1917 (Premier semestre)

JANVIER

Dimanche 14 : lors de l’assemblée générale de la Coopérative des Patrons pêcheurs au Guilvinec, un projet d’armement des bateaux de pêche de canons de 47 mm est évoqué, mais les patrons s’y opposent.

Mardi 16 : les vapeurs norvégiens « City of Tampico » et « Otto » sont coulés par un sous-marin allemand ; les rescapés gagnent Guilvinec et Penmarc’h à bord de baleinières.

Vendredi 19 : le vapeur danois « Klampenborg » et le vapeur uruguayen Parahiba sont coulés par un sous-marin allemand à 20 milles au sud-est d’Armen.

Samedi 20 : arrivée d’une terrible vague de froid sur la France, elle va durer jusqu’au 15 février. La Bretagne est touchée, mais ce sont surtout les soldats sur les fronts du nord et de l’est qui en subissent les plus graves conséquences. En Pays bigouden, la terre est gelée en profondeur. A Tréguennec, il faut attendre plusieurs jours pour enterrer un vieillard mort de froid. 1917 restera dans les mémoires comme « Bloavez ar riel vraz » (1).

Jeudi 25 : le vapeur « Myrdal » est coulé par un sous-marin allemand à 3 milles au sud de Penmarc’h.

« Le bateau de sauvetage fut requis par le chef guetteur d’aller recueillir les naufragés. Le vent du Sud-Est soufflait en tempête, et il faisait un froid exceptionnel qui mettait sur les roches une couche de glace. Malgré leur diligence, contrariés par la basse mer, les canotiers manquèrent de cinq minutes leur sauvetage : un patrouilleur les avait précédés. II était midi. La tempête augmentait, et le vent était debout pour le retour. Le patrouilleur offrit la remorque aux canotiers, qui refusèrent : amour-propre professionnel ! Cependant tous leurs efforts pour rentrer au port furent vains. Exactement l’histoire des confrères de l’île d’Yeu, avec un dénouement plus heureux : ils laissèrent courir, et purent se réfugier à Audierne. » A. Dupouy, Revue de Paris, 1918.

Vendredi 26  : le froid s’intensifie, on relève -9° à Quimper.

Le vapeur espagnol « Nueva Montana », 2850 tx, est coulé par un sous-marin allemand au large de Penmarc’h, l’équipage est sauvé.

Samedi 27 : le ministre de la Marine autorise provisoirement la pêche au chalut dans les eaux territoriales, c’est-à-dire à moins de trois milles des côtes.

Mercredi 31 : début de la guerre sous-marine totale.

Janvier : le matelot Corentin Le Drézen de Penmarc’h vient d’être inscrit au tableau spécial de la médaille militaire et a obtenu la croix de guerre avec palme.

FEVRIER

Mercredi 7 : le matelot timonier Michel Berrou disparaît en mer lors du naufrage du chalutier patrouilleur auxilliaire « Noëlla », touché par une mine devant le port du Havre. Il était né à Penmarc’h le 26 novembre 1896, il avait 20 ans. C’est le premier mort pour la France de 1917 à Penmarc’h.

les-chalutiers-de-julien-guillemard

Poème de l’écrivain havrais Julien Guillemard dédicacé « à ceux du Noëlla », paru dans « Le Citoyen » du 9 mars 1917.

La première quinzaine de février est aussi glaciale que la fin janvier. En Pays bigouden la terre ne dégèle pas.

Samedi 17 : La goélette « Silène » de Paimpol est coulée par le sous-marin allemand UC-21 dans les parages d’Ouessant.

Dimanche 18 : l’équipage du « Silène », embarqué sur deux doris, arrive à Pors Carn.

« Nous sommes arrivés à Saint Guénolé le 18 Février à 08h00. Nous étions tout mouillés et mourants de froid ». (2)

Samedi 24 : victoire alliée sur l’Ancre, dans la Somme.

MARS

 Mercredi 7  : le canonnier Pierre Jean Marie Keraudren du 11e Régiment d’artillerie à pied meurt des suites de ses blessures à Montdidier (Somme). Il était né à Penmarc’h le 18 janvier 1874.

montdidier

Montdidier. Carte postale, éditeur non identifié.

 Jeudi 8 : début de la « Révolution de février » en Russie.

 Du jeudi 15 au lundi 19 : les Allemands battent en retraite sur la ligne Hindenburg poussés par les Britanniques.

Jeudi 15 : le tsar Nicolas II abdique.

Vendredi 16 : les vapeurs norvégiens « Broda » et « Kong Inge » (453 t) sont coulés tour à tour par un sous-marin allemand en Baie d’Audierne. Le sous-marin allemand se promène parmi les barques de pêche qui n’ont aucun moyen de se défendre. Trois bâtiments de guerre et cinq hydravions parviennent à le faire fuir.

Samedi 17 : le gouvernement Aristide Briand démissionne .

Mardi 20 : Alexandre Ribot devient président du Conseil.

Samedi 24 : le matelot gabier Louis Philippe Le Cloarec de Kérity, faisait partie de l’équipage du chalutier patrouilleur auxilliaire « l’Amérique », perdu corps et biens. Il était né à Penmarc’h le 13 août 1896. « L’Amérique » a été torpillé ou a sauté sur une mine entre l’île de Sein et Penmarc’h.

Passage à l’heure d’été pour réaliser des économies d’éclairage.

Fin mars : il a beaucoup plu pendant l’hiver : certaines palues sont inondées.

AVRIL

Dimanche 1er : deux barques de pêche de Poulgoazec sont canonnées par un sous-marin allemand en baie d’Audierne : 19 morts.

Le soldat Bernard le Pape du 108e Régiment d’infanterie territoriale, est tué aux Eparges (Meuse). Il était né à Penmarc’h le 31 janvier 1873.

Vendredi 6 : entrée en guerre des Etats-Unis

Une baleinière montée par 15 hommes arrive à Penmarc’h. Les marins font partie de l’équipage du vapeur « Pensiero » de Gènes, coulé dans la nuit du 3 par un sous-marin allemand au large du cap Lizard. Deux des rescapés, grièvement blessés, sont conduits à l’hôpital de Quimper.

Lundi 9 : début de la bataille d’Arras. Les Britanniques lancent l’offensive en Artois, entre Arras et Lens. Dans cette bataille qui durera jusqu’au 16 mai, les Britanniques perdront 160 000 hommes et les Allemands 120 à 130 000.

john-warwick-brooke-positioning18pdrbattleofarrasapril1917

Bataille d’Arras. Photo de John Warwick Brooke.

Jeudi 12 : quatre divisions de Canadiens prennent la crête de Vimy.

Samedi 14  : plusieurs maquereautiers de Penmarc’h ont choisi de désarmer en raison des risques d’attaque par les sous-marins.

 Lundi 16 : début de la bataille du Chemin des Dames. L’offensive lancée par le général Nivelle est une véritable boucherie.

Le soldat Louis Pierre Marie Le Marc du 88e bataillon de tirailleurs sénégalais, est tué au Chemin des Dames, à Paissy. Il était né à Penmarc’h le 20 février 1887.

 Mardi 17 : début de la bataille des monts de Champagne, avec l’entrée en action des blindés français.

Premières mutineries dans l’armée française.

Jeudi 19 : le vapeur anglais « Cilurnum », 3126 tx, est torpillé à 5 milles au sud de Penmarc’h par le sous-marin allemand UC-21.

Vendredi 20 : un sous-marin est touché par un hydravion de la base de Camaret à 12 milles dans l’ouest de Penmarc’h.

Raid du Pas-de-Calais

Dimanche 22 : le soldat Pierre René Marie Lucas du 120e régiment d’infanterie est tué au Chemin des Dames, à Cormicy. Né à Penmarc’h le 1er avril 1883, il travaillait chez Saupiquet à Kérity avant la guerre.

Lundi 23 : le lieutenant Henri Guénolé Goallou du 51e régiment d’infanterie est tué au Chemin des Dames, à Cauroy-lès-Hermonville. Il était né à Penmarc’h le 27 février 1887.

Dimanche 29 : deux misainiers du Guilvinec, le « Bayonnais » et le « Petit Ernest » sont coulés en baie d’Audierne par le sous-marin allemand UC-72 ; on déplore 7 victimes.

Le lieutenant René Louis Marie Fichoux du 116e régiment d’infanterie est tué au Chemin des Dames, à Bouconville-Vauclère. Né à Penmarc’h le 23 octobre 1890, il était instituteur au bourg avant guerre.

Le soldat Yves Laurent du 1er Régiment d’artillerie coloniale est tué au Chemin des Dames, à Neuville-sur-Margival. Il était né à Penmarc’h le 12 octobre 1881.

Fin avril : les épaves des deux bateaux de Poulgoazec attaqués en début de mois s’échouent à Saint-Guénolé.

La campagne du gros maquereau se termine prématurément en raison des attaques allemandes. Les bateaux vont continuer à pêcher le petit maquereau au plus près des rochers, pour éviter les sous-marins.

Les marins pêcheurs des classes 1887 à 1889 ont été mis en sursis. Ils vont pouvoir participer à la prochaine campagne sardinière.

Le mois d’avril 1917 a été le mois d’avril le plus froid depuis 1837.

 MAI

 Mardi 1er : en gare de Saint-Guénolé, Mme Jeanne Rohou de Plogoff, 26 ans, essaye de monter dans un train en marche, mais encombrée par ses bagages elle trébuche et tombe sur la voie. Ecrasée par le dernier wagon, elle succombe aussitôt. Elle était en visite chez ses parents qui habitent Saint-Guénolé.

Décès des suites de ses blessures au Chemin des Dames du soldat Michel Le Floch du 287e Régiment d’infanterie, à Vaux-Varennes (Marne). Il était né à Penmarc’h le 2 novembre 1884.

Jeudi 3 : le « Victorine-Hélène » bateau de pêche de l’île de Sein est attaqué par un sous-marin allemand. On dénombre 3 morts et 2 blessés.

Samedi 5 : nouvel échec de l’offensive de Nivelle au Chemin des Dames.

Lundi 7 : le matelot Pierre Marie Boënnec, né le 9 août 1893 à Penmarc’h, victime d’une méningite, décède à l’hôpital maritime de l’Ecole des mécaniciens de Brest. Il sera considéré comme « mort pour la France ».

Mercredi 9 : l’offensive du Chemin des Dames est arrêtée. 187 000 soldas français ont été blessés, tués ou ont disparu et environ 168 000 soldats allemands.

assaut-chemin-des-dames

Assaut français au Chemin des Dames. Woman’s weekly (Australie)

Mardi 15 : Pétain devient commandant en chef des armées françaises après la démission de Nivelle. Foch est nommé chef d’état-major.

Le sergent Alain Tanneau du 272e régiment d’infanterie est tué au Chemin des Dames, à la ferme du Godat. Il était né à Penmarc’h le 20 janvier 1890.

Samedi 19 : un incendie ravage la boulangerie de Joseph Le Marc à Pendreff en Plomeur.

Dimanche 20 mai : les mutineries dans l’armée française se multiplient, ce mouvement ne faiblira qu’à partir du 10 juin.

Vendredi 25 : le soldat Pierre Jean Le Cleach du 66e Régiment d’infanterie est tué au Chemin des Dames à Chevreux (Craonne) dans l’Aisne. Il était né à Penmarc’h le 29 mars 1883.

« Adieu la vie, adieu l’amour,
Adieu toutes les femmes
C’est bien fini, c’est pour toujours
De cette guerre infâme
C’est à Craonne sur le plateau
Qu’on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
Nous sommes les sacrifiés » (3)

Mercredi 30 : mort du matelot chauffeur Joseph Pors, lors du naufrage du croiseur auxiliaire « Italia », torpillé dans l’Adriatique par un sous-marin autrichien. Il était né à Penmarc’h le 21 janvier 1894.

italia-fraissinet2-site-forum-pages-14-18

« Italia ». Carte postale de la Cie Fraissinet, trouvée sur http://www.pages14-18.com/

JUIN

Jeudi 7 : victoire britannique à la bataille de Messines près d’Ypres.

Lundi 25 : mort du matelot Louis Marie Guichaoua disparu dans le naufrage le croiseur cuirassé « Kléber » devant la Pointe Saint-Mathieu, coulé par une mine. Né le 4 février 1887 à Penmarc’h, il était domicilié à Léchiagat.

Mardi 26 : les premières troupes américaines débarquent à Saint-Nazaire.

Vendredi 29 : tempête

 

(1) Bloavez ar riel vraz signifie l’année du grand gel
(2) Déposition du mousse du « Silène » trouvée sur le site http://www.pages14-18.com/
(3) Refrain de la « Chanson de Craonne »
Ce contenu a été publié dans 5 : De 1870 à nos jours, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *