Décembre 1970

Mardi 1er : le « Mousse Bihan IV » connait des problèmes mécaniques pendant une marée de chalut et doit être remorqué par le « Mousse Bihan Couz ».

Dimanche 6 : Langolen 1 – Cormorans 3

Jeudi 10 : dans la nuit de mercredi à jeudi le vent se lève et la mer grossit fortement.

Les côtiers restent à quai.

Vendredi 11 : une cérémonie de remise de médailles est organisée à l’usine Saupiquet de Quimper. Elle concerne les cinq usines du Sud Finistère. Plusieurs membres du personnel de l’usine de Saint-Guénolé sont récompensés.

Ouest France du 12 décembre 1970

Samedi 12 : arrivée d’un nouveau côtier, « l’Eurêka« . Lancé en 1968, il vient d’être racheté par Jean-Claude Stéphan. Il était auparavant à Loctudy.

Lundi 14 : début du tournage du film de Jacques Deray « Doucement les basses » avec Alain Delon, Nathalie Delon, Paul Meurisse et Paul Préboist. Certaines scènes seront réalisées à Saint-Guénolé.

Mardi 15 : arrivée du froid.

Vendredi 18 : radoucissement des températures

Samedi 19 : le Centre océanologique de Bretagne vient de choisir l’étang de Kermoor à l’Ile-Tudy, pour une expérience innovante d’élevage de bar et de turbot.

Dimanche 20 : Cormorans 4 – Telgruc 0, buts de Le Rhun (2), Castric et Olivier.

Lundi 21 : le premier épisode du feuilleton « Les cousins de la Constance » est diffusé à la télévision. Réalisé par Robert Mazoyer d’après Paul Guimard, , le tournage a eu lieu au Guilvinec, à Léchiagat et à Concarneau.

Retour du froid.

Samedi 26 : le temps froid devient glacial. L’étang de Pont-l’Abbé est entièrement pris par les glaces.

Dimanche 27 : les Cormorans remportent le tournoi de Fouesnant en battant l’US Fouesnant par 6 buts à 4. Buts de Gest (3), Le Lay, Castric, plus un but d’un Fouesnantais contre son camp.

Lundi 28 : la température descend à -5° à Penmarc’h dans la nuit de dimanche à lundi.

Mardi 29 : lancement au chantier Cariou de l’Ile-Tudy du « Per Nostis II » (1). C’est la plus grande unité lancée par ce chantier. Il est destiné à Pierre Guéguen, actuel patron du « Per Nostis ».

Mercredi 30 : malgré un léger radoucissement, il fait encore 0° à Penmarc’h.

Jeudi 31 : au Guilvinec, un homme assassine son épouse en l’étranglant à l’aide d’un fil électrique.

Les chalutiers qui ne sont pas rentrés pour les fêtes sont en pêche mauvais temps ou en cape.

Bilan du port en décembre : 628 tonnes débarquées, chiffre d’affaires 2 138 000 F.


Autres événements de 1970, remarques, statistiques…

Bilan annuel : 6941 tonnes, dont 567 tonnes de thon seulement et 773 tonnes de sardine. Malgré la saison thonière très décevante, le chiffre d’affaires de la criée se monte à 23 857 000 F, ce qui constitue un nouveau record pour Saint-Guénolé.

Le « N’holl zent« , comme chaque année ou presque, réalise la meilleure moyenne par marée au chalut, suivi du « Diablotin » et du « Patrice-Myriam« . En tonnage annuel ils sont quatre a dépasser les 100 tonnes : « N’Holl Zent » 142, « le Diablotin » 130, « Sant Yann » 108 et « Massingy » 107

Au thon, « Nymphe de la mer » s’en sort un peu mieux que les autres avec 6250 thons en trois voyages, tout comme « Régis-Eric » 6200.

1970 a été une très bonne année pour les ligneurs : 894 000 F de chiffre d’affaires contre 573 000 F en 1969. Ils sont parfois une trentaine à la vente.

Neuf nouveaux bateaux de plus de 10 tonneaux fréquentent Saint-Guénolé depuis 1970. Quatre bateaux neufs : « Anatife« , « Etreom« , « Koroller II » et « Mab an Tignous« , deux côtiers achetés d’occasion : « Etoile d’Arvor » et « Eurêka« , plus trois chalutiers de Kérity qui vendent désormais régulièrement à Saint-Guénolé : « Kergadec« , « Régis-Eric » et « Reine des berceaux ».

Quatre bateaux ont quitté la flotte, tous les quatre en septembre : « Les Cinq frères Ademo » vendu à Port-en-Bessin, « Entre nous » vendu à Loctudy, « Ketty et Micou » vendu à Arcachon et « Anita Conti« , naufragé en septembre. Au total la flottille passe de 85 à 90.

En ce qui concerne les bateaux de 3 à 10 tonneaux, on constate l’arrivée d’une nouvelle unité, appelée « Exodus ». Construit à Port-Louis en 1963, il a été acheté par André Boënnec en mars. Leur nombre passe de 12 à 13, ce qui donne un total de 103 bateaux de plus de 3 tonneaux à Saint-Guénolé, jamais il n’en y a eu autant.

80  permis de construire ont été déposés à Penmarc’h en 1970.

Le mur de défense du port de Kérity est prolongé à l’ouest vers Kervily.

(1) Le « Per Nostis II » ne sera armé qu’en mars 1971, je l’ai donc comptabilisé avec les nouvelles unités de 1971.

Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *