de ta corporation, et à ma connaissance du milieu maritime bigouden tu y as contribué également…
    Dans la rubrique « bateaux de St gué », j’ ai mis 2 commentaires sur le Per Nostis et le Cénacle ( pour l’ anecdote sur le Cénacle, tu étais présent avec moi sur le quai, ce mois de juillet 1970 ou 71 ). Si tu t’ en souviens, jeune homme, je faisais également le docker « vacataire » à la criée de St Gué et du Guil, à l’ époque on était plus large sur le réglement…..

    Egalement le site « Mouez Penmarc’h » est très bien fait, sur les photos d’ école notamment de toutes les époques on y revoit « nos anciens » ( famille, amis, connaissances… ) et vous tous … J’ y retrouve des noms et des visages que je pensais avoir oublié…comme quoi la mémoire ça s’ entretient

    A bientôt…
    Franck Balenci – Le Lay francki2a@orange.fr

  6. BOUGUEON Bernard dit :

    Salut Franck j’étai presque sur que c’est toi qui est au bout de la ligne ,super content,un souvenir qui me reste toujours comme si c’était hier , la grande aiguille à tricoter tu jouais avec ,à la faire tournée dans ta main ,mais tu la enfoncer du coté de t’on ventre devant la boucherie MEHU et les journées à la plage de la joie , je vois assez régulièrement Marcel le LAY sont canot est dans l’arrière port du GUILVINEC pas loin du mien . Quand tu viens dans le pays fais moi signe ,je te donne mon adresse MAIL par mail Amitié Bernard

  7. BOUGUEON Bernard dit :

    et merci à Camille pour sont très beau cite , et qui nous a permis de nous retrouver
    Bernard

  8. Franck dit :

    Bonjour Bernard, Bonjour Camille

    Retrouver un ami d’ enfance , un « collègue » après presque 40 années passées, c’ est toujours émouvant
    J’ espère que ce site permettra aussi à d’ autres bigoudens qui se sont perdus de vue ou que la vie a éloigné de se retrouver. Même je dirais, à des parents, à des amis qui se sont disputés, et qui par orgueil mal placé, hésitent à se réconcilier àprès tant d’ années passées.
    Cela pour que la « bigoudénie » perdure encore pendant des siècles….
    Les affinités entre les corses et les bretons existent depuis longtemps. Et cela remonte au temps où ils étaient expatriés en Outre mer et dans les colonies. Je connais pas mal de bretons et bigoudens installés à Ajaccio et en Corse, qui s’ y plaisent.
    A bientôt

    Franck d’ Ajaccio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *