Décembre 1969

Mercredi 3 : après le froid et le gel des derniers jours, le vent fort et la pluie font leur retour dans la nuit.

Jeudi 4 : temps plus calme le matin, mais la tempête revient dans la journée. En fin d’après-midi, le chalutier de Lesconil « la Méduse » fait brusquement naufrage à 12 milles du port. Les trois marins ont juste le temps de mettre le canot à la mer ; ils sont recueillis par le chalutier « L’Hirondelle ».

Week-end du 6 : « Iwo Jima » d’Allan Dwan, au cinéma Celtic

Dimanche 7 : en championnat, les Cormorans l’emportent 7 à 1 à Pluguffan.

Lundi 8 : victime d’une voie d’eau pendant les tempêtes de novembre le chalutier« Les Cinq frères Ademo » de Saint-Guénolé, va subir d’importantes réparations sur le slipway de Douarnenez. Le chantier devrait durer trois semaines.

Week-end du 13 : « ça peut toujours servir » de Georg Jacoby, avec Eddy Constantine, au cinéma Celtic

Dimanche 14 : battus 1 à 0 à Pont-l’Abbé, les Cormorans sont éliminés de la Coupe de l’Ouest.

Lundi 15 : nouvelle tempête dans la nuit de dimanche à lundi avec des vents à 111 km/h à la Pointe du Raz.

Les chalutiers sont à la cape ou en relâche à Milford Haven.

Mardi 16 : inauguration du château d’eau de Bringall à Pont-l’Abbé.

Les chalutiers sont pour certains encore à Milford Haven, d’autres sont en pêche.

Vendredi 19 : un vin d’honneur est organisé par l’Amicale laïque de Saint-Guénolé, à l’occasion du départ en retraite Mme Le Goff, la directrice de l’Ecole maternelle.

Mauvais temps, les côtiers restent au port.

Week-end du 20 : « L’étranger »de Luchino Visconti, avec Marcello Mastroianni et Anna Karina, au cinéma Celtic

Lundi 22 : les chalutiers sont toujours confrontés au mauvais temps.

Mardi 23 : réception des travaux de la salle omnisport de Penmarc’h.

Jeudi 25 : la journée de Noël se déroule sous un temps printanier.

Début de l’affaire des « Vedettes de Cherbourg ».

Week-end du 27 : « Les sentiers de la haine » de Marino Girolami, au cinéma Celtic

Dimanche 28 : retour du froid. Une épidémie de grippe se propage.

Devant 900 spectateurs, les Cormorans battent Loctudy par 7 à 1 (4 buts de Rolland, 2 de Le Rhun et 1 de Trébern).

Lundi 29 : il fait 0° à Penmarc’h. Saint-Guénolé se réveille sous une petite pellicule de neige.

Mardi 30 : naufrage dans la nuit du « Koroller ar Mor » au nord d’Ouessant. Il faisait route terre lorsqu’il a été victime d’une importante voie d’eau. Pierrot Daoulas, le patron, et les quatre hommes d’équipage ont été recueillis par un navire anglais.

Le « Koroller ar mor ». Photo Rema n°1867

Mercredi 31 et jeudi 1er : « Le dernier safari » de Henry Hathaway, au cinéma Celtic.

Mercredi 31 : fermeture de l’usine Amieux. Il y a 84 licenciés, 75 femmes et 9 hommes. On espère que certaines des ouvrières trouveront du travail dans les autres usines de Saint-Guénolé, pour les ouvriers le reclassement risque d’être plus compliqué. L’usine avait déjà été fermée en 1964, puis rouverte en 1966 ; elle travaillait surtout le poisson et l’artichaut. Les marins pêcheurs sont inquiets, car Amieux absorbait une grande partie des sardines débarquées à Saint-Guénolé.



Autres événements de 1969, remarques, statistiques…

6236 tonnes ont été vendues à la criée, dont 1172 de thon et 788 de sardine, générant un chiffre d’affaires de 20 309 000 F. L’objectif des 20 000 000 F est donc atteint dès la première année de service de la nouvelle criée. A titre de comparaison 2578 tonnes furent vendues en 1968 pour un chiffre d’affaires de 7 117 000 F.

Il y a 623 marins pêcheurs à Saint-Guénolé en 1969.

Le nombre de bateaux de plus de 10 tonneaux augmente en 1969, il passe de 85 à 87, en réalité il monte même à 89. En effet, le port de Saint-Guénolé, grâce à sa nouvelle criée, commence à attirer les chalutiers de Kérity. Deux d’entre-eux, « L’Etoile d’or » et « Ton Jos » vont devenir des habitués du port. Les autres franchiront le pas en 1970.

Les bateaux de 3 à 10 tonneaux restent à 14. Une nouveau canot arrive au port, baptisé « Dauphin », il appartient à Guillaume Monfort, en revanche « Ar Voereb Naïk »est vendu à Logonna Daoulas. Au total, la flottille dépasse la barre des 100, avec 103 unités.

Penmarc’h a enregistré 88 naissances (dont 85 à Pont-l’Abbé), 56 mariages et 116 décès en 1969.

95  permis de construire ont été déposés à Penmarc’h en 1969.

Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *